Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Prise en main] Nos impressions sur le kit de développement 6DoF du HTC Vive Focus

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Lors d'un évènement à San Francisco, L'Usine Digitale a pu prendre en main le kit de développement du HTC Vive Focus qui lui permet d'utiliser deux contrôleurs trackés sur six axes. Nos premières impressions sont plutôt positives, même si certaines zones d'ombre persistent.

Nos impressions sur le kit de développement 6DoF du HTC Vive Focus
[Prise en main] Nos impressions sur le kit de développement 6DoF du HTC Vive Focus © Julien Bergounhoux

HTC a tenu un petit évènement à San Francisco pour y annoncer la sortie à l'international du Vive Focus, son casque de réalité virtuelle autonome. Plusieurs démonstrations y étaient disponibles, dont deux utilisant le kit de développement 6DoF ("six degrees of freedom") dévoilé fin octobre par HTC. L'Usine Digitale, l'un des seuls médias présents à l'événement, a pu en faire l'essai.

 

Par défaut, le Vive Focus ne possède qu'un seul contrôleur dont les mouvements dans l'espace sont limités à une rotation sur un point fixe (donc sur trois axes). Le kit de développement permet l'utilisation de deux contrôleurs qui sont trackés sur six axes, c'est-à-dire qui peuvent également effectuer des translations. Il faut pour cela rajouter un module hardware qui se visse sur la façade du Vive Focus.

 

Une latence qui n'est pas bloquante

Bien que le casque se repère dans l'espace à l'aide de ses caméras frontales, le module effectue le suivi des mouvements à l'aide d'ultrasons. Ce type de tracking est généralement peu fiable, mais nous avons été agréablement surpris lors de nos essais. La latence lors des mouvements était notamment bien meilleure que ce à quoi nous nous attendions, sans commune mesure avec les performances du casque que l'entreprise chinoise Pico (partenaire Vive Wave) avait présenté au CES 2018.

 

La latence n'est cependant pas complètement absente. Il est difficile de l'estimer avec précision, mais on ressent clairement qu'elle est plus élevée que sur un casque PC ou que sur l'Oculus Quest. La fréquence de rafraîchissement de l'image nous a également semblé relativement basse sur l'expérience Innoactive (l'une des deux seules à utiliser le dev kit), ce qui peut avoir pour effet de "masquer" la latence des contrôleurs. Les deux contrôleurs sont identiques et possèdent cinq boutons : un pavé tactile cliquable, une gâchette, un bumper à l'arrière (plus bas que la gâchette), et deux boutons en façade.

 

 

Un tracking plutôt précis, malgré quelques bugs

Rien à redire du côté de la précision du tracking. On n'est évidemment pas au niveau d'un système Lighthouse de Steam VR (utilisé par le Vive Pro), mais c'est tout-à-fait utilisable pour une expérience professionnelle où il ne va pas s'agir de bouger dans tous les sens et à grande vitesse, ni d'opérer avec une précision fine. Nous avons par exemple pu naviguer ou faire des annotations sans aucun problème dans Vive Sync, la deuxième démonstration qui disposaient d'un kit de développement 6DoF.

 

Sept démonstrations de cas d'usage professionnels pour le Vive Focus

 

Sept démonstrations de cas d'usage B2B utilisant le Vive Focus étaient disponibles pour l'occasion, dont deux étaient françaises : le spécialiste de la formation médicale SimForHealth y montrait son expérience sur l'apnée du sommeil, tandis qu'Immersive Factory présentait l'une de ses formations pour la prévention du risque en milieu industriel.

 

Les cinq autres étaient la solution collaborative Vive Sync de HTC, une démonstration médicale de dépistage des AVC conçue par Qualcomm, l'environnement de développement immersif Primitive, l'application de formation d'Innoactive (qui travaille notamment avec Volkswagen), et la start-up de divertissement hors du domicile Modal, cofondée par Nolan Bushnell.

Pour le gaming, c'est une autre histoire, et il faudrait tester le système plus en profondeur pour évaluer ses performances dans ce cadre. Nous avons remarqué certaines imprécisions, par exemple en ramenant rapidement sa main devant soi alors qu'elle était hors du champ de vision, elle a tendance à apparaître soudainement de nulle part. Nous avons aussi constaté une erreur de tracking en nous retournant dans Vive Sync : l'un des contrôleurs apparaissait derrière notre tête alors que nous avions le bras le long du corps. Enfin, le système nous a semblé avoir parfois du mal à gérer à la fois une rotation et une translation en simultané. Evidemment, le système n'étant qu'au stade de kit de développement, des améliorations et optimisations sont encore possibles.

 

Une commercialisation encore floue

La question de sa disponibilité sous forme de produit est d'ailleurs importante, mais n'a pas été adressée lors de l'évènement. Nous nous en sommes enquis auprès de Dan O'Brien, GM de Vive Americas, qui nous a répondu pour résumé que HTC Vive s'intéresse très sérieusement aux casques autonomes 6DoF, que la présence des kits de développement n'était pas un hasard, et qu'il faut être patient et laisser les développeurs s'emparer du sujet. Ces derniers peuvent faire la demande du dev kit à cette adresse.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale