Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Franprix et Cdiscount se rapprochent et promettent la livraison en 30 minutes aux Parisiens

Franprix et Cdiscount, deux enseignes du groupe Casino, ont annoncé mercredi 22 mai 2019 un rapprochement stratégique. Tour d’horizon de cette alliance dont l’un des piliers concerne la livraison en moins de 30 minutes à Paris.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Franprix et Cdiscount se rapprochent et promettent la livraison en 30 minutes aux Parisiens
Franprix et Cdiscount se rapprochent et promettent la livraison en 30 minutes aux Parisiens © Capture
Les grands volets du partenariat
• La livraison en 30 minutes sur Paris et région parisienne via des magasins "mini-entrepôts"
• La disponibilité d'une partie de l'offre vin, électroménager et high-tech Cdiscount en magasin Franprix
• 800 références du Drugstore Parisien sur le site Cdiscount
• Un soutien des équipes Cdiscount sur l'applicatif, les réseaux sociaux et le moteur de recherche de Franprix

 

"Un mariage d’amour et de raison". C’est par ces mots que Jean-Paul Mochet a annoncé le rapprochement de son enseigne avec Cdiscount, ce mercredi 22 mai. Aux côtés d’Emmanuel Grenier, PDG du site e-commerce, le patron de Franprix est revenu longuement sur les synergies entre ces deux grands noms du retail et les points communs de ces dirigeants, tous deux à la tête d’une enseigne du groupe Casino depuis 2008. "Nous partageons les mêmes idées sur l’innovation", poursuit Jean-Paul Mochet. "Nos enseignes sont à la fois différentes et complémentaires", ajoute Emmanuel Grenier. Offre alimentaire vs non alimentaire, enseigne très urbaine vs pure-player bien implanté en province, relation humaine vs culture d’innovation... Quels sont les bénéfices d’un tel partenariat entre deux enseignes radicalement différentes ?

 

Une équipe de 4 personnes dédiées au digital chez Franprix

Pour Cdiscount, il s’agit, après des incursions physiques - via le 4Casino et les hypers - de profiter de la force de frappe des 900 magasins Franprix, "notamment à Paris où nous adressons moins bien les clients. Cela nous permet aussi de monter en gamme", résume Emmanuel Grenier. L’enseigne de proximité, qui s’est entièrement renouvelée avec son concept Mandarine, "touche toute sorte de clientèle, explique son dirigeant. Des habitants des quartiers, des touristes et une clientèle de bureaux". Pour Franprix, c’est la possibilité d’accélérer sur le digital au sens large. "Nous avons 4 personnes dédiées, Cdiscount a 700 ingénieurs", pointe Jean-Paul Mochet.

 

 

 

La data au service de l'assortiment

Concrètement, ce rapprochement comprend trois volets : l’assortiment, le backoffice et la livraison. Le premier volet, entamé il y a quelques mois, permet à des magasins Franprix de proposer un assortiment Cdiscount en non-alimentaire (high-tech, petit électroménager) et une offre vin (7 000 références), qui sera renouvelée chaque mois. "Nous sortons du schéma traditionnel de la distribution du vin basée sur une offre figée pour un an, explique Jean-Paul Mochet. Comme dans la mode, il y aura une rotation des gammes très puissante".

 

En ligne, cette extension de l’offre est déjà visible. En point de vente (la liste des 25 magasins déjà concernés est disponible en ligne), ces espaces seront habillés aux couleurs du pure-player, et les étiquettes des prix seront dotées des avis clients Cdiscount, un dispositif qui n’est pas sans rappeler Amazon 4-Stars. Par ailleurs, une sélection de produits issue du top ventes et des produits incontournables vendus par Cdiscount (téléphonie, jouets, petit électroménager, bricolage…) seront disponibles à la livraison en 90 minutes. A noter que l’offre sera déterminée en fonction de l’implantation et de la taille du Franprix, avec deux schémas d’exposition : soit une trentaine de références de petit électroménager, soit un assortiment plus large de produits high-tech et connectique. La définition de l’assortiment s’appuiera par ailleurs sur la data collectée par Cdiscount sur les achats réalisés en ligne dans ces zones de chalandise. "Nous savons ce qu’achètent nos clients parisiens", rappelle Emmanuel Grenier.

