Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Zippin ouvre un magasin automatisé au Mile High Stadium de Denver

Vu ailleurs La start-up américaine Zippin a confirmé le 24 novembre l’ouverture d’un magasin entièrement automatisé au Mile High Stadium de Denver. C’est la deuxième ouverture de ce type pour la jeune pousse après un essai au Golden 1 Center de Sacramento. Et elle n’est pas la seule à viser le déploiement de sa technologie dans les complexes sportifs américains.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Zippin ouvre un magasin automatisé au Mile High Stadium de Denver
Zippin ouvre un magasin automatisé au Mile High Stadium de Denver © DenverBroncos.com

Zippin, pépite américaine spécialiste des solutions d’encaissement automatique, a annoncé le 24 novembre l’ouverture d’un magasin entièrement automatisé au sein de l’Empower Field at Mile High – ou Mile High Stadium – de Denver.

Dans cette boutique sous enseigne Drink MKT, l’utilisateur entre en scannant un smartphone associé à une carte de paiement, prend en rayons les produits et ressort sans passer par une caisse physique. Une solution combinant caméras et capteurs nourris de technologies d’intelligence artificielle identifie les références et les facture automatiquement au client.

Un déploiement accéléré en 2020
La société semble profiter du contexte du Covid-19 et de l’accélération du commerce sans contact. Elle a en mai dernier inauguré un espace entièrement automatisée à Moscou, au sein d’un supermarché de l’enseigne Azbuka Vkusa, en partenariat avec Visa et la banque russe Sberbank. En matière d’implémentation dans un complexe sportif, Zippin n’en est pas à son coup d’essai. En septembre 2019, l’entreprise ouvrait un magasin automatisé au sein du Golden 1 Center de Sacramento, en Californie.
 


Le choix n’est évidemment pas un hasard. Comme le rappelle le média spécialisé The Spoon, un stade fonctionnant à pleine capacité est un haut lieu de flux de visiteurs et d’achats, majoritairement alimentaires. Par ailleurs, les commerçants qui y sont implantés doivent avoir une exigence particulière quant à la rapidité du service au regard des événements sportifs qui s’y tiennent. Un terrain de jeu favorable à l’expérimentation de l’automatisation, des technologies d’intelligence artificielle et des solutions d’encaissement mobile, d'autant plus que ces stades hyper-connectés sont la plupart du temps déjà dotés des infrastructures nécessaires.

Stades et bureaux, avenir des magasins autonomes ?
Même si la tenue de grands événements sportifs est profondément affectée par l’épidémie de Covid-19, la période actuelle permet de rôder les technologies. Le Mile High Stadium est actuellement autorisé à accueillir 5 000 spectateurs – au lieu de quelque 76 000 – et la fréquentation réduite est propice à d’éventuels derniers réglages. Selon le PDG de Zippin, Krishna Motukuri, la durée du passage des clients au sein du magasin est en moyenne de 45 secondes. La start-up dit se concentrer sur les stades mais aussi les immeubles de bureaux, lieux qu’elle identifie comme "en forte demande" de solutions de commerce sans contact.

Si Zippin ne s’y est pas trompé, la start-up n’est évidemment pas la seule. Amazon, qui a ouvert son concept automatisé en 2018, cherche à commercialiser sa technologie Just Walk Out là où les commerces cherchent, au-delà de la pandémie, des solutions pour réduire les files d’attente. Soit les endroits caractérisés par des flux de personnes très importants.

Le géant américain a convaincu la société américaine OTG, qui exploite des restaurants et boutiques d'aéroports, pour son enseigne CIBO Express Gourmet Markets, et mène des pourparlers avec la chaîne de cinéma Regal, qui appartient au géant britannique Cineworld. Outre Just Walk Out, Amazon souhaite également développer Amazon One – son système de paiement avec authentification par la paume de la main – dans les stades, comme l’a récemment précisé Dilip Kumar, vice-président en charge d’Amazon Go.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.