Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Bruxelles ouvre une nouvelle enquête sur les activités publicitaires de Google

Les pratiques publicitaires de Google sont scrutées de très près. La Commission européenne a ouvert une enquête pour voir si l'entreprise a favorisé ses propres services au détriment de la concurrence sur ce marché qui pesait 20 milliards d'euros en Europe en 2019.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Bruxelles ouvre une nouvelle enquête sur les activités publicitaires de Google
Bruxelles ouvre une nouvelle enquête sur les activités publicitaires de Google © Unsplash/Firmbee.com

Comme évoqué précédemment, la Commission européenne a annoncé mardi 22 juin 2021 avoir ouvert une enquête sur les pratiques publicitaires de Google. Le gendarme européen cherche à déterminer si l'entreprise a enfreint les règles en matière de concurrence pour favoriser ses propres services de technologies d'affichage publicitaire en ligne au détriment de prestataires de services, d'annonceurs et d'éditeurs.

Google a-t-il favorisé ses propres services ?
De la collecte des données, à la vente des espaces publicitaires en passante par la fourniture de services intermédiaires dans la publicité en ligne, Google est "présent à presque tous les niveaux de la chaîne de fourniture en ce qui concerne l'affichage publicitaire en ligne", a commenté Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive chargée de la politique de concurrence au sein de la Commission. Une présence qui lui permettrait de facilement limiter l'accès de ses concurrents.

Le gendarme européen va notamment étudier le projet de Google visant à interdire le placement de cookies tiers sur Chrome afin de les remplacer par la panoplie d'outils 'Privacy Sandbox' ; son projet visant à ne plus mettre l'identifiant publicitaire à la disposition de tiers sur les appareils équipés d'Android lorsqu'un utilisateur renonce à la publicité personnalisée ; les restrictions imposées par Google en ce qui concerne la capacité des tiers (annonceurs, éditeurs ou intermédiaires) à accéder aux données relatives à l'identité ou au comportement des utilisateurs qui sont disponibles pour ses propres services.

Un marché qui rapporte
Ces accusations à l'encontre de Google ne sont pas nouvelles. La firme de Mountain View a été condamnée sur ce sujet par l'Autorité de la concurrence française à une amende de 220 millions d'euros début juin. En réponse Google s'est engagé à mettre un terme aux dispositions qui favoriseraient Google Ad et à proposer des engagements visant à modifier la façon dont fonctionne son service publicitaire DFP et sa plateforme de muise en vente AdX.

En Europe, les dépenses consacrées à l'affichage publicitaire se sont élevées à environ 20 milliards d'euros en 2019.  Pour Google, le secteur publicitaire génère une grosse partie de son chiffre d'affaires puisque l'entreprise a réalisé 147 milliards de dollars de revenus grâce aux publicités en ligne en 2020.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.