 

"Cdiscount devient l’agence digitale de Franprix"

Sur le site Cdiscount, les 20 millions de visiteurs uniques mensuels (dont 9 millions de clients) ont désormais accès via un shop-in-shop en ligne aux 800 références de l’offre sélective beauté et bien-être du Drugstore Parisien, concept lancé en juillet 2018 avec L’Oréal. Pour Jean-Paul Mochet, "c’est un vrai coup d’accélérateur, avec des premiers résultats plutôt intéressants". Une audience exceptionnelle à laquelle l’enseigne de proxi n’aurait pas eu accès sans Cdiscount.

 

Côté digital, Cdiscount met son savoir-faire technologique de leader numérique au service de la digitalisation de Franprix. Sont concernés :  l’applicatif - un vrai enjeu pour Franprix et son programme Bibi, lancé il y a quelques semaines -, les réseaux sociaux et le moteur de recherche. Selon les termes employés, "Cdiscount devient l’agence digitale de Franprix". Une digitalisation discrète puisqu’elle concerne les backoffice, avec également une partie dédiée à la gestion des stocks en temps réel. Des dispositifs invisibles pour le consommateur. "Nous ne ferons pas de nos magasins des sapins de Noël", prévient le patron de Franprix.

 

De commerce de proximité à mini entrepôt logistique

Sur les services - et c’est sans doute l’annonce phare de ce partenariat - les deux enseignes lanceront dès septembre 2019 un dispositif de livraison express en 30 minutes à Paris sur les produits alimentaires (dont les produits frais et les plats chauds) et non alimentaire via des produits de dépannage. L’offre sera disponible sur Internet et mobile. "Grâce à un réseau de dizaines de magasins Franprix, ce nouveau service permettra notamment la livraison express de produits qui créent l’événement comme des smartphones dernière génération ou des jeux vidéo dont la sortie sur le marché est souvent très attendue", expliquent les deux partenaires. Des premiers tests devraient voir le jour en juin, avant un déploiement à la rentrée. Un calendrier un peu juste pour les achats de fournitures scolaires, souvent anticipées, mais qui devrait se révéler pertinent pour les foires aux vins d’automne.

 

Pour garantir un délai de livraison aussi court, les magasins Franprix vont servir de mini entrepôts logistiques, aménagés dans les sous-sols, soit 5 ou 6 "Dark store", actuellement en cours de développement. En d’autres termes, Cdiscount sera le vendeur, tandis que Franprix sera le préparateur et le livreur de la commande. Un domaine sur lequel l’enseigne physique a déjà fait ses  armes, avec des partenaires comme Stuart ou Glovo et la livraison en moins de 45 minutes. "La livraison express est aujourd’hui le sujet numéro un du commerce, poursuit Jean-Paul Mochet. Elle permet de proposer une expérience client exceptionnelle, même si nous ne évidemment sommes pas les seuls à nous positionner sur ce service". Chez Franprix, 70% des commandes en ligne sont livrées en express. Sur Cdiscount, le client logué - et donc identifié comme résident parisien - disposera sur la fiche produit de l’éligibilité de celui-ci à la livraison en 30 minutes.

 

Si ce partenariat ne comprend aucune dimension capitalistique, il traduit pour les deux retailers l’enjeu de revêtir à très court terme un profil entièrement omnicanal. Cdiscount fera d’ailleurs profiter Franprix de son écosystème d’innovation et de son réseau de start-up basé dans le Sud-ouest.

 

Il s’agit d’une alliance de bons sens au sein d’un même groupe, à l’heure où les géants de la distribution se rapprochent des Gafa. Monoprix, autre enseigne du groupe Casino, a annoncé en septembre 2018 s’allié à Amazon (via Amazon Prime Now), tandis que Carrefour bénéficie désormais de l’appui de Google pour se transformer. "Une enseigne physique ne peut pas devenir toute seule experte en digitale, admet Jean-Paul Mochet, qui poursuit : ce n’est pas simple. Il y a deux ADN très différents qui doivent donner un ADN commun. Mais cela demande surtout une vision commune de l’expérience-client", conclut-il.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale