Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La start-up française Blade lève 30 millions d’euros et baisse les prix de son service Shadow

Levée de fonds La start-up française Blade, à l'origine de l'offre de cloud gaming Shadow, annonce une levée de fonds de 30 millions d’euros pour stimuler sa R&D. Face à la concurrence des géants américains, la pépite tricolore va aussi diviser ses tarifs d’entrée de gamme par deux dès le mois de février… et ajouter le ray tracing dans ses offres premium.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La start-up française Blade lève 30 millions d’euros et baisse les prix de son service Shadow
La start-up française Blade lève 30 millions d’euros et baisse les prix de son service Shadow © Shadow

Les tarifs d’entrée de gamme de Shadow s’apprêtent à être divisés par deux. La start-up française Blade a annoncé mardi 29 octobre 2019 une refonte de ses offres prévue pour février 2020, dans le but de "rendre le gaming accessible au plus grand nombre". Alors que le lancement imminent de Google Stadia et la concurrence de Nvidia GeForce Now intensifient le marché, le Français veut se démarquer. Le ray tracing sera, à la même date, intégré à ses offres premium au bénéfice d’une mise à niveau des serveurs de l’entreprise.

 

TROIS FORMULES DISTINCTES

Trois formules seront proposées pour clarifier l’offre. Celle d’entrée de gamme, baptisée Boost, sera vendue à 12,99 euros (ou 14,99 pour un abonnement sans engagement). Elle donnera accès à un quadricœur à 3,4 GHz, à 12 Go de RAM ainsi qu’à 256 Go de stockage. Elle inclura la puissance d’une carte graphique GTX 1080, mais se limitera à une résolution de 1080p. En milieu de gamme, Ultra sera commercialisée à 24,99 euros (29,99 euros sans engagement). Cette formule offrira un quadricœur à 4 GHz, à 16 Go de RAM, à 512 Go de stockage… et permettra de profiter d'une résolution 4K et du ray tracing.

 

Enfin, l’abonnement Infinite, spécifiquement pensé pour les besoins des gamers, sera proposé à 39,99 euros (49,99 euros sans engagement). Il donnera accès à un processeur à six cœurs à 4 GHz, à 32 Go de RAM ainsi qu’à 1 To de stockage. L’utilisateur se verra octroyer la puissance des "meilleures cartes graphiques du moment", à savoir RTX Titan et GeForce RTX 2080 – qui, autrement, "coûteraient à elles seules le prix d’un PC complet" selon Shadow. Là aussi, 4K et ray tracing seront au programme. Attention : l'offre sera limitée à 50 000 souscriptions.

 

 

Bientôt sur les smart TV

Ces offres sont d’ores et déjà disponibles en précommande, aussi bien pour les nouveaux utilisateurs que les membres actuels. "Conjuguer la puissance décuplée d’un PC incluant le ray tracing et la simplicité d’une console" : c’est le slogan que s’adosse Shadow pour cette prochaine étape de son développement. L’entreprise française lancera, pour l’occasion, une nouvelle version de son application mobile pour iOS et Android… et devrait, bientôt, débarquer sur les téléviseurs connectés.

 

Shadow dit "casser toutes les limites du gaming" avec son expertise technologique. Son service cloud rend possible l’utilisation de configurations de jeux exigeantes, sans avoir à renouveler son matériel informatique. Un avantage indéniable, les PC gaming restant relativement coûteux. La jeune pousse permet, qui plus est, de jouer sur n’importe quel appareil – du smartphone à la tablette. "Nous avons été les premiers à montrer que le cloud gaming fonctionne. D’autres acteurs ont suivi : à nous de montrer que nous restons pionniers, à la pointe de la tech et fiers de porter les valeurs d’une start-up française dans le monde", a déclaré Emmanuel Freund, co-fondateur de Blade.

 

UNE LEVéE DE FONDS DE 30 MILLIONS D’EUROS

A son lancement, prévu courant novembre, le service Google Stadia sera proposé à 9,99 euros – moins cher que celui de Shadow. La concurrence sera donc rude. Le Français, qui semble en avoir conscience, n’entend pas camper sur ses positions. Il dit déjà expérimenter la réalité virtuelle.

 

C’est pour nourrir ses réflexions et stimuler sa R&D que la jeune pousse a annoncé avoir levé quelque 30 millions d’euros auprès de son actionnaire Nick Suppipat, mais également du fonds V13 de Serena et de diverses personnalités du monde des affaires. Elle a, par ailleurs, conclu un partenariat avec OVHcloud pour déployer l’infrastructure nécessaire à ses futures offres… et recruté un nouveau PDG. Jérôme Arnaud sera chargé d'accélérer le développement de Shadow à l’international.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media