Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pour Xavier Niel, mutualiser les réseaux c'est détruire des emplois

Accusé par Arnaud Montebourg de provoquer des suppressions d'emplois dans les télécoms avec sa stratégie commerciale, Xavier Niel a répondu au ministre. Le patron d'Iliad, maison-mère de Free, a expliqué ce dimanche au JDD, que la mutualisation des réseaux était plus nocive pour l'emploi qu'une concurrence accrue.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pour Xavier Niel, mutualiser les réseaux c'est détruire des emplois
Pour Xavier Niel, mutualiser les réseaux c'est détruire des emplois © Mohamed Khalfi - L'Usine Nouvelle

L'échange de tweets entre le patron de Free et le ministre du Redressement productif n'est pas complètement clos. Le 3 décembre, Free dévoilait son offre mobile 4G défiant toute concurrence. Dans la foulée, Arnaud Montebourg accusait Xavier Niel de causer la perte d'emplois dans les télécoms avec ses offres agressives. Ce dimanche 15 décembre, dans les colonnes du JDD, le patron de Free s'explique.

Des économies... sur l'emploi

C'est sans détours que Xavier Niel est revenu sur la mutualisation des infrastructures réseaux, coupable, selon lui, de destruction d'emplois. Par ailleurs, l'homme assure que l'offre très haut débit de Free Mobile n'avait pas pour objectif de destabiliser l'alliance à venir entre ses concurrents, SFR et Bouygues.

"Mutualiser les réseaux permet de réaliser des économies mais cela a un impact fort sur l'emploi. Si on divise le nombre d'antennes par deux, on divise aussi par deux les équipes chargées de leur maintenance. Sauf avec Free, car on a peu d'antennes dans les zones rurales. S'allier avec nous ne réduira pas les effectifs. La mutualisation détruira des milliers d'emplois, beaucoup plus que la concurrence", explique Xavier Niel.

Dernier-né sur le marché de la téléphonie mobile, Free se heurte encore à un problème de couverture réseaux. Concernant la 4G, l'opérateur certifie bénéficier de 700 antennes propres, un nombre insuffisant face aux 5 300 antennes de Bouygues. Le 11 décembre dernier, Fleur Pellerin, ministre de l'Economie numérique a exprimé ses doutes quant à la qualité du réseau Free : "je ne crois pas au Père Noël, une offre c'est non seulement un prix mais c'est aussi une couverture et un débit."

Wassinia Zirar

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.