Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Renault lance sa filiale dédiée aux nouvelles mobilités Renault MAI

Renault structure ses services de mobilité partagée en créant une nouvelle filiale dédiée. Baptisée Renault MAI, pour Mobility as an Industry, cette filiale va regrouper l'ensemble des services de mobilité proposés par Renault, en développer de nouveaux et favoriser l'émergence de partenariats avec des acteurs publics et privés.
mis à jour le 10 octobre 2019 à 09H57
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Renault lance sa filiale dédiée aux nouvelles mobilités Renault MAI
Renault lance sa filiale dédiée aux nouvelles mobilités Renault MAI © Renault

Renault a annoncé mercredi 9 octobre 2019 la création d'une nouvelle filiale dédiée exclusivement aux nouvelles mobilités. Baptisée Renault MAI, pour Mobility as an Industry, cette filiale doit regrouper l'ensemble des activités mobilités du groupe afin de créer des synergies, clarifier les offres et en créer de nouvelles.

 

Renault prend le virage de la mobilité partagée

Depuis plusieurs années, les consommateurs se détournent de la propriété d'un véhicule pour se tourner vers des offres de mobilité partagée diverses et variées : VTC, auto-partage, vélo en libre-service… de très nombreuses alternatives se développent. Renault, qui perçoit ces changements, ne veut pas rester sur le bord de la route. Depuis quatre ans, l'industriel s'est donc engagé dans le développement de nouveaux services de mobilité partagée : Renault Mobility, Zity à Madrid, Moov'in.Paris (véhicules en auto-partage). Tout en prenant des prises de participation ou en réalisant des acquisitions avec Karhoo, Yuso et le service de VTC francilien Marcel, Como, iCabbi ou encore Glide.

 

Sa nouvelle filiale Renault MAI doit donc regrouper tous ces services et inventer de nouvelles mobilités partagées en milieu urbain, péri-urbain et rural. Son nom (Mobility as an Industry) évoque d'ailleurs le concept de MaaS, Mobility as a Service, qui peut se définir comme une plate-forme regroupant différents moyens de mobilités et les systèmes de billettique y afférant. Mais Renault a voulu rappeler sa culture industrielle de constructeur automobile en mettant le mot "Industry" en avant.

 

Devenir un leader des mobilités partagées

A la tête de Renault MAI : Arnaud Molinié. Ce dernier va devoir "développer les actifs existants, accélérer la conquête de nouveaux marchés, et aider à leur organisation en nouant de nouveaux partenariats avec tous les acteurs privés et publics concernés par cette nouvelle révolution industrielle", résume dans un communiqué Thierry Bolloré, directeur général du Groupe Renault et président de Renault MAI. Villes, autorités régulatrices, opérateurs de transports ou encore entreprises d’autres secteurs sont visés par ces partenariats. Par exemple, en juin dernier, l'Alliance Renault-Nissan s'est rapprochée de Waymo, la filiale d'Alphabet en charge du développement des véhicules autonomes, afin d'explorer les services de mobilités autonomes.

 

Ces partenariats sont d'autant plus nécessaires que Renault a pour ambition "d’être un des premiers opérateurs mondiaux de nouvelles mobilités partagées, accessibles et durables", affirme Thierry Bolloré. L'ambition est grande dans ce secteur ou la concurrence est rude. Rien que du côté des constructeurs automobile, BMW et Daimler semblent avoir pris de l'avance en annonçant le rapprochement de leurs services de mobilité en... mars 2018.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media