Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Une ligne de bus autonomes va être mise en place en Ecosse cet été

Un bus autonome est actuellement testé au Royaume-Uni. Il doit être rejoint par quatre autres véhicules pour la mise en place d'un service de mobilité autonome d'ici la fin de l'été. La ligne de bus relie Fife à Edimbourg et franchit le pont Forth à l'occasion d'un trajet de 22,5 kilomètres.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Une ligne de bus autonomes va être mise en place en Ecosse cet été
Une ligne de bus autonomes va être mise en place en Ecosse cet été © Fusion Processing

Un bus autonome est à l'essai en Ecosse. Pendant deux semaines, il va franchir le pont du Forth, à proximité d'Edimbourg. Les tests, annoncés le 25 avril 2022, sont menés dans le cadre du projet CAVForth.
 

Un parcours de 22,5 kilomètres

Ces essais en conditions réelles font suite à de nombreuses simulations, ainsi qu'à des tests sur circuit fermé et au dépôt de bus. Le trajet de 22,5 kilomètres qu'emprunte la ligne franchit le pont Forth et relie Ferrytoll Park & Ride à Fife, et le Park Train & Tram à Edimbourg. Les bus sont équipés des capteurs et de la technologie de contrôle de Fusion Processing. Les équipes visent une autonomie de niveau 4 SAE. Cela signifie que sur la zone dédiée, le conducteur présent n'aura pas à intervenir pour contrôler le véhicule.

Le bus actuellement testé ne peut pas accueillir de passagers, mais l'objectif du projet CAVForth est de déployer un service pouvant transporter des clients avec cinq bus d'ici la fin de l'été. Chaque véhicule peut embarquer jusqu'à 36 passagers, ce qui correspond à un service pouvant accueillir jusqu'à 10 000 passagers par semaine. Des questions ont été posées auprès de 500 citoyens afin d'avoir un retour sur leurs envies à propos d'un tel service. Il en ressort que pour l'instant il est essentiel de garder un membre du personnel à bord. A noter que les acteurs du projet prévoient de continuer à interroger régulièrement les passagers.

Le projet CAVForth lancé en 2019 regroupe différents acteurs dont Fusion Processing, Stagecoach Group PLC, Alexander Dennis, Transport Scotland, Napier University et le Bristol Robotics Lab. L'objectif du consortium est de montrer qu'un bus autonome peut côtoyer d'autres véhicules en toute sécurité. Ce projet est en partie financé par le gouvernement britannique et son Centre pour les véhicules connectés et autonomes (CCAV pour Centre for Connected and Autonomous Vehicles). Une navette autonome a déjà circulé sans opérateur de sécurité à son bord au Royaume-Uni. Le pays semble ne pas vouloir se faire distancer dans cette course au développement d'un véhicule autonome.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.