Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

AutoX déploie un service de robot taxi ouvert au public et sans opérateur de sécurité en Chine

Vidéo La start-up chinoise AutoX déploie un service de robot taxi ouvert au public et sans opérateur de sécurité à Shenzhen. Une première en Chine selon cette jeune pousse qui multiplie les mises en circulation de ses véhicules autonomes dans différentes villes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

AutoX déploie un service de robot taxi ouvert au public et sans opérateur de sécurité en Chine
AutoX déploie un service de robot taxi ouvert au public et sans opérateur de sécurité en Chine © AutoX

AutoX, start-up chinoise spécialisée dans le développement de véhicules autonomes, a annoncé jeudi 28 janvier 2021 déployer un service de robots taxis sans opérateur de sécurité à Shenzhen. Ceci est le premier déploiement d'un tel service ouvert au public en Chine, précise la jeune pousse. Waymo, la filiale d'Alphabet, a aussi déployé un service de robot taxi ouvert au public du côté de Phoenix dans l'Arizona.

AutoX multiplie les déploiements
Suite à un partenariat avec Fiat-Chrysler Automobiles (FCA), AutoX a doté des monospaces Chrysler Pacifica de caméras, radars et Lidars et les a équipé de son système AI Driver. Ce sont ces véhicules qui composent sa flotte de véhicules. Pour profiter de ce service baptisé Robot Taxi et monter à bord d'un des véhicules autonomes, il faut s'inscrire à un programme pilote. AutoX ne précise pas sur quelles parties de la ville ses véhicules autonomes peuvent circuler ni le nombre exact de monospaces autonomes en circulation.

AutoX a diffusé une vidéo montrant à quoi ressemble une course à bord de son véhicule autonome : après avoir réservé sa course, le véhicule autonome arrive. Une fois monté à bord, il suffit d'appuyer sur un bouton pour que le véhicule démarre. Dans cette vidéo on voit le monospace se déporter sur l'autre voie pour éviter un camion stationné sur la route, ralentir et prendre ses distances pour doubler un vélo alors qu'un véhicule arrive dans l'autre sens ou encore tourner à un carrefour emprunté par d'autres usagers.
 


La start-up a été fondée en 2016 par Jianxiong Xiao, un ancien professeur de Princeton spécialiste de la vision par ordinateur, de l'apprentissage 3D et de la robotique. La jeune pousse, qui est soutenue par le géant de l'e-commerce Alibaba ainsi que par le constructeur Dongfeng, a levé 143 millions de dollars depuis sa création. Elle a obtenu l'autorisation des autorités californiennes de mener des tests sans opérateur de sécurité et multiplie les déploiements en Chine et multiplie le déploiement de véhicules autonomes dans les villes de Chine.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media