Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Coupes claires chez Toshiba : 6 800 postes supprimés à la suite d'un scandale comptable

Le groupe japonais Toshiba va tailler dans ses effectifs à la suite d'un scandale de maquillage des comptes, révélé en juillet 2015 : il va supprimer 6 800 postes, soit un tiers de ses effectifs dans le monde.   
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Coupes claires che Toshiba : 6800 postes supprimés à la suite d'un scandale comptable
Coupes claires chez Toshiba : 6 800 postes supprimés à la suite d'un scandale comptable © wikimedia commons - ???: ????
Toshiba va supprimer 6 800 emplois dans le cadre d'une réorganisation de ses activités, faisant suite à un scandale comptable révélé l'été dernier. Ces coupes claires concerneront un tiers de ses effectifs à l'international et toucheront principalement l'électronique grand public. La division téléviseurs du groupe japonais sera amputée de 80% de ses effectifs, soit 3 700 suppressions d'emplois. 1 300 salariés de la branche PC devront quitter l'entreprise. 
 
Toshiba a communiqué sur cette décision le 21 décembre, ajoutant que 1100 de ses employés allaient être transférés vers le groupe Sony. 1200 salariés sont également appelés à quitter la branche semi-conducteur du conglomérat, via un plan de départs volontaires. Selon le quotidien japonais Nikkei, la société aurait également prévu de réduire "radicalement" l'activité de l'usine japonaise d'Ome, dans la région de Tokyo, qui produit téléviseurs et PC. 
 
le bénéfice d'exploitation gonflé artificiellement d'1,13 milliard d'euros
 
Cette importante restructuration, qui devrait entrainer des pertes annuelles records de 4,2 milliards d'euros entre avril 2015 et mars 2016, est liée à un scandale de maquillage des comptes, révélé en juillet 2015 par un comité d'enquête indépendant. 
 
Hisao Tanaka, PDG de Toshiba entre juin 2013 et juillet 2015 aurait, avec une partie de la direction, trafiqué les résultats financiers de la multinationale japonaise pendant plusieurs années. Le bénéfice d'exploitation du conglomérat aurait été gonflé artificiellement d'1,13 milliard d'euros. Il a été contraint de démissionner, avec sept des cadres dirigeants du groupe. 
 
 
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale