Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La start-up Ovrsea gère en temps réel les expéditions internationales entre les filiales de Grosfillex

Étude de cas La start-up Ovrsea, qui cherche à faciliter et numériser le transport international de marchandises, a séduit l'entreprise française Grosfillex. Cette dernière réalise l'ensemble de ses envois en direction de sa filiale brésilienne via cette plateforme et 70% des envois à destination de sa filiale américaine. La réactivité d'Ovrsea, la facilité d'utilisation de sa plateforme et le tracking en temps réel des marchandises sont les atouts qui ont convaincu Grosfillex.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La start-up Ovrsea gère en temps réel les expéditions internationales entre les filiales de Grosfillex
La start-up Ovrsea gère en temps réel les expéditions internationales entre les filiales de Grosfillex © Unsplash

Grosfillex, entreprise de la région Rhône-Alpes, a été séduite par Ovrsea. La start-up française s'efforce de numériser le transport international (maritime, aérien et ferroviaire principalement) de marchandises et bousculer ainsi un secteur bien établi.

A date, ce sont "100% des expéditions entre la maison-mère de Grosfillex en Rhône-Alpes et sa filiale brésilienne qui sont gérées avec Ovrsea et 70% des expéditions en direction de la filiale américaine", assure Céline Saliot, responsable transport et dépôts de Grosfillex, auprès de L'Usine Digitale.

Gestion d'un transport en urgence
Au départ, Grosfillex a fait une demande d'envoi en urgence d'un moule. "La rapidité et le répondant des équipes d'Ovrsea" ont séduit la l'entreprise familiale, explique Céline Saliot. Rapidement, bon nombre d'envois à destination de cette filiale américaine ont été gérés via cette interface. La jeune pousse, qui détient le statut de commissionnaire de transport, engage sa responsabilité lors de tous les transports réalisés.

Elle intervient aussi bien pour la livraison de pièces détachées, comme les moules nécessaires à la fabrication des pièces, que des produits finis comme des chaises de jardin et bacs à fleurs. De manière globale, Ovrsea peut s'occuper de transporter une large gamme de produits allant des vêtements aux produits high-tech en passant par la cosmétique, les meubles et les matières dangereuses (parfum et produits chimiques). En revanche, elle ne s'occupe pas du transport des matières périssables pour lesquelles des contraintes spécifiques sont établies.

Le suivit temps réel des transports
Ovrsea cherche à "alléger la charge du transport en augmentant la qualité du service et en simplifiant la remontée d'informations et le suivi des transports", explique Arthur Barillas, cofondateur et CEO. La pépite donne à ses clients un accès à une interface personnelle pour qu'ils puissent gérer tous les sujets relatifs à leurs transports, de la demande jusqu'à la facturation (devis, expédition, document, suivi, reporting sur les délais et les coûts de transport...). Les clients peuvent trouver facilement des solutions de transport maritime, aérien et ferroviaire qui leur conviennent.

Cette facilité a séduit Grosfillex. "Le système de plateforme web avec le suivit en temps réel est une fonctionnalité très importante pour transport et la logistique", abonde Céline Saliot. Surtout que l'interface "donne de la visibilité à la fois au siège et aux filiales", ajoute Arthur Barillas. Une aubaine pour le directeur commercial de la filiale brésilienne, Bruno Le Moine, qui se déplace beaucoup et peut visualiser rapidement ce qui se passe au niveau des envois et savoir précisément quand la production peut débuter.
 



Automatisation de la collecte des capacités de transport
Pour parvenir à ce résultat, Ovrsea a développé un algorithme lui permettant d'avoir une idée des capacités de transport maritime et aérien à un temps donné et leurs prix. Cet algorithme, qui va chercher les informations en s'interfaçant avec les acteurs du transport, est complété manuellement par "deux cellules dédiées en interne qui vont appeler tous les jours les transporteurs pour mettre les données à jour", ajoute Arthur Barillas. Au total, 90% des informations sont recensées de manière automatique et 10% sont ajoutées par l'intelligence humaine.

De la même façon, la solution de suivi récupère les informations automatiquement chez le transporteur sans que celui-ci n'ait à les remonter. Une automatisation du processus qui s'applique aussi au tri des demandes de transport faite sur la plateforme. Cette facilité de gestion qui permet à la start-up de répondre facilement aux demandes de ces clients. "Comme tous les acteurs, Ovrsea fonctionne avec une commission qui n'est pas rendue publique, mais située en dessous des standards du marché", assure Arthur Barillas.

Aujourd'hui, la start-up revendique plus de 500 clients dans plus de 30 pays. Elle accompagne des importateurs et exportateurs dans les transports internationaux dans plus de 60 pays. Pour certains clients, la pépite peut proposer de développer des connexions avec leur système informatique et notamment leur ERP pour faire remonter les informations automatiquement. Le développement de services additionnels, que la jeune pousse pourrait facturer, est une solution qu'elle étudie.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media