Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

TuSimple veut créer le premier réseau de fret autonome au monde d’ici 4 ans

Vu ailleurs TuSimple, qui développe un système de conduite autonome pour les poids lourds, a présenté le 1er juillet un réseau de fret autonome couvrant l’ensemble des Etats-Unis. Il s’appuie, pour cette nouvelle étape importante constituée de trois phases, sur différents partenaires logistiques comme UPS, Xpress et McLane.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

TuSimple veut créer le premier réseau de fret autonome au monde d’ici 4 ans
TuSimple veut créer le premier réseau de fret autonome au monde d’ici 4 ans © TuSimple

La start-up TuSimple, spécialiste des technologies de conduite autonome appliquées aux camions transportant des marchandises, a rendu public, mercredi 1er juillet, ce qu’elle présente comme le premier réseau de fret autonome au monde.

Ce projet, baptisé AFN (pour Autonomous freight network), est un réseau cartographié de routes et de sites d’expédition sur le territoire américain et conçu pour les opérations de fret par camions autonomes. Son déploiement, prévu à l’horizon 2024, s’effectuera avec le soutien d’UPS – qui a investi en 2019 dans la pépite américaine via UPS Ventures – le transporteur Xpress, le logisticien Penske Truck Leasing et le géant de la distribution McLane Inc.

Perfectionner la plateforme technologique de conduite autonome
Cet AFN est composé de quatre éléments : les camions autonomes, les itinéraires cartographiés numériques, les terminaux de fret et un système central qui permettra aux clients de surveiller les opérations et les expéditions en temps réel. Si pour le moment, TuSimple indique prendre en charge l’exploitation des camions et le transport des marchandises pour le compte de ses clients, la société, basée à Pékin et à San Diego, souhaite pouvoir par la suite commercialiser ses camions.

Ce réseau vise, au-delà de traiter davantage de volumes, à perfectionner la plateforme technologique alimentée par l’intelligence artificielle. "Notre objectif final est de mettre en place un réseau de transport à l'échelle nationale, composé d'itinéraires cartographiés reliant des centaines de terminaux, afin de permettre des opérations de fret autonomes long-courriers efficaces et peu coûteux, indique Cheng Lu, le dirigeant de TuSimple. En lançant l'AFN avec nos partenaires stratégiques, nous serons en mesure d'étendre rapidement les opérations et d'étendre les voies dédiées aux véhicules autonomes pour fournir aux utilisateurs un accès à la technologie, n'importe où et 24 heures sur 24, 7 jours sur 7".

Un plan en trois étapes pour couvrir 48 Etats américains
Cette annonce intervient quelques jours après des révélations de TechCrunch. Selon le site américain, TuSimple a mandaté la banque d'investissement Morgan Stanley, avec l’objectif de trouver de nouveaux financements à hauteur de 250 millions de dollars. TuSimple, qui a levé 298 millions de dollars à ce jour, compte 22 clients sous contrat et une quarantaine de camions autonomes.

TuSimple réalise déjà des transports de fret dans ses camions autonomes – qui embarquent des opérateurs de sécurité à bord – sur les routes de Phoenix, Tucson, El Paso et Dallas. D’ailleurs, le réseau va être déployé en trois phases, en concernant tout d’abord le sud-ouest des États-Unis (Phoenix, Tucson, El Paso, Dallas, Houston et San Antonio) où TuSimple opère. Cette phase, qui s’achèvera en 2021, va également intégrer l’inauguration d’un nouveau terminal à Dallas. La deuxième phase, à partir de 2022, va permettre de relier la côte est à l'ouest, de Jacksonville à Los Angeles. Enfin, la société espère couvrir l’ensemble du territoire, soit 48 Etats, d’ici 2024.

A noter que le Texas est un véritable terrain de jeu pour cette activité, avec une météo, des infrastructures routières et une réglementation propices aux expérimentations. Starsky Robotics, Embark et le canadien Kodiak Robotics y font également rouler leurs camions autonomes. Par ailleurs, Waymo (Alphabet) fabrique et teste ses propres camions autonomes.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media