Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Automobile : BMW voit l'avenir autonome et tourné vers les nouveaux moyens de mobilité

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Avec des dépenses en R&D ayant considérablement augmenté en 2017 et qui vont continuer à croître cette année, BMW affirme sa volonté de parvenir à développer un véhicule pleinement autonome. Le constructeur automobile allemand cherche aussi à proposer les meilleurs services possibles à ses clients à travers une offre de services de mobilité diversifiée.

BMW voit l'avenir autonome et tourné vers les nouveaux moyens de mobilité
BMW souhaite commercialiser un véhicule autonome de niveau 3 en 2021. © pxhere.com/CC

BMW, qui affiche de bons résultats pour sa division automobile sur l'année 2017 avec 2,46 millions de véhicules vendus et un chiffre d'affaires de 88,6 milliards d’euros, souhaite continuer ses efforts en matière d'innovation. Avec 6,1 milliards d'euros dépensés en R&D en 2017, le groupe a augmenté ses dépenses sur ce segment d'un milliard d'euros par rapport à l'année précédente, détaille le directeur financier du groupe Nicolas Peter lors de la présentation annuelle des résultats. Et le constructeur allemand va poursuivre dans cette voie en 2018 avec des dépenses en R&D pouvant atteindre 7 milliards d'euros.

 

"Les véhicules autonomes et l'électrification des véhicules sont de loin les plus gros postes de dépenses en R&D chez BMW", précise Nicolas Peter. Viennent ensuite les nouveaux services de mobilités : BMW a racheté Parkmobile en janvier 2018 et toutes les parts de la société d'auto-partage DriveNow auprès de Sixt en mars suivant. Le constructeur allemand a donc les mains libres quant au futur de sa plate-forme d'auto-partage. Et avec Parkmobile, désormais prénommé ParkNow, BMW informe ses conducteurs de la probabilité d'avoir une place de parking libre et dématérialise complètement le paiement.

 

Centraliser une base de 100 millions de clients

"Après une première phase d'essais afin de comprendre où est la demande et ce que souhaite nos clients, BMW va mettre en place une stratégie de croissance" dans les services de mobilité, annonce Peter Schwarzenbauer, membre du directoire, à l'occasion d'une table ronde. Toutefois, cette stratégie reste assez floue et les responsables de BMW ne souhaitent, pour l'heure, pas tellement entrer dans les détails.

 

En parallèle, le constructeur allemand souhaite "avoir une base de 100 millions de clients actifs d'ici 2025" en centralisant toutes les données des revendeurs, affirme le président du groupe Harald Krüger. "Notre but est de créer un écosystème complet pour nos clients", ajoute-t-il. L'objectif étant de proposer les services les plus adapatés à ses clients.

 

Un véhicule autonome de niveau 3 en 2021

BMW a profité de cette conférence pour rappeler son souhait de commercialiser un véhicule autonome de niveau 3 en 2021 avec l'iNext grâce à son alliance avec Mobileye, Intel et Fiat. La même année, le constructeur allemand débutera les tests pour des véhicules autonomes de niveau 4 et 5. Afin de parvenir à ces résultats, BMW va "doubler la taille de sa flotte-test de véhicules autonomes à environ 80 véhicules" cette année, annonce Harald Krüger.

Et quoi de mieux qu'un campus spécialisé dans ce domaine pour développer rapidement cette nouvelle technologie ? Le constructeur va inaugurer en avril 2018 un campus à Munich dédié au véhicule autonome. Plus de 2 000 personnes y travailleront et une piste d'essai permettra à BMW de faire tous les tests qu'il souhaite. Mais BMW garde également un œil sur les start-ups. "Intelligence artificielle, capteurs, radars,… une des ruptures majeure dans ce domaine proviendra des start-ups", explique Peter Schwarzenbauer.

 

L'accident mortel d'Uber ne change pas la donne

Selon le constructeur allemand, l'accident survenu dimanche 18 mars avec un véhicule autonome Uber et ayant entraîné la mort d'une personne ne change pas la donne. Le futur est autonome. "Un robot fera beaucoup moins d'erreurs qu'un humain", est persuadé Peter Schwarzenbauer. Toutefois, il faut "avancer étape par étape, comme le fait BMW, pour que le public s'habitue aux véhicules autonomes et les acceptent", affirme-t-il.

 

Autre point fort mis en avant par Peter Schwarzenbauer : "Le système mis en place dans les véhicules autonomes apprendra beaucoup plus rapidement qu'un humain". Au final, "tous les véhicules autonomes seront connectés les uns avec les autres et pourront donc apprendre les uns des autres", justifie-t-il. "Les capteurs, Lidars et caméras qui équiperont ces véhicules autonomes lui permettront de repérer les choses un milliards de fois plus rapidement que le cerveau humain", assure-t-il encore. BMW voit bel et bien un avenir avec des conducteurs pouvant ne plus regarder la route.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale