Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Vidéo] Le robot Atlas de Boston Dynamics fait du parkour et perçoit son environnement

Vidéo Dans une nouvelle vidéo, Boston Dynamics fait état des progrès de son robot bipède Atlas. Passage d'obstacles et saut périlleux sont au programme, preuve qu'il est désormais capable d'évoluer dans des environnements complexes. Surtout, il perçoit désormais ce qu'il entoure et adapte son comportement en fonction, plutôt que de suivre une routine préprogrammée.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le robot Atlas de Boston Dynamics fait du parkour et perçoit son environnement
[Vidéo] Le robot Atlas de Boston Dynamics fait du parkour et perçoit son environnement © Boston Dynamics

Boston Dynamics a publié un point d'étape impressionnant sur les capacités de son robot bipède Atlas le 17 août. La vidéo montre deux robots évoluant dans un petit parcours d'obstacles qui nécessite de sauter un écart d'un mètre, d'avancer sur des plateformes en diagonales, de descendre et monter des marches et même de passer par dessus une barre parallèle. Elle se termine par deux sauts périlleux arrière.

Cette démonstration de force est la dernière d'une longue lignée pour Boston Dynamics, spin-off du MIT spécialisée dans la motricité robotique. Car, si le concept de robot dans la culture populaire est souvent associé à la "conscience" (phénomène encore incompris chez l'Homme et dont rien n'indique qu'il pourra être reproduit avec une machine de sitôt), les travaux de cette équipe se concentrent uniquement sur la capacité à évoluer dans un environnement donné.
 


Un problème qui, au début des années 2000, semblait encore très loin d'être résolu. On se rappellera par exemple du robot Asimo de Honda, qui n'avançait que par des tous petits pas et pouvait à peine monter une marche. Désormais propriété du groupe coréen Hyundai, Boston Dynamics a révolutionné à elle seule ce domaine très complexe.

rendre Atlas polyvalent
Dans le billet de blog accompagnant la vidéo, Boston Dynamics aborde la question du pourquoi. Pourquoi faire faire du "Parkour" (section grands débutants) à ses robots ? Pourquoi être obsédé par la perfection des mouvements, même lorsqu'il s'agit de faire un petit geste de victoire rigolo après le reste ? Parce que cette base d'apprentissage permettra un jour aux robots dérivés d'Atlas de se mouvoir avec autant d'aisance qu'un être humain.

Comme l'explique Scott Kuindersma, qui dirige l'équipe de recherche Atlas au sein de Boston Dynamics, un design humanoïde n'est pas forcément le meilleur pour une tâche donnée, mais il est très polyvalent : le robot peut aller à peu près n'importe où pour faire à peu près n'importe quoi. Cela ouvre la porte à un grand nombre de cas d'usage.

C'est pourquoi l'entreprise teste de nouveaux comportements dans un environnement complexe qui pousse les limites du robot au maximum en matière de maintien de l'équilibre, pour améliorer peu à peu ses capacités et progresser vers un futur modèle commercial.

S'adapter en fonction de son environnement
La plus grande nouveauté dans cette vidéo n'est d'ailleurs pas visible à l'œil nu, car elle concerne la perception des robots. Atlas analyse désormais son environnement et exécute des routines préprogrammées en fonction des obstacles qu'il détecte. Auparavant il ne faisait que reproduire un parcours entièrement prédéfini dont il était incapable de dévié. Une évolution majeure pour le rendre capable de se déplacer dans le monde réel.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.