Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2021] La stratégie de conduite autonome de Tesla va dans une impasse, selon le CEO de Mobileye

Vu ailleurs Amnon Shashua, le CEO de Mobileye, prédit que la stratégie de Tesla avec son système Autopilot va atteindre un plafond de verre. Si les deux entreprises tentent d'améliorer leurs systèmes d'aide à la conduite déjà en circulation, la ressemblance s'arrête là selon le dirigeant. Mobileye, qui déploie des véhicules autonomes, travaille désormais sur toute la chaîne de valeur de ces systèmes, y compris sur des technologies de cartographie 3D et de Lidar.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

[CES 2021] La stratégie de conduite autonome de Tesla va dans une impasse, selon le CEO de Mobileye
[CES 2021] La stratégie de conduite autonome de Tesla va dans une impasse, selon le CEO de Mobileye © Mobileye

A l'occasion du CES de Las Vegas, Amnon Shashua, le CEO a Mobileye, s'est livré à une critique acerbe de Tesla sans directement mentionner l'entreprise. Des propos rapportés par Ars Technica. La filiale d'Intel, qui reste très indépendante vis-à-vis de sa maison-mère, fourni aujourd'hui des systèmes avancés d'aide à la conduite (ADAS) pour de très nombreux véhicules sur le marché. Sa stratégie présente des similitudes avec celle de Tesla.

Evolution de leurs systèmes avancés d'aide à la conduite
Une stratégie possible pour développer une technologie de conduite autonome, a expliqué Amnon Shashua, était de "simplement enregistrer toutes les informations possibles à l'aide des caméras, puis, lorsque vous êtes connecté au Wi-Fi, d'envoyer ces données vers le cloud". Une entreprise pourrait "déployer un système pourri, dire que c'est une bêta" et ensuite essayer "de l'améliorer, de l'améliorer et de l'améliorer", ajoute-t-il. "Cette stratégie peut sembler raisonnable, mais en fait c'est une façon brutale de faire les choses" qui est susceptible de "rencontrer un plafond de verre", juge Amnon Shashua.

Une critique cinglante qui semble s'adresser au constructeur automobile Tesla, même s'il n'est jamais cité, précise Ars Technica. Pourtant, Mobileye et Tesla ont des stratégies qui se ressemblent par certains aspects : les deux entreprises entendent pivoter vers la conduite autonome en faisant évoluer graduellement leurs systèmes actuels. Elles développent leurs propres puces et les composants logiciels associés. Par ailleurs, jusqu'à présent aucune des deux sociétés n'a équipé ses voitures de Lidar, ce capteur coûteux utilisé par la plupart des entreprises du secteur pour mieux appréhender l'environnement. Elles se reposent exclusivement sur des caméras.

Une collecte importante de données
Grâce aux voitures déjà équipées de leurs systèmes ADAS, les deux entreprises accèdent à une multitude de données de conduite en conditions réelles. Mobileye a conclu des accords de partage des données avec six constructeurs dont Volkswagen, BMW et Nissan, qui embarquent ses caméras, puces et logiciel. Un million de voitures équipées de ses technologies qui sont en circulation. Près d'un milliard de kilomètres ont été parcourus à ce jour et environ 8 millions de kilomètres sont réalisés quotidiennement.

Les ressemblances avec Tesla s'arrêtent probablement là. Elon Musk a juré de ne jamais utiliser de Lidar ou de carte haute définition, craignant que ces technologies rendent les systèmes autonomes trop fragiles. A l'inverse, Mobileye investit massivement dans les deux technologies et prévoit de les intégrer dans ces prochains systèmes, plus avancés, en combinaison avec les données issues des caméras. Amnon Shashua est en effet persuadé depuis des années que la redondance des systèmes de conduite autonome (aussi bien au niveau des unités de calcul que des données et des modèles décisionnels) est absolument nécessaire.

Une carte 3D innovante pour Mobileye
Tesla utilise les données collectées par les véhicules pour entraîner son réseau de neurones à reconnaître des objets (piétons, camions, panneaux de signalisation, etc.). Amnon Shashua a assuré que cela ne demande pas tant de données que ça et que son propre logiciel a déjà atteint des performances meilleures que les humains sur cette tâche. Le plus compliqué, selon lui, est d'identifier et comprendre les règles qui sous-tendent la façon dont un véhicule se comporte.

Aujourd'hui, Mobileye équipe les véhicules d'un logiciel qui collecte les données sur la route et son environnement ainsi que sur la façon dont les véhicules aux alentours se comportent. Ces informations sont traitées localement pour en compiler un résumé qui peut ensuite être transmis aux ingénieurs via une connexion cellulaire bas débit.

Ces données sont utilisées pour développer des cartes 3D détaillant les virages et l'implantation des panneaux de signalisation, mais aussi la façon dont les conducteurs se comportent habituellement à tel ou tel endroit : à quelle vitesse les voitures roulent, quelle voie est plébiscitée pour tourner, etc. Ces informations devraient permettre au système embarqué de juger à quel endroit il est sûr ou non d'être activé.

Un Lidar en préparation
Mobileye a déjà développé un prototype de véhicule autonome qui fonctionne uniquement à l'aide de caméras. La prochaine étape est de développer un système complètement séparé qui fonctionnera grâce aux radars et Lidars. Ce n'est qu'une fois seulement que ces deux technologies seront opérationnelles séparément que Mobileye entend les regrouper. L'idée derrière cette démarche est de parvenir à un système hybride au sein duquel chaque technologie compense les potentiels défauts de l'autre, garantissant une sécurité très élevée.

Mobileye planche sur un Lidar à ondes continues modulées en fréquence (FMCW). Cette technologie est supposée être plus robuste face aux interférences et pouvoir estimer à la fois la distance et la vitesse d'un objet. Ammon Shashua a précisé qu'Intel avait la capacité de produire un circuit intégré photonique dit PIC qui sera le System-on-Chip du Lidar. L'utilisation d'un PIC devrait lui permettre d'avoir un Lidar moins cher et plus fiable que d'autres produits actuellement sur le marché. L'entreprise prévoit de dévoiler sa technologie en 2025.

Mobileye déploie des véhicules autonomes
Le fait qu'Elon Musk ait exclu l'utilisation de Lidars sur ses véhicules et ne semble pas du tout plancher sur cette technologie pourrait freiner considérablement ses avancées si cette technologie s'avère au final indispensable pour la conduite autonome. Beaucoup d'autres entreprises, dont Waymo, ont fait le pari du Lidar. Une autre différence considérable entre les deux entreprises est que Mobilieye ne se contente pas uniquement de commercialiser des ADAS auprès de constructeurs automobiles et de collecter leurs données, mais l'entreprise déploie aussi des véhicules autonomes et des services de robot taxi pour renforcer sa technologie.

L'Israélien prévoit ainsi de déployer un pilote à Paris en 2021 (celui-ci doit être réalisé en lien avec la RATP), Shanghai, Tokyo et éventuellement New-York. Des véhicules Mobileye ont déjà circulé à Munich, Détroit ou encore Jérusalem.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.