Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le chinois Tsinghua Unigroup n’entrera pas au capital du taiwanais Siliconware Precision Industries

Le spécialiste taïwanais de test et packaging de puces électroniques Siliconware Precision Industries annule l’accord de prise de participation du chinois Tsinghua Unigroup à hauteur de 25% de son capital. Une fin qui illustre les difficultés de la Chine à se renforcer dans les semiconducteurs par fusions-acquisitions.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le chinois Tsinghua Unigroup n’entrera pas au capital du taiwanais Siliconware Precision Industries
Le chinois Tsinghua Unigroup n’entrera pas au capital du taiwanais Siliconware Precision Industries

Encore un cinglant échec pour Tsinghua Unigroup. Le groupe chinois, fer de lance de l’offensive de la Chine dans les semiconducteurs, ne pourra pas entrer dans le capital de Siliconware Precision Industries, l’un des acteurs majeurs à Taïwan du test et packaging de puces électroniques. C’est ce qu’a décidé le conseil d’administration de l’industriel taïwanais.

 

Un investissement de 2 milliards de dollars

Selon l’accord conclu en décembre 2015, Tsinghua Unigroup proposait d’investir près de 2 milliards de dollars pour prendre environ 25% du capital de Siliconware Precision Industries et 25% de celui de sa filiale ChipMOS Technology. Cet investissement devait s’accompagner d’un partenariat stratégique entre les deux groupes.

 

En annulant la transaction, le conseil d’administration de Siliconware Precision Industries anticipe-t-il un veto des autorités de Taipei, dont la position n’est pas claire concernant les investissements chinois dans les semiconducteurs de Taïwan ? C’est possible. Cet épisode constitue le troisième revers en moins d’un an pour Tsinghua Unigroup, après le refus de son offre non sollicitée à 23 milliards de dollars sur le fabricant américain de mémoires Micron Technology et l’annulation de son entrée dans le capital du numéro un mondial des disques dur Western Digital.

 

La position  de Taipei en question

D’autres tentatives chinoises ont échoués comme le rachat de l’américain Fairchild Semiconductor ou de Lumileds, l’activité LED de Philips, par des fonds d’investissement chinois. Ceci illustre les difficultés géopolitiques de la Chine à se renforcer dans les semiconducteurs par des fusions-acquisitions en dehors de ses frontières.

 

Tsinghua Unigroup n’a pas pour autant tout perdu. Il garde l’espoir de prendre 25% du capital de Powertech Technology, un autre acteur taïwanais du test et packaging de circuits intégrés. L’opération a été approuvée par le conseil d’administration et l’assemblée des actionnaires de ce dernier. Mais le sera-t-elle par la commission des investissements étrangers de Taïwan ? C’est toute la question.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale