Covid-19 : Gap robotise la préparation de commandes pour éviter les contaminations

Gap s'équipe d'une flotte de robots pour automatiser la préparation de commandes de vêtements effectuées en ligne, qui ont explosé pendant la crise sanitaire. L'objectif est double : réduire les contacts pour éviter les contaminations et combler le manque d'employés dans les entrepôts.

Partager
Covid-19 : Gap robotise la préparation de commandes pour éviter les contaminations

Le groupe américain de magasins de vêtements Gap s'est équipé de nouveaux robots pour préparer les commandes effectuées en ligne, annonce Reuters le 21 mai 2020. L'objectif est de limiter au maximum les contacts entre employés pour lutter contre la propagation de la pandémie de Covid-19.

Réduction du nombre d'employés

En début d'année, Gap avait passé un contrat avec la start-up américaine Kindred AI pour tripler sa flotte de robots dans ses entrepôts d'ici l'automne. Les termes financiers de l'accord n'ont pas été dévoilés. Kevin Kuntz, vice-président de Gap pour la logistique, raconte avoir demandé à son fournisseur de livrer plus rapidement les machines afin de faire face à l'accroissement des commandes en ligne pendant le confinement. Un besoin d'autant plus pressant que le nombre d'employés a dû être réduit pour faire respecter la distanciation physique imposée dans les entrepôts.

La jeune pousse a installé dix robots dans l'entrepôt de Gap près de Nashville, dans le Tennessee et 20 près de Columbus, dans l'Ohio. Chaque machine remplace le travail généralement effectué par quatre personnes, ce qui permet d'augmenter la cadence de préparation des commandes de vêtements. Les marchandises commandées provenant de différents chariots sont déversées dans un grand bac. Le bras robotisé situé au-dessus sélectionne chaque unité, scanne son code à barres et le place dans un casier. Une fois que tous les articles du casier sont entrés, un employé place le bac sur un convoyeur pour l'emballage et la livraison.

Le commerce en ligne, une bouée de sauvetage

Gap a fait face à une crise de liquidités provoquée par la fermeture de ses 3300 magasins physiques. En effet, les trois quarts de ses revenus proviennent des ventes en magasin. L'entreprise a dû emprunter 2,25 milliards de dollars pour tenir le choc. Alors qu'elle a maintenu ses magasins chinois en activité et a commencé la réouverture de 800 autres ce mois-ci, les ventes en ligne ont été sa bouée de sauvetage pendant la crise sanitaire.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS