Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Einride lève 110 millions de dollars pour déployer ses pods de livraison autonome

Levée de fonds La start-up suédoise Einride, connue pour ses pods de livraison autonomes et électriques, lève 110 millions de dollars. Un apport financier qui va lui permettre de poursuivre le développement de sa technologie et l'aider à livrer les premiers pods.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Einride lève 110 millions de dollars pour déployer ses pods de livraison autonome
Einride lève 110 millions de dollars pour déployer ses pods de livraison autonome © Einride

Einride, start-up suédoise connue pour ses pods de livraison autonomes et électriques, lève 110 millions de dollars. Une levée de fonds en Série B annoncée jeudi 6 mai 2021 qui est menée auprès de nouveaux investisseurs comme Temasek, Soros Fund Management LLC, Northzone, Maersk Growth et Build Capital. Ses investisseurs historiques EQT Ventures, Plum Alley Investments, Norrsken VC, Ericsson et NordicNinja VC ont également participé.

Un pod de livraison autonome
La jeune pousse, qui a levé un total de 150 millions de dollars depuis sa création, veut utiliser ce nouveau financement pour intensifier ses déploiements avec ses principaux clients en Europe et aux Etats-Unis dont font partie Coca-Cola, Oatly, Lidle et Electrolux. La start-up fondée en 2016 dispose de deux types de véhicules. Son camion électrique qui peut transporter d'importantes charges est actuellement le principal véhicule utilisé par ses clients.

En complément, la jeune pousse a conçu un petit pod de livraison autonome dont la dernière version a été dévoilée en octobre 2020. Ce dernier ressemble à une camionnette sans cabine pour le conducteur puisque le véhicule est autonome. Cette conception, qui rend le pod plus léger et efficace, lui permet de  parcourir plus de kilomètres en une seule charge. La première génération a déjà été testée sur routes ouvertes en Suède et a transporté des marchandises dans le cadre d'un pilote avec Oatly.

Différents niveaux d'autonomie
La jeune pousse va utiliser ces fonds pour poursuivre le développement de son pod de livraison autonome qui est disponible avec différents niveaux d'autonomie et de fonctionnalité selon les besoins des clients. Le premier pod, AET1, peut se déplacer de façon autonome au sein d'une infrastructure fermée sur un trajet prédéfini. Le second niveau, son AET2, permet au pod de franchir une route publique ou circuler dessus sur une courte distance afin de relier deux points. Ces deux pods AET1 et AET2 sont déjà disponibles à la réservation et Einride commencera à les expédier auprès de ses clients dans le courant de l'année.

Le pod AET3 pourra être utilisé sur des routes secondaires et des routes principales peu fréquentées pour relier deux installations. Il pourra circuler à une vitesse maximale de 45 km/h. Le pod AET4 pourra fonctionner de manière autonome sur des voies rapides et des axes principaux à une vitesse de 83 km/h. Ces deux niveaux devraient être commercialisés à partir de 2022 et 2023.

Déployer des opérations aux Etats-Unis
En complément, Einride a mis au point un système de gestion des transports basé dans le cloud baptisé "Einride Mobility Platform". Dédié au transport routier autonome et électrique, la plateforme permet aux transporteurs d'utiliser des informations en temps réel et des données collectées sur les transports passés pour mettre en œuvre une politique de transport durable, rentable et performante en améliorant par exemple les itinéraires.

Einride souhaite déployer des opérations aux États-Unis avant la fin de l'année. La jeune pousse envisage de créer un siège social à Austin, au Texas, et d'implanter des bureaux supplémentaires à New York et dans la Silicon Valley, relate TechCrunch. La start-up suédoise a noué des accords mondiaux avec des marques comme Oatly qui comprennent la mise en place d'opérations sur le territoire américain. Mais Einride n'en dit pas beaucoup plus pour l'instant.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.