Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Mounir Mahjoubi, son bilan du Tour des start-up et ses 10 propositions majeures

Mounir Mahjoubi a profité de Viva Technology pour présenter le bilan du Tour des Start-up lancé le 27 Octobre 2017. L’heure est à l’action. Le secrétaire d’Etat en charge du Numérique a présenté 4 grandes propositions et 10 actions pour simplifier la vie des jeunes entrepreneurs.  

mis à jour le 25 mai 2018 à 00H30
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Mounir Mahjoubi, son bilan du Tour des start-up et ses 10 propositions majeures
Mounir Mahjoubi, son bilan du Tour des start-up et ses 10 propositions majeures

"La France est plutôt mature aujourd’hui dans le rapport qu’elle a aux start-up ", déclare Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat en charge du Numérique, ce 24 mai 2018 lors de Viva Technology.  "La France, avec la French Tech, a fait beaucoup pour les start-up". Mais ce n’est pas suffisant ! "Comment on fait maintenant pour aller plus  loin ? Quelles priorités on se donne ? Comment faire pour que ce soit plus facile pour les entrepreneurs de créer ? Quel est le rôle de l’Etat pour que nos entrepreneurs puissent plus innover, plus développer et créer des emplois et partir à l’étranger."
 

Le temps de l’action

"Une des façons pour nous d’accompagner ces start-up est d’aller dans la dentelle, dans le détail (…)", "C’est fini de faire des grandes annonces", indique le secrétaire d’Etat en charge du Numérique. Après huit mois de rencontre avec les entrepreneurs français, partout en France, et relevé les points bloquants pour grandir, il revient "avec plus de 100 propositions".
 

4 thèmes prioritaires

Fort de ce diagnostic de l’écosystème, Mounir Mahjoubi a fait émerger quatre grands thèmes d’actions : la simplification de la vie des entrepreneurs ; le financement ; le recrutement des talents ; et l’accompagnement  des start-up dans l’hyper croissance et la conquête internationale.

Tout cela avec des mesures très spécifiques par industrie : "Fintech, assurtech, mobilité, santé, éducation, emploi, économie sociale et solidaire, foodtech, cleantech, civictech… Pour chacune, au moins 10 actions spécifiques ont été déterminées pour faciliter la vie des entrepreneurs de ces sociétés", assure le secrétaire d’Etat en charge du Numérique.
 

10 propositions majeures

Parmi la centaine de propositions émanant du tour des start-up, Mounir Mahjoubi souhaite en relever 10 prioritaires. Les voici :
 

  • Relance de France Expérimentation
    "On va l’institutionnaliser et le généraliser. C’est un guichet public unique dans lequel vous pouvez continuer à faire le tour des start-up toute l’année. Vous pouvez venir en disant, moi j’ai une technologie mais aujourd’hui, je ne peux pas la lancer en France parce qu’il y a un règlement qui m’interdit de le faire. (…) on se donne quelques mois pour vous répondre"
     
  • Création d’un correspondant start-up dans chacun des ministères
    "Le rôle sera d’animer la communauté start-up de ce secteur et vous aider à circuler dans l’écosystème de ce secteur (…) Ce sera à lui de se charger de la complexité du côté administratif de trouver le bon interlocuteur et d’avancer."
     
  • Passage de seuil
    "Ce qu’on veut, c’est que les boîtes grossissent vite et qu’elles n’aient pas peur de grossir. Il faut qu’on soit capable d’atténuer les seuils. Plusieurs annonces vont être faites dans les prochaines semaines et les prochains mois, notamment au sein de la loi Pacte qui vont permettre de geler ces effets de seuil.  Au contraire, dépassez ces seuils, et plus irez vite et plus irez loin, plus vous créerez de l’innovation."
     
  • Outil technique de financement et lancement du "venture loan"
    "L’idée de pouvoir financer des tickets plus gros, de 50 à 100 millions d’euros, via un nouvel outil financier qu’on va construire avec Bpifrance : le " venture loan".  Ce sont des prêts supplémentaires au moment où les start-up font de grosses levées de fonds. On va lancer cette expérimentation et on pense que ça va avoir un effet important sur les leviers de croissance"
     
  • ICO
    "Les ICO peuvent être bénéfiques à l’écosystème si on est capable d’apporter de la confiance. Ce qu’on propose de faire avec le régulateur bancaire, c’est d’apporter des labels pour les ICO (…)  On veut faire de la France un territoire d’attractivité pour les ICO".
     
  • Relèvement du seuil d’exonération des procédures de marchés publics
    "C’est extrêmement important pour les innovateurs. Au-delà de 25 000 euros, la procédure est tellement lourde qu’il n’y a jamais aucune start-up qui postule". En deçà de 25 000 euros, la procédure est en effet simplifiée. Objectif donc : relever ce seuil  d’environ 100 000 euros pour éviter les appels d’offres et permettre de favoriser l’innovation.
     
  • Mission sur la relation durable sur les tensions des métiers du numérique
    "On avait du mal à répondre sur la capacité réactive aux besoins de formation. L’idée est d’avoir la capacité à suivre les métiers sous tension, à identifier les compétences et à ouvrir le plus rapidement possible de nouvelles capacités de formation".
     
  • Recrutement de talents étrangers
    "On souhaite assouplir les conditions d’obtention du French Tech Visa"
     
  • Faire grandir les start-up qui ont le plus grand potentiel
    "Nous souhaitons les aider à conquérir le monde. Pour cela, on propose la création d’un indice Next40 qui identifiera les entreprises qui ont le plus fort potentiel à venir pour les montrer. Parmi les 10 000 start-up, on en a une centaine qui ne sont déjà plus des start-up et il faut qu’on les voit plus."
     
  • Scale-up tours
    C’est l’organisation de déplacements commerciaux à l’étranger avec des start-up à fort potentiel.
     

5 actions sectorielles 

Cela s’accompagne également de 5 actions sectorielles :

  • Relèvement du seuil de crowdfunding à 8 millions d'euros (actuellement à 2,5 millions d'euros).
  • Publication d’une feuille de route edtech.
  • Enrichissement du système national des données de santé pour la recherche scientifique pour l’innovation.
  • Stratégie nationale sur le véhicule autonome. 
  • Reconnaissance des nouvelles formations à des métiers du numérique dans le cadre de la Grande école du numérique et en dehors.

Et le ministre de conclure : "Ce tour des start-up était un effort collectif, et ce n’est que le début"

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale