Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Lyft veut profiter des déboires d'Uber, avec une levée de 600 millions de dollars

Levée de fonds Lyft est parvenu à boucler une levée de fonds de 600 millions de dollars. De quoi continuer à titiller Uber, l'indétrônable numéro 1 du secteur confronté à une série de polémiques.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Lyft veut profiter des déboires d'Uber, avec une levée de 600 millions de dollars
Lyft veut profiter des déboires d'Uber, avec une levée de 600 millions de dollars © Lyft

C'est le Money time pour Lyft. Le service de VTC américain veut capitaliser sur les déboires de son principal rival Uber. Il vient de boucler une nouvelle levée de fonds de 600 millions de dollars, qui le valorise désormais 7,5 milliards de dollars. 600 millions, c'est grosso modo ce que le service a perdu en 2016 en raison de ses investissements : le bouclage de cette levée de fonds n'était donc pas anodin.

 

Pour comparaison, Uber est valorisé 68 milliards de dollars, près de neuf fois plus que Lyft. Le challenger avait réalisé 18 millions de trajets en décembre 2016 aux Etats-Unis, contre 78 millions pour Uber, selon le Wall Street Journal. Le match est donc déséquilibré mais l'écart s'est légèrement resserré début 2017 après le lancement de plusieurs campagnes de boycott visant Uber. Rappelons que ce dernier est présent à l'international tandis que Lyft se concentre sur les Etats-Unis.

 

Rakuten réinvestit

Fidèle à sa philosophie, Lyft se veut très discret sur cette nouvelle levée de fonds. Il indique sur son blog que plusieurs actionnaires actuels ont remis au pot (comme le japonais Rakuten et le fonds Janus Capital) tandis que de nouveaux investisseurs l'ont rejoint : AllianceBernstein, Baillie Gifford, KKR, et le Fonds de gestion des pensions canadien. Pas de mention de GM, le principal partenaire industriel de Lyft qui avait injecté un demi-milliard de dollars dans la start-up début 2016.

 

Lyft doit lancer avec le constructeur un service de transport en véhicules autonomes dès 2018. Le service de VTC expérimente aussi la mise en place de "lignes" fixes de VTC, à l'image des réseaux de bus, comme l'expérimente LeCab à Paris avec la start-up new-yorkaise Via.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale