Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Nvidia consolide ses outils de simulation sous le pavillon Omniverse

Nvidia profite de l'engouement pour le métavers pour promouvoir sa solution de collaboration 3D multi-logiciels, aptement nommée Omniverse. Compatible avec de plus en plus d'applications, elle se voit également dotée de nouvelles fonctionnalités, et notamment de la gestion d'expériences en réalité virtuelle et augmentée. Elle intègre aussi désormais l'outil de génération de données synthétiques Drive Sim. Parmi ses utilisateurs : Lockheed Martin pour la simulation d'incendies de forêt, Sony Pictures Animation pour la création de films d'animation ou Ericsson pour la simulation de réception cellulaire.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Nvidia consolide ses outils de simulation sous le pavillon Omniverse
Nvidia consolide ses outils de simulation sous le pavillon Omniverse © Nvidia

On l'a compris, le métavers est le buzzword du moment. Nvidia y dédie donc sans surprise une partie de sa conférence GTC 2021 ce 9 novembre, insistant en particulier sur son outil de travail collaboratif en 3D, Omniverse. Ce dernier s'appuie sur le format de fichier Universal Scene Description (USD), que Nvidia décrit de façon assez cocasse comme "le HTML des mondes en 3D".

Malgré cet abus de langage, il est indéniable que le format gagne en popularité. Créé à l'origine par Pixar et démocratisé ces dernières années par Apple, qui l'a adopté pour ARKit, il est désormais géré par Adobe Substance 3D, Clo Virtual Fashion, Golaem, Maxon, Notch et Wacom, sans compter les produits Autodesk (3DS Max, Maya, Revit), Blender, Cinema 4D, Houdini, ZBrush et bien d'autres... Nvidia les inclut donc tous dans son "écosystème Omniverse".

Un écosystème en croissance
L'entreprise peut aussi se targuer d'une adhésion progressive par le biais de connecteurs et d'extensions dédiés à Omniverse. Il y en a six nouveaux depuis le début de l'année : Esri ArcGIS CityEngine, PTC OnShape, Reallusion iClone, Replica (AI Voice), Radical (Pose Estimation), Lightmap (HDR Light Studio). Ils rejoignent ceux de Daz3D, PlantFactory, Style3D ou TwinBru.

Nvidia met en avant la diversité des produits représentés, et notamment Esri, un logiciel dédié à la conception d'espaces urbains photoréalistes, mais aussi Bentley Systems, dont la solution iTwin permet de créer des jumeaux numériques d'infrastructures industrielles (usines, plateformes pétrolières...).

A terme, l'ambition de Nvidia est d'atteindre 40 millions de créateurs 3D. Elle met en avant le téléchargement de l'application par 70 000 créateurs indépendants depuis le lancement de l'open beta en décembre 2020, et des expérimentations au sein de 700 entreprises, dont le groupe BMW, CannonDesign, Epigraph, et les cabinets d'architectes HKS et KPF.
 


Des cas d'usage chez Lockheed Martin, Ericsson et Sony Pictures
Deux cas d'usage sont spécifiquement mis en avant par Nvidia. Le premier est la simulation des feux de forêts, véritable fléau sur la côte ouest des Etats-Unis. "Les modèles de propagation de ces feux datent des années 70, et il est temps de les faire évoluer," a expliqué Lev Rebaredian, directeur technique chez Nvidia, lors d'une présentation sur le sujet.

L'entreprise va construire pour ce faire un laboratoire basé dans la Silicon Valley en collaboration avec Lockheed Martin, l'US Department of Agriculture Forest Service et la Colorado Division of Fire Prevention & Control (DFPC). Leurs travaux s'appuieront sur les technologies de simulation de Nvidia, à la fois en matière d'IA et de simulation (avec Omniverse). Des jumeaux numériques seront créés pour mieux comprendre la propagation des flammes suivant les conditions environnementales.
 


Avec Ericsson, c'est pour l'optimisation du déploiement de réseaux 5G que seront créés des jumeaux numériques dans Omniverse. L'intérêt pour l'équipementier télécoms est de comprendre comment la forme, la hauteur ou la composition des bâtiments, des arbres et du mobilier urbain va influencer les signaux émis par ses antennes et leur réception par des terminaux utilisateurs (du smartphone au véhicule connecté).

Enfin, Sony Pictures Animation est en phase d'exploration avec Omniverse Enterprise pour permettre à ses artistes de collaborer à distance sur une même scène d'un film d'animation en 3D.

CloudXR, support de la VR, calcul multi-GPU...
Omniverse continue par ailleurs de se doter de nouvelles fonctionnalités. CloudXR, le framework de streaming pour la réalité virtuelle et augmentée mis au point par Nvidia, y est désormais intégré. Il permet de créer des expériences immersives qui tournent sur le cloud mais sont streamées vers des appareils mobiles. Omniverse gère également enfin les casques de réalité virtuelle, y compris avec le ray tracing, ce que l'entreprise décrit comme une grande première. Omniverse prend donc le relais d'Holodeck.

Omniverse Farm, de son côté, rend possible de calculer une même scène sur plusieurs stations de travail ou serveurs, qu'il s'agisse de générer des données synthétiques ou de convertir des fichiers. Et Showroom permet de faire des démonstrations de façon simplifiée, sans que l'utilisateur n'ait à maîtriser l'outil.
 


Drive Sim passe sous pavillon Omniverse
Autre annonce : Omniverse Avatar, qui regroupe les technologies existantes de Nvidia pour la synthèse vocale (Riva), la vision par ordinateur (Metropolis), le traitement du langage naturel (modèle Megatron 530B) et la recommandation (Merlin) dans un seul package. Deux cas d'usage intéressants ont été présentés pour ces avatars : la visioconférence par le biais du projet Maxine (chose que Microsoft Teams fait déjà) et le service client avec projet Tokkio (l'avatar personnalisant un kiosque dans un restaurant). A voir si cela se manifestera un jour dans un vrai produit.

Enfin, Nvidia a décidé d'intégrer dans Omniverse son système de génération de données synthétiques, présenté par le passé sous le nom de Drive Sim pour l'entraînement de véhicules autonomes, et Isaac Sim pour la robotique. A priori rien ne change excepté la volonté affichée d'intégrer ces générateurs de données pour le deep learning au sein d'Omniverse sous un nouveau nom : Omniverse Replicator.

Omniverse Enterprise est disponible
Pour boucler ces annonces, la version entreprise d'Omniverse est désormais disponible commercialement. Elle nécessite un abonnement et peut être obtenue auprès de revendeurs agréés. L'utilisation de l'outil reste pour le moment gratuite pour les indépendants.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.