Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Renault investit dans les transporteurs connectés de Nino Robotics

Renault investit dans Nino Robotics, une start-up qui développe des solutions de mobilité à mi-chemin entre l'appareil médical et les engins de micro-mobilité existants. Au-delà de l'investissement financier, Nino Robotics va bénéficier de l'expertise de Renault pour développer son nouvel appareil Nino 4 et, pourquoi pas, déployer une flotte de Nino 4 disponible à la location.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Renault investit dans les transporteurs connectés de Nino Robotics
Le "Nino" développé par la start-up Nino Robotics. © Nino Robotics

Renault a annoncé lundi 2 décembre 2019 investir dans Nino Robotics. La start-up fondée en décembre 2014 est spécialisée dans le développement de transporteurs électriques et connectés pouvant être utilisés par des personnes à mobilité réduite. Cet investissement – dont on ne connaît pas le montant exact, mais qui s'élève à "quelques centaines de milliers d'euros" – est réalisé par Mobilize Invest, la société d’investissement de Renault dédiée aux projets à fort impact social dans le domaine de la mobilité.

 

Entre le matériel médical et les solutions de mobilité

"Nino Robotics est un fabriquant de solutions de mobilités douces qui s'adressent aux personnes qui marchent peu, mal ou pas du tout, décrit à L'Usine Digitale son fondateur et CEO Pierre Bardina. Entre 15 et 18% de la population déclare avoir un problème de mobilité", ajoute-t-il. Mais aucune solution de mobilité ne leur est dédiée : d'un côté, le matériel médical est trop lourd et connoté et de l'autre côté, les solutions de mobilité types trottinettes et vélos ne sont pas adaptées. Nino Robotics cherche donc à développer un transporteur qui soit une solution de micro-mobilité se situant entre ces deux segments.

 

Des synergies avec Renault

"Pour investir, Mobilize Invest regarde que l'entreprise ait un potentiel de rentabilité, un lien avec la mobilité, un impact social et que des synergies soient possibles avec Renault", liste François Rouvier, directeur social business chez Renault. Le constructeur ne fait donc pas qu'investir dans Nino Robotics, mais cherche à créer des synergies afin de l'aider à développer sa solution.

 

La start-up a passé une journée auprès des équipes du constructeur automobile pour leurs présenter son nouveau prototype Nino 4 dont "les premiers engins de pré-série devraient voir le jour dans le deuxième semestre 2020", précise Pierre Bardina. Design, mécanique, technologie de semi-autonomie… Différents points, sur lesquels les partenaires peuvent collaborer, ont été évoqués à cette occasion.

 

Une fonction semi-autonome pour Nino 4

Pour développer Nino 4, la start-up a "repris les éléments de design et d'apparence qui plaisaient sur son appareil Nino", explique Pierre Bardina. Sa prise en main et son accessibilité sont améliorées et ne nécessitent aucune formation pour maîtriser le transporteur. Nino Robotics souhaite aussi introduire un système semi-autonome baptisé "Follow Me" : le Nino 4 pourra être connecté via Bluetooth à un smartphone et guidé par le détenteur du téléphone. Cette option pourra, par exemple, être utile au Groupe Aéroports de Paris (ADP) qui cherche à automatiser son système d'assistance.

 

La jeune pousse aimerait faire de Nino 4 un transporteur multi-usages : "le siège pourra être enlevé pour y mettre une plate-forme cargo et le Nino 4 pourra suivre un agent de manière semi-autonome grâce à la fonctionnalité Follow Me", explique Pierre Bardina.

 

Avec Nino 4, la start-up se tourne vers les services

"Renault Mobileze va nous permettre de changer de modèle économique", ajoute Pierre Bardina. La jeune pousse, qui commercialisait ses engins auprès des particuliers, va pouvoir entrer dans une démarche de service de mobilité. Approchée par le Groupe ADP, Nino Robotics a des vues sur des marchés potentiels allant des monuments nationaux aux parcs naturels et aux parcs d'attraction. Le but  étant de leur louer un Nino 4, dont le prix à la vente devrait s'élever "à moins de 4 000 euros" l'unité, espère Pierre Bardina.

 

La jeune pousse envisage aussi, "dès le deuxième semestre 2020", de proposer une flotte de Nino 4 à la location, un peu sous la même forme que les Vélib'. Nino Robotics assure avoir été contactée par Eiffage à ce sujet. L'entreprise de construction, qui développe des éco-quartiers, est à la recherche de moyens de transports responsables et innovants pour les habitants. Dans ce domaine, Nino Robotics pourrait bénéficier de l'expertise de Renault qui dispose déjà d'une application Moov'inParis lui permettant de gérer une flotte de véhicules en libre-service.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media