Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Lyft, le concurrent américain d'Uber, réfléchit à se lancer dans la livraison de repas à domicile

Vu ailleurs L'entreprise américaine de VTC Lyft envisage de lancer un service de livraison de repas à domicile. A priori, celui-ci ne prendrait pas la forme d'une plateforme à part entière destinée aux consommateurs mais serait uniquement un service de livraison mis à disposition des restaurateurs.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Lyft, le concurrent américain d'Uber, réfléchit à se lancer dans la livraison de repas à domicile
Lyft, le concurrent américain d'Uber, réfléchit à se lancer dans la livraison de repas à domicile © Lyft

A l'occasion de la présentation de ses résultats trimestriels mardi 10 novembre 2020, Lyft a expliqué réfléchir au déploiement d'un nouveau service pour s'approprier une part du secteur croissant de la livraison de nourriture à domicile. Ce service pourrait l'aider à compenser sa perte de 48% de son chiffre d'affaires par rapport à la même période l'année dernière, puisqu'il s'établit à 499,7 millions de dollars sur ce trimestre, rapporte Reuters.

Un service de livraison différent ?
"Ce que nous entendons de la part des restaurateurs, c'est qu'ils recherchent un partenaire qui ne prendrait pas 30% de commission, mais proposerait toujours un service de livraison", a expliqué John Zimmer, CEO de Lyft, à Reuters. L'entreprise, présente uniquement en Amérique du Nord, cherche donc à se lancer dans un marché inexploité, selon elle, en proposant un service de livraison aux restaurateurs sans déployer de plateforme à part entière. Une approche qui diffère de celles de DoorDash ou Uber Eats, qui s'adressent directement aux consommateurs.

"Lyft a l'infrastructure et les capacités technologiques nécessaires pour devenir un acteur important dans le secteur de la livraison de repas", a assuré Haris Anwar, un analyste. Si Lyft assure être encore au début de sa réflexion, une telle offre pourrait contraindre les acteurs de ce secteur comme Uber et GrubHub à baisser leurs prix. Ces derniers facturent les restaurants pour chaque commande passée, ce qui suscite l'opposition de certains restaurateurs.

Des résultats affectés par le Covid-19
Ce nouveau service bénéficierait aussi aux chauffeurs exerçant sur sa plateforme, puisqu'ils pourraient diversifier leurs sources de revenus. Le secteur du transport de personne est fortement affecté par la pandémie de Covid-19. Lyft en fait les frais même, s'il assure que les demandes de courses ont continué à augmenter entre juillet et septembre par rapport aux mois précédents, tout en relevant d'importantes variations selon les villes. Et contrairement à Uber, Lyft ne peut pas compenser la chute de son entité VTC par son activité de livraison.

Toutefois, Lyft a rappelé son ambition : être rentable à la fin de l'année 2021. Un objectif que la firme pense pouvoir atteindre même si le montant brut des réservations (l'argent perçu pour les courses et les livraisons avant rémunération des chauffeurs et autres dépenses) reste de 5 à 10% en-dessous des niveaux d'avant la pandémie. Pour parvenir à ce résultat, l'entreprise de VTC a évoqué un budget rigoureux et des réductions de coût. Mais aussi, pourquoi pas, le lancement de ce service de livraison.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media