Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2022] Renault se tourne vers le Snapdragon Digital Chassis de Qualcomm

Après avoir équipé sa Mégane E-Tech de la solution Qualcomm pour le cockpit, Renault renforce son partenariat avec l'entreprise américaine. Il va utiliser sa solution à la carte de châssis numérique ou "Snapdragon Digital Chassis" pour développer une nouvelle architecture embarquée dans ses véhicules dès 2026.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Renault se tourne vers le Snapdragon Digital Chassis de Qualcomm
La Renault Mégane e-tech est équipé de la solution Snapdragon Cockpit Platforms de Qualcomm. © Renault / Renault Mégane E-Tech Electric

BMW, General Motors ou encore Hyundai sont déjà des clients de Qualcomm qui accélère considérablement son activité dans le secteur automobile. Renault, qui fait également partie de ses clients, annonce à l'occasion du CES 2022 de Las Vegas renforcer son partenariat avec Qualcomm en vue d'équiper ses véhicules de son "Snapdragon Digital Chassis" ou châssis numérique Snapdragon. Preuve de cette stratégie agressive dans le domaine automobile : Qualcomm vise plus de 13 milliards de dollars de commandes sur ses produits destinés au monde automobile dans les 10 ans à venir.

En septembre dernier, Renault avait dévoilé la Mégane E-Tech qui est équipée de la technologie Snapdragon Cockpit Platforms. Cette solution est un composant du châssis numérique de Qualcomm. Avec le Snpadragon Digital Chassis, Renault entend passer à la vitesse supérieure en ce qui concerne les services pour les conducteurs, les systèmes avancés d'aide à la conduite, la mise à jour distance des fonctionnalités ou encore le cockpit numérique et l'offre d'info-divertissement.

Le "Snapdragon Digital Chassis"
Le Snapdragon Digital Chassis est composé d'un ensemble de plateformes ouvertes et évolutives connectées au cloud qui utilisent une architecture unifiée pour prendre en charge l'ensemble des expériences numériques proposés à bord du véhicule et pouvant être mises à jour tout au long de la durée de vie du véhicule. Les constructeurs automobiles peuvent adopter tout ou partie de ces plateformes et personnaliser comme ils l'entendent les expériences proposées.

Cette plateforme comprend le "Snapdragon Ride Platform" une plateforme ouverte et programmable qui répond à l'ensemble des besoins pour les fonctionnalités de conduite autonome de niveau 2+ SAE et 3. SoC et ordinateur central sont compris. Surtout, l'offre est modulable et les constructeurs peuvent intégrer leurs propres politiques et règles de conduite aux systèmes avancés d'aide à la conduite (ADAS) proposés.

Le "Snapdragon Cockpit Platform" est utilisé pour les systèmes d'info-divertissement embarqués dans les véhicules et permet aux constructeurs de proposer un ensemble de services personnalisés aux conducteurs. Le "Snapdragon Auto Connectivity Platform" permet de répondre aux besoins en connectivités que ce soit des communications LTE, 5G, C-V2X, Wi-Fin Blutetooth, etc. Enfin, la "Snapdragon Car-to-Cloud Services" permet aux constructeurs de se doter de la fonctionnalité de mise à jour à distance des fonctionnalités des véhicules.

Une nouvelle architecture pour 2026
Les constructeurs automobiles mettent au point de nouvelles architectures qui nécessitent une approche harmonisée entre les SoC, les plateformes définies par logiciel et les capteurs embarqués. Le but étant de tout rassembler et mettre au point une plateforme de services commune. Dans le détail, Renault entend passer d'une architecture distribuée avec 5 contrôleurs à une architecture avec 2 contrôleurs : un pour le cockpit et un HPC (hight performance computing platform) pour gérer le reste (ADAS, services connectés, etc.). "A terme, l'idée est éventuellement de tout intégrer dans cette plateforme HPC", ajoute Thierry Cammal, Alliance Global Vice President Software Factory, Renault Group.

Renault a décidé de changer d'architecture notamment dans le but d'extraire le plus de données possibles de toutes les parties du véhicule pour augmenter sa valeur résiduel et multiplier les services proposés. "Les revenu provenant des services vont augmenter drastiquement dans les années à venir, il est important de s'équiper au mieux à cette fin", glisse Thierry Cammal. Le constructeur entend tout particulièrement développer des services BtoB.

Renault espère implanter cette nouvelle architecture sur de nouveaux véhicules dès 2026. Puis, à terme, l'ensemble des véhicules Renault migreront vers cette architecture et le constructeur proposera également cette solution à ses partenaires.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.