Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Une navette et trois Zoé autonomes bientôt en fonctionnement sur le plateau de Saclay

Le plateau de Saclay, situé au nord de l'Essonne et au Sud-Est des Yvelines, devient une terre d'expérimentation pour les véhicules autonomes. Renault et Transdev vont y faire circuler une navette autonome i-Cristal et trois Zoé autonomes à travers deux services : un complément de nuit du service de transport existant et un service de véhicule autonome à la demande la journée. Les véhicules sont actuellement testés et devraient être mis en circulation, pour un panel d'utilisateurs, à partir de la seconde moitié de l'année 2019.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Une navette et trois Zoé autonomes bientôt en fonctionnement sur le plateau de Saclay
Une navette et trois Zoé autonomes bientôt en fonctionnement sur le plateau de Saclay © Léna Corot

Le Paris Saclay Autonomous Lab fait partie des 16 expérimentations de véhicules autonomes retenus par l'Etat. Ce projet mené par Renault, Transdev, l'institut Vedecom, l'IRT SystemX et l'Université de Paris-Saclay a été inauguré mercredi 15 mai 2019. Une navette i-Cristal et trois Renault Zoé autonomes arpenteront, dans la seconde moitié de l'année, les rues du plateau de Saclay. Mais pour monter à bord, il faudra avoir été précédemment sélectionné puisque Transdev et Renault n'ouvrent leurs services qu'à un panel d'utilisateurs.

 

Une navette i-Cristal pour compléter le service existant

La navette i-Cristal, fabriquée par Lohr, est équipée de différents capteurs et de la suite logicielle développée par Torc Robotics. Cette navette, qui réalise actuellement ses tests de validation, viendra compléter le service de transport collectif existant. Elle viendra augmenter l'amplitude horaire du service de transport entre la gare de Massy et le plateau de Saclay en réalisant cette liaison d'environ 3 kilomètres entre 23h et 3h, plage horaire durant laquelle les bus ne circulent plus.

 

 

Quatre arrêts seront desservis par la navette autonome pouvant accueillir jusqu'à 16 personnes. Si l'expérimentation se déroule bien, une seconde navette i-Cristal pourrait venir compléter ce dispositif à partir de 2020. Quant à savoir à partir de quand l'opérateur à bord ne sera plus nécessaire, Transdev - comme bon nombre des acteurs dans ce domaine - n'a pas la réponse.

 

Transdev veut utiliser cette expérimentation pour mieux comprendre le fonctionnement des véhicules autonomes. Contrairement aux navettes EasyMile ou Navya qu'il opère habituellement, ici, c'est Transdev qui a choisi les capteurs et la suite logicielle implémentés à son bord. L'opérateur de transport veut aussi avoir des retours d'utilisateurs afin d'améliorer ses services : que ce soit les écrans à bord transmettant différentes informations aux passagers ou l'application permettant de localiser la navette, savoir son heure de passage ou visualiser son trajet.

 

Trois Zoé Cab pour un service de VTC

En parallèle, trois Zoé Cab (puis quatre) seront disponibles à la demande. Ces véhicules autonomes pourront être commandés la journée, tels des VTC, via une application Marcel spécifique. Le véhicule vient alors chercher l'utilisateur qui monte à son bord et donne le top départ en cliquant sur l'écran situé face à lui. Il peut éventuellement s'arrêter en chemin pour qu'un second passager monte à son bord.

 

Ces Zoé autonomes, équipées de 6 Lidar et d'une caméra avec 5 focales, peuvent circuler sur une dizaine de kilomètres sur le plateau de Saclay. Elles peuvent atteindre 30 km/h et ne peuvent pas dépasser un cycliste ou une personne qui marcherait sur le bord de la route pour l'instant. Un opérateur à bord, qui peut reprendre le commandement à tout moment, peut effectuer ces dépassements.

 

 

 

Ces Zoé Cab ont été configurées différemment. L'une d'entre elles cherche à faire oublier l'opérateur à bord en le cloisonnant à sa place afin que les passagers se sentent comme dans un véhicule autonome. Les trois passagers pouvant monter à bord peuvent rester dans leur bulle individuelle grâce à un système sonore individualisé et la présence d'écrans distincts. "A terme Renault a vocation à devenir un opérateur de mobilité autonome", assure Fabienne Jougleux, qui travaille au design au sein de la division mobilité et services chez Renault. C'est pourquoi le constructeur automobile cherche de quelle façon optimiser le design de ces véhicules et que les retours des clients sont importants.

 

 

Un unique poste centralisé de commandement

La navette i-Cristal et les Zoé Cab sont superviséds depuis un même poste centralisé de commandement (PCC). Un superviseur scrute les véhicules et partage les informations en temps réel avec ces derniers. "Le PCC est divisé en deux parties", explique Michel Delhom, directeur technique chez Transdev. Une première partie, dédiée aux clients et au service, affiche les courses affectées à chaque véhicule.

 

 

Une partie technique est divisée en trois zones. La première, centrale, liste et hiérarchise sur l'écran du bas l'ensemble des alertes pendant que l'écran du haut permet de vérifier que l'ensemble du système fonctionne correctement. "L'opérateur peut arrêter la flotte ou un seul véhicule depuis cet écran", ajoute Michel Delhom. A gauche, l'opérateur peut voir l'état des véhicules jusqu'aux capteurs et calculateurs embarqués ainsi qu'une vidéo de l'intérieur du véhicule autonome. A droite, l'opérateur a une vue sur l'ensemble des infrastructures connectées et peut visualiser les obstacles sur la route.

 

 

Des infrastructures connectées

L'institut Vedecom a largement contribué à connecter une partie de l'infrastructure. Au total, ce sont trois feux connectés et 25 unités de bord de route que peuvent croiser les Zoé Cab et la navette autonome i-Cristal. Caméras classiques, caméras thermiques et Lidar peuvent équiper ces endroits stratégiques. Grâce à cette infrastructure connectée, les véhicules autonomes ont une perception augmentée. Par exemple, les feux de signalisation lui indiquent s'ils sont rouge ou vert. Le but ici va être de comprendre à quel point il peut être nécessaire de connecter l'infrastructure pour optimiser le fonctionnement des véhicules autonomes.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale