Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Best-of 2013 : la guerre de la 4G a bien eu lieu

Alors que début 2013, le lancement de la 4G s’annonçait modeste et progressif, tout s’est brusquement accéléré au mois de décembre après l’irruption surprise de Free.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Best-of 2013 : la guerre de la 4G a bien eu lieu
Best-of 2013 : la guerre de la 4G a bien eu lieu © Flickr CC - LGEPR

Mais quelle mouche a donc piqué les patrons des télécoms ? L’irruption surprise de Free dans ce marché convoité à la fin de l’année a transformé le secteur en vaste cour de récréation où s’échangent les noms d’oiseaux. Mais comment en est-on arrivé là ?

démarrage modeste

En janvier 2013, les opérateurs se lancent dans la course à la 4G. Le début d’un marathon, ou plutôt d’un tour de France, dans lequel chaque coureur choisirait ses étapes et son rythme. Orange et SFR commencent par ouvrir le très haut débit mobile aux professionnels, et ne revendiquent qu’une poignée de grandes villes couvertes. Le déploiement va se faire très progressivement, et l’ouverture au grand public sera limitée.

Le vrai lancement de la 4G, s’effectueà la rentrée de septembre, à grand renfort de campagnes publicitaires. Un match à trois entre Orange, SFR et Bouygues, chacun tentant de se démarquer de ses concurrents. Bouygues met en avant la qualité de sa couverture, SFR mise sur les contenus, Orange sur la qualité du service. Les opérateurs comptent sur l’argument 4G pour augmenter le prix de leurs forfaits. Mais ils ont bien du mal à convaincre les consommateurs de l’intérêt de la 4G alors que la couverture est encore limitée et que les téléphones compatibles sont rares et onéreux.

le coup de bluff de free

Free, de son côté, reste à l’écart de cette bataille. Maxime Lombardini, le directeur général de l’opérateur, dit alors "ne pas croire à une bataille de la 4G à Noël". Jolie opération d’enfumage... que les concurrents de Free ne comprendront que bien plus tard. Le 3 décembre, Free sort du bois : par deux tweets, Xavier Niel, patron de l’opérateur, annonce activer la 4G sur tous ses forfaits sans augmenter leur prix et se dit "cinq fois moins cher" que ses concurrents.

échange d'amabilités

Passé l’effet de surprise, les acteurs du secteur réagissent vivement. C’est Fleur Pellerin, ministre de l’Economie numérique, qui est la première à faire part de ses doutes, affirmant "ne pas croire au Père Noël" et mettant en garde les Français sur la qualité du réseau 4G de Free. Arnaud Montebourg embraye et craint que la guerre du low cost ne détruise des emplois. Xavier Niel lui répond directement sur Twitter, et un bras de fer s’engage par tweets interposés. Pendant ce temps, les adversaires de Free se déchaînent : Stéphane Richard d’Orange qualifie Xavier Niel de "roi de l’embrouille", et le juge "prétentieux et agressif". Ce dernier réplique en critiquant sa "jeunesse dans le métier". Martin Bouygues va jusqu’à provoquer son rival en duel, et déclare la guerre à Free : il annonce une offensive commerciale sur l’Internet fixe et défi son concurrent d’en faire autant "s’il en est capable". Il faut dire que les deux hommes ont l'habitude de s’échanger des mots doux.

les grandes manoeuvres

Les concurrents de Free ont beau pousser des cris d’orfraie, tous se voient contraints d’aligner leurs prix sur celle du quatrième opérateur, et de rogner sur leurs marges. Cette guerre de la 4G provoquera-t-elle la mort de l’un des quatre opérateurs comme le craint Arnaud Montebourg (SFR paraissant le plus menacé) ou une vague de rapprochements ? Ce sera l’une des questions de 2014.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale