Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cruise pourrait bientôt proposer un service de robot taxi sans chauffeur de sécurité

En Californie, Cruise est autorisé à proposer des courses à des particuliers à bord de ses véhicules autonomes, et ce sans opérateur de sécurité. La filiale de General Motors est la première entreprise à obtenir cette autorisation de la CPUC (California Public Utilities Commission), une des deux entités qui émet les autorisations pour tester des véhicules autonomes en Californie.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cruise pourrait bientôt proposer un service de robot taxi sans chauffeur de sécurité
Cruise pourrait bientôt proposer un service de robot taxi sans chauffeur de sécurité © Cruise

Un petit pas de plus vers l'ouverture de son premier service de véhicule autonome à la demande. Cruise, la filiale de General Motors, est autorisée à proposer à des particuliers des courses à bord de ses véhicules autonomes dépourvus d'opérateur de sécurité.

Une autorisation émise vendredi 4 juin 2021 par la California Public Utilities Commission (CPUC) dans le cadre de son programme "Driverless Pilot". Cruise est la première société à obtenir ce permis, mais cela ne l'autorise pas à facturer les courses à bord de ses véhicules autonomes.

Avec ou sans opérateur ?
"Les véhicules autonomes peuvent transformer notre système de transport et nos communautés en répondant aux besoins de mobilité individuelle, en améliorant la sécurité routière, et en transportant les biens dans tout l'Etat de manière durable et efficace", a déclaré Genevieve Shiroma, une commissaire du CPUC, dans un communiqué. Le CPUC a donc mis en place deux autorisations distinctes afin de permettre aux sociétés de développer et tester leurs véhicules autonomes dans des conditions de sécurité optimales pour les citoyens.

Le premier permis proposé par le CPUC permet aux sociétés de proposer des courses à bord de leurs véhicules autonomes avec un opérateur de sécurité. Le second, permet de ne pas avoir d'opérateur de sécurité. Pour l'instant, Cruise est donc la seule entreprise à avoir obtenu cette seconde autorisation. D'autres sociétés, comme Aurora, AutoX, Cruise, Deeproute.ai, Pony, Voyage (qui a été rachetée par Cruise) Waymo et Zoox ont obtenu la première autorisation, rappelle TechCrunch.

Pour la commercialisation, l'autorisation du DMV
Mais, le CPUC n'est pas le seul organe à délivrer des permis pour autoriser la circulation de véhicules autonomes en Californie. Le Department of Motor Vehicles (DMV) autorise les sociétés à tester leurs véhicules autonomes avec des opérateurs à bord, mais également sans opérateur de sécurité. Cette deuxième autorisation a été accordée à 8 entreprises : AutoX, Baidu, Cruise, Nuro, Pony.ai, Waymo, WeRide et Zoox.

L'étape finale auprès du DMV est le permis de déploiement qui autorise la mise en place d'un service commercial ce qui permet de facturer le trajet aux clients. Nuro a obtenu cette autorisation, comme le rappelle TechCrunch. La start-up, dont les véhicules autonomes ne transportent pas des passagers mais uniquement des biens, n'a pas à passer le processus des permis accordés par le CPUC qui se concentre sur le transport de passagers.

Cruise, qui a fait une demande auprès du DMV pour obtenir l'autorisation de facturer les courses en robot taxi devrait probablement déployer son service dans la foulée. La filiale de General Motors se prépare depuis de longs mois à un tel déploiement qui devait initialement se faire en 2019. Elle a dévoilé un véhicule autonome Cruise Origin qui est spécifiquement conçu pour la mobilité partagée et mène de nombreux essais dans les rues de San Francisco.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.