Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Blablacar, Uber, Klaxit, Onepark… les grands gagnants de la grève SNCF ?

mis à jour le 15 avril 2018 à 21H12
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Et si les grèves à la SNCF étaient les meilleures publicités possibles pour toutes ces start-up de la mobilité ? Klaxit, Karos, Onepark ou encore Uber : toutes enregistrent des hausses de fréquentation lors de ces journées de grève.

Ces start-up gagnantes des grèves SNCF
Blablacar, Uber, Klaxit, Onepark… les grands gagnants de la grève SNCF ? © wikimedia - c.c

Les journées de grève à la SNCF se succèdent et se ressemblent avec un trafic fortement perturbé. Vendredi 13 avril 2018, la SNCF annonce la circulation de deux Transilien sur cinq, un TER sur trois, un TGV sur trois et un Intercité sur cinq. Les usagers doivent trouver d'autres solutions pour se rendre sur le lieu de travail. C'est là qu'interviennent Klaxit, Blablacar, Neo-Nomade… et autres start-up proposant d'autres moyens de mobilité ou d'autres lieux de travail. Seraient-elles les grandes gagnantes de ces journées de grève à la SNCF ? Toutes semblent annoncer des hausses de fréquentation et d'inscription.

 

"Toutes les start-up qui travaillent en dehors de Paris sont impactées avec une augmentation de la fréquentation, mais des entreprises comme Cityscoot ou Coup (qui proposent des scooters en libre-service dans la capitale, ndlr) sont beaucoup moins impactées", explique à L'Usine Digitale Aymeric Weyland, directeur adjoint d'Autonomy, société dédiée à l'amélioration des déplacements en ville. Afin de profiter au maximum de cette hausse de fréquentation, un porte-parole d'Uber explique à L'Usine Digitale que l'entreprise de VTC a "facilité les déplacements des utilisateurs en offrant une réduction de 20% sur tous les trajets uberPOOL débutant ou se terminant en banlieue". Les 3 et 4 avril, l'entreprise de VTC a ainsi enregistré une augmentation du nombre de courses de 30% sur ces trajets. "Trop de gens utilisent leurs voitures tous seuls, Uber et Chauffeur Privé, essayent de pousser à l'usage des véhicules partagés afin d'avoir un trafic plus fluide", analyse Aymeric Weyland.

 

Les applications de covoiturage et de parking à la fête

De son côté Blablacar annonce avoir six fois plus de demandes de covoiturage durant ces épisodes de grèves. Et BlaBlaLines, l'application courte-distance, enregistre également un pic important avec 10 000 nouveaux inscrits sur les deux jours de grève des 3 et 4 avril et dix fois plus de trajets covoiturés le mardi 3 avril qu’un jour normal. Mais Blablacar est loin d'être la seule application de covoiturage enregistrant une telle progression.

Karos, une application spécialisée sur les co-voiturages de courte distance, enregistre depuis le 22 mars une hausse de fréquentation continue d'inscriptions à son service avec sept fois plus d'activité par rapport à un jour normal. De même, Klaxit, une application de co-voiturage spécialisée sur les trajets domicile-lieu de travail, a vu "le nombre de trajets doubler les jours de grève par rapport à un jour normal", affirme son co-fondateur Julien Honnart à L'Usine Digitale. "Sur le mois de mars Klaxit a près de cinq fois plus d'inscrits qu'en février", ajoute-t-il. L'initiative d'Ile-de-France Mobilité, qui a doublé son financement initialement fixé à deux euros par trajet, favorise aussi le développement de cet écosystème.

Certaines start-up spécialisées dans la réservation de parking notent également des pics de progression pendant les grèves. C'est le cas de Onepark, start-up qui se positionne comme le Booking du parking. "Nous avons enregistré une très grosse semaine avec les grèves. Les gens prennent l'avion et finalement réservent leur parking aux aéroports, confiait à L'Usine Digtale Louise Lesparre, Head of Performances Marketing chez Onepark, le 5 avril 2018 lors des BigBoss e-tourisme. C'était un effet assez inattendu mais on a explosé notre record de 300 réservations par jour (au niveau des aéroports, ndlr)".

 

Les espaces de coworking pris d'assaut

Les applications relatives aux moyens de mobilité alternatifs ne sont pas les seules bénéficiaires de ces grèves à la SNCF. Trois nouvelles entreprises se sont engagées auprès de Neo-Nomade, une application spécialisée dans les espaces de co-working,  depuis le début des grèves. Si cela peut sembler peu c'est surtout en raison "des freins culturels inhérents au télétravail", commente Baptiste Broughton le co-fondateur de Neo-Nomade, qui espère rapidement voir ces différents verrous sauter.

 

Les entreprises travaillant déjà avec Neo-Nomade, quant à elles, étendent leur dispositif en rendant accessibles ces espaces de coworking à tous leurs salariés, et ce, de manière illimitée pendant les grèves. "Neo-Nomade enregistre ainsi des pics de fréquentation de 30% pendant ces journées de grève", détaille Baptiste Broughton. "Plus l'épisode dure, plus la fréquentation des espaces augmente", précise-t-il. Initiative assez originale : Klaxit et Neo-Nomade proposent aux entreprises depuis le 12 avril une offre commune de covoiturage et d'espace de coworking pouvant être déployée en 48 heures seulement.

 

Réussir à fidéliser les nouveaux clients

Pour toutes ces start-up, le plus dur reste de fidéliser ces nouveaux clients. "Lors des pics de pollution et de la mise en place de la circulation alternée, environ un tiers des utilisateurs opportunistes deviennent des utilisateurs réguliers de la plate-forme", affirme le président de Klaxit. Mais la jeune pousse espère fidéliser encore plus de nouveaux utilisateurs en raison de ces jours de grève puisqu'ici "les usagers sont impactés de manière beaucoup plus large", explique Julien Honnart. Et surtout, lorsqu'une entreprise s'engage avec eux durant cet épisode de grèves, il y a un nombre d'inscrits beaucoup plus dense dès le départ et le réseau de covoiturages est donc plus développé et plus susceptible de convenir à tout le monde. Ces journées de grèves font donc quelques heureux. Les nouveaux adeptes seront-ils fidèles ?

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale