Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

E-commerce alimentaire : le Groupe Carrefour s'allie au Canadien FoodX

Dans un contexte bouleversé par la pandémie de Covid-19 et l’accélération des grands distributeurs alimentaires en e-commerce, le Groupe Carrefour annonce un partenariat avec FoodX Technologies, qui commencera par un premier test opérationnel en Belgique.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

E-commerce alimentaire : le Groupe Carrefour s'allie au Canadien FoodX
E-commerce alimentaire : le Groupe Carrefour s'allie au Canadien FoodX © FoodX Technologies Inc

Alors que le début de la pandémie de Covid-19 a montré l’impréparation des grands groupes en matière d’e-commerce alimentaire – face à des pics inédits de commandes en ligne – les alliances vont bon train pour accélérer enfin sur le digital, notamment sur la préparation et la livraison des commandes.

Dernier partenariat en date, celui annoncé ce mercredi 16 septembre par Carrefour. Le géant de la distribution souhaite "renforcer ses capacités e-commerce" et tisse donc "un partenariat stratégique" avec le Canadien FoodX Technologies, qui sera exclusif. Cette collaboration doit également permettre au Groupe Carrefour "d’améliorer la productivité et la rentabilité de ses opérations e-commerce mais aussi son expérience client sur le digital, à un moment où les consommateurs font de plus en plus leurs courses en ligne à travers le monde", explique le distributeur dans un communiqué.

Partenaire de Walmart au Canada
Entreprise basée à Burnaby qui a commencé par la vente de produits alimentaires en ligne, FoodX Technologies développe des solutions de gestion des commandes en ligne dans l’alimentaire. Sa suite logicielle couvre la prise de commande à la livraison du dernier kilomètre via un eGrocery Management Solution (eGMS).

Les fonctionnalités intègrent un système de planification et d’ordonnancement des commandes, basé sur des technologies d’intelligence artificielle, des algorithmes d’emballage intelligents optimisant l’utilisation de l’espace dans les véhicules de livraison, et une technologie de gestion dynamique et efficiente des itinéraires. La société garantit des innovations s'appuyant sur pratiques durables, incluant la réduction des déchets, la réduction des emballages en plastique et l’utilisation de bacs réutilisables. FoodX travaille notamment avec Walmart Canada et plusieurs retailers américains, selon les informations fournies sur son site web.

Vers des magasins hybrides
Cet accord couvre dans un premier temps le marché belge, selon les deux partenaires. Carrefour va, d’ici mi-2021, intégrer en mode SaaS (software-as-a-service) la solution en développant en parallèle un premier centre de préparation de commandes en Belgique. Ce nouveau site sera dédié à la livraison des magasins proposant le click & collect ainsi que la livraison à domicile, sur l’ensemble du territoire national.

En complément de ce pilote, Carrefour et FoodX "envisagent d’étendre leur partenariat à d’autres géographies, la technologie FoodX pouvant être déployée non seulement en entrepôts mais aussi dans les magasins dotés d’une réserve pour la préparation des commandes e-commerce". Ces modèles hybrides ont connu des déploiements d’envergure ces derniers mois car ils permettent de mieux couvrir les zones de livraison et de réduire les délais. Les magasins intègrent des espaces de micro-fulfillement dédiés au traitement automatisé des commandes. Un virage emprunté par Amazon dans son nouveau concept Amazon Fresh, ouvert ce mois-ci.

Glovo, Google et Uber Eats comme partenaires
Carrefour a multiplié les partenariats avec les acteurs tech ces derniers mois. Depuis le lancement du plan de transformation Carrefour 2022, sous l’impulsion d’Alexandre Bompard, l’enseigne a fait de Google son partenaire de premier plan. Mais c’est sur la livraison qu'elle cherchait urgemment des solutions : après Glovo en 2019, elle s’est alliée à Uber Eats, et a même lancé des tests de livraison collaborative avec la start-up Shopopop.

Pendant le confinement, certains distributeurs comme Franprix ont fait le choix de transformer des magasins désertés, comme ceux situés dans des quartiers de bureaux, en "dark stores", soit des lieux dédiés entièrement à la préparation de commandes. L’autre enseigne citadine du Groupe Casino, Monoprix, a de son côté choisi la technologie du britannique Ocado pour accélérer sur les commandes en ligne. L’entrepôt ultra robotisé de Fleury-Mérogis est opérationnel depuis le mois de juin dernier.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media