Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Qui pour fabriquer le futur véhicule électrique et autonome d'Apple ?

Vu ailleurs Apple planche sur le développement d'un véhicule électrique et autonome. Au-delà de sa conception, encore faut-il pouvoir le fabriquer à grande échelle pour le commercialiser. Comme à son habitude, Apple semble vouloir mener une stratégie ou il développe intégralement le produit et contrôle l'ensemble de la chaîne de production tout en déléguant la fabrication à un sous-traitant.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Qui pour fabriquer le futur véhicule électrique et autonome d'Apple ?
Qui pour fabriquer le futur véhicule électrique et autonome d'Apple ? © Apple

Quelle stratégie va mener Apple quant à la production de sa voiture électrique et autonome ? L'entreprise, réputée pour sa discrétion sur ses projets innovants, planche sur un véhicule depuis plusieurs années déjà. Aujourd'hui, Apple semble avoir avancé au point de réfléchir à l'industrialisation future de cet Apple Car. Trois options semblent possibles, comme le rapporte Bloomberg : un partenariat avec un constructeur automobile, la construction de sa propre usine ou un rapprochement avec un sous-traitant.

La firme de Cupertino a une approche éprouvée pour lancer de nouveaux produits, comme le rappelle Bloomberg. Elle conçoit les produits en interne, sources ses propres composants, puis travaille avec des industriels pour l'assemblage avant de vendre les produits elle-même. L'entreprise technologique pourrait donc adopter une stratégie similaire pour son véhicule. Mais après avoir mené des discussions avec des constructeurs de renoms, Apple pourrait finalement se tourner vers des industriels moins connus.

La difficile approche des constructeurs automobiles
Dans un premier scénario, Apple développe un système de conduite autonome, conçoit les designs intérieur et extérieur, développe la technologie embarquée, et laisse la production finale à un constructeur automobile. Avec un tel contrat, le constructeur fabriquerait tout simplement un véhicule pour un concurrent sans que sa marque ne bénéficie d'une quelconque retombée.

Cela reviendrait à ce qu'Apple demande à Samsung de fabriquer ses iPhones, affirme à Bloomberg un ancien manager passé chez Apple et Tesla. La firme de Cupertino viendrait remettre en question la voiture telle que connue aujourd'hui, son fonctionnement, la façon dont les sièges sont faits ou son design, relate ce manager. Un constructeur traditionnel serait réticent à aider ce qui pourrait s'avérer être un concurrent disruptif.

Hyundai a d'abord confirmé mener des discussions sur ce sujet avec Apple avant de revenir sur ses propos. Le responsable d'Apple travaillant sur le véhicule autonome aurait aussi rencontré des représentants de Ferrari l'année dernière, ajoute Bloomberg sans pouvoir délivrer le contenu même des discussions qui n'ont pas abouti. En février, Nissan a démenti être en discussion avec Apple. Herbert Diess, le CEO de Volkswagen AG, a, quant à lui, affirmé "ne pas avoir peur" de l'arrivée d'Apple dans cette industrie.

Des marges trop faibles
Le scénario de la construction d'une usine par Apple peut être écarté assez facilement. Apple est connu pour ne pas avoir d'usine en propre mais nouer des contrats avec des sous-traitants comme Foxconn, Pegatron, Wistron, Flex Ltd et Luxshare pour la fabrication de ses ordinateurs, mobiles et tablettes. Les usines générèrent habituellement peu de marge et Apple préfère se concentrer sur le développement des technologies ou la conception des appareils. Ses marges dépassant largement celles de ses fournisseurs.

Le célèbre fabricant de véhicules électriques Tesla a perdu des milliards de dollars afin de faire sortir de terre ses propres usines, rappelle Bloomberg. Le constructeur, qui a annoncé avoir réalisé près de 700 millions de dollars de profit l'année dernière, ne commence à générer des revenus réguliers que depuis récemment. Dans l'industrie automobile "les marges bénéficiaires sont inférieures au modèle actuel d'Apple", a commenté un analyste de Goldman Sachs. Quelques marques de luxe, comme Ferrari, sont plus rentables mais sont des cas rares et il semble difficile de répliquer ce modèle pour des volumes plus importants.

Foxconn et Magna, deux prétendants sérieux
Assez logiquement, Apple devrait donc faire appel à un sous-traitant. Un partenariat avec un constructeur automobile semble bien trop compliqué à mettre en place et à faire perdurer notamment parce que les acteurs sont habitués à contrôler étroitement l'ensemble de leur supply chain, rapporte Eric Noble, président du cabinet de conseil CarLab. Foxconn et Magna semblent donc être deux prétendants sérieux.

Foxconn, qui a déjà des contrats avec Apple pour la fabrication des iPhones, fait son entrée dans le secteur de l'automobile. En octobre, le taïwanais a présenté un châssis pour véhicule électrique et une plateforme logicielle pour aider les constructeurs automobile à commercialiser plus rapidement leurs modèles. Le mois dernier, Foxconn a dévoilé un partenariat avec Fisker afin d'assembler plus de 250 000 véhicules électrique par an pour la start-up.

Apple décidé à produire sa voiture
Magna a aussi une histoire avec Apple. Les deux entreprises auraient eu des discussions au sujet de la fabrication de l'Apple Car lorsque la firme de Cupertino s'est engagée dans cette voie il y a cinq ans, selon Bloomberg. Et Magna connait très bien le secteur de l'automobile puisque l'entreprise assemble notamment des voitures pour BMW, Daimler et Jaguar. Ce sous-traitant automobile pourrait ainsi s'avérer être le choix le plus judicieux.

Apple semble décidé à concevoir un véhicule pour qu'il soit produit par la suite. L'entreprise a récemment posté une offre d'emploi pour un ingénieur expérimenté et spécialisé dans la fabrication afin de travailler au sein de son entité en charge des projets spéciaux qui chapeaute actuellement ses travaux sur le véhicule autonome. Il est précisé, ajoute Bloomberg, que l'ingénieur dirigera une équipe sur la stratégie industrielle et la supply chain. Une expérience de travail avec l'aluminium, l'acier et les composites, des matériaux clés dans la fabrication d'une voiture, est aussi demandée.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.