Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

BlaBlaCar lève 15 millions de dollars auprès d'IFC pour se renforcer au Brésil

Levée de fonds BlaBlaCar entend poursuivre son développement au Brésil pour faire de ce pays son premier marché mondial d'ici quelques années. Pour l'aider, le spécialiste du covoiturage a levé 15 millions de dollars auprès de l'IFC, qui doit également l'accompagner dans sa stratégie.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

BlaBlaCar lève 15 millions de dollars auprès d'IFC pour se renforcer au Brésil
Makhtar Diop, directeur général de l'IFC et Nicolas Brusson, co-fondateur et CEO de BlaBlaCar. © Davide LEGGIO/Visit-In

BlaBlaCar a annoncé le 16 juin 2022 avoir signé un accord d'investissement avec IFC pour soutenir sa croissance au Brésil. La branche du secteur privé du Groupe de la Banque mondiale investit 15 millions de dollars dans le spécialiste du covoiturage. Au-delà de l'aspect financier, IFC va accompagner BlaBlaCar dans le développement de ses activités au Brésil puisqu'il connait très bien les enjeux locaux.
 

L'arrêt du développement en Russie

La pépite française avait annoncé avoir levé 97 millions d'euros en avril 2021 afin de financer sa croissance alors que son activité a été fortement affectée par la pandémie de Covid-19. A peine l'activité repartie, la stratégie de BlaBlaCar s'est vue affectée par la guerre en Ukraine. En quelques années, la licorne s'est emparée de son concurrent russe Beepcar, de l'opérateur de bus russe Busfor et de l'entreprise ukrainienne Octobus. Des acquisitions visant à l'aider à développer ses activités en Russie et en Ukraine.

Une stratégie de développement largement remise en cause depuis la guerre en Ukraine. La licorne a annoncé cesser ses investissements en Russie en mars dernier. Toutefois, le service dans ce pays est maintenu mais BlaBlaCar assure que "les flux financiers entre son siège et sa filiale russe sont interrompu" et annule tous les projets de développement liés à ce marché. Un porte-parole de l'entreprise précise que la filiale russe de BlaBlaCar ne réalise pas de profit. D'où le renforcement de sa présence en Amérique Latine.

12 millions de membres au Brésil

La licorne française est présente au Brésil depuis 2015 avec sa plateforme de covoiturage et 2020 pour la vente de billets de bus. Avec cet apport financier, elle veut poursuivre l'expansion de sa plateforme au Brésil où elle compte déjà 12 millions de membres. BlaBlaCar assure avoir une croissance rapide dans ce pays et bien se remettre de l'impact de la pandémie puisqu'elle revendique deux fois plus de passagers aujourd'hui qu'en 2019. BlaBlaCar s'attend à ce le Brésil, qui est aujourd'hui son troisième marché mondial, devienne son premier marché d'ici à quelques années.

Le territoire brésilien est vaste et la demande en transport longue distance élevée. Mais les infrastructures sont souvent peu adaptées, les prix opaques et la sécurité par toujours suffisamment assurée. Surtout, les ventes en ligne représentent moins de 15% des ventes de billets de bus. BlaBlaCar entend contribuer à la numérisation des compagnies de bus et les aider à remplir leur bus. Aujourd'hui BlaBlaCar propose 12000 itinéraires desservis par 125 compagnies de bus. D'ici la fin de l'année, elle souhaite avoir 300 compagnies partenaires.

Un focus sur les marchés émergents

"Nous allons pouvoir nous appuyer sur la grande expérience d'IFC dans les pays en développement pour continuer de faire grandir notre offre de voyage longue distance au Brésil et dans les autres marchés émergents où nous opérons", explique Nicolas Brusson, directeur général et cofondateur de BlaBlaCar, dans un communiqué. Au-delà du Brésil, l'Amérique Latine pourrait devenir un marché essentiel pour BlaBlaCar et notamment le Mexique. La licorne française se concentre aussi sur ses marchés historiques en Europe, comme la France et l'Espagne où la hausse des prix des carburants favorise le développement du covoiturage et du bus en tant qu'offre de transport à bas coût.

Aujourd'hui BlaBlaCar revendique plus de 100 millions de membres circulant en covoiturage ou en bus grâce à sa plateforme dans les 22 pays où elle est présente. Sa croissance passe par le développement de son activité sur différentes zones géographique ainsi que l'élargissement de son offre de transport. Après le covoiturage et le bus, la pépite française souhaite intégrer le train à son offre. Elle ne précise pas quels pays ou quels acteurs sont concernés, mais il convient de rappeler que la SNCF est entré au capital de BlaBlaCar en novembre 2018. Allant dans le sens de la mise en place d'une plateforme multimodale, la licorne a également conclu un partenariat stratégique avec Voi en France afin de proposer un service de trottinette électriques en libre-service à ses usagers.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.