Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

En Corée du Sud, Cédric O plaide pour une régulation de l'écosystème des applications

La monétisation des applications mobiles était au coeur des débats de la Global Conference for Mobile Application Ecosystem Fairness en Corée du Sud. Invité pour l'occasion, le secrétaire d'Etat Cédric O a rappelé qu'il était urgent d'encadrer l'écosystème des applications mobiles dans lequel Apple et Google règnent en maîtres. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En Corée du Sud, Cédric O plaide pour une régulation de l'écosystème des applications
En Corée du Sud, Cédric O plaide pour une régulation de l'écosystème des applications © Cédric O/ Twitter

Cédric O, secrétaire d'Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, en déplacement en Corée du Sud à l'occasion de la Global Conference for Mobile Application Ecosystem Fairness, a rappelé qu'il était urgent de réguler les grandes entreprises technologiques, en particulier dans le secteur des applications mobiles où le duopole Apple - Google impose ses règles. Il a ainsi félicité la Corée du Sud, premier Etat à avoir imposé de nouvelles règles sur la monétisation des applications

Les développeurs échappent à la commission de 30%
En effet, le Parlement sud-coréen a adopté le 31 août 2021 le Telecommunications Business Act qui oblige Apple et Google à laisser les développeurs d'applications utiliser un système de paiement alternatif. Ce qui leur permet d'échapper au fameux prélèvement de 30% (15% dans certains cas) sur tous les revenus générés via les paiements depuis les smartphones. Cette loi interdit également aux opérateurs de retarder de manière "déraisonnable" l'autorisation des applications ou de les supprimer du store sans motif légitime. Cette disposition est destinée à éviter les représailles contre les développeurs d'applications. 

Google s'est conformé à cette nouvelle législation en laissant les développeurs proposer un système de paiement alternatif dans leur application. En revanche, ils devront quand même s'acquitter d'une commission de 11%. Apple n'a pas encore présenté sa stratégie de mise en conformité à la Commission coréenne des communications (KCC).

Les ambitions du DMA 
Se félicitant de cette initiative en faveur de "l'équité des applications", Cédric O a réaffirmé son ambition de suivre ce chemin à travers le Digital Markets Act (DMA), la future réglementation européenne visant à encadrer les grandes entreprises technologiques. Ce texte, actuellement en discussion, intègre également une disposition pour obliger les boutiques d'applications à laisser les développeurs utiliser un système de paiement alternatif. 

Mais le secrétaire d'Etat a rappelé que les "in app purchases" (contenus achetés dans une application) n'étaient pas l'unique problématique à régler. "Nous devons faire face à l'impact que ces entreprises ont eu sur nos économies", a-t-il ajouté. C'est l'ambition que compte porter la France lors de sa présidence au sommet du Conseil de l'Union européenne à partir de janvier 2022.

Epic Games tacle Apple
Egalement présent à cet événement, Tim Sweeney, le CEO d'Epic Games, en a profité pour tacler Apple une nouvelle fois. Pour rappel, les deux entreprises sont actuellement en procès aux Etats-Unis. Epic Games, à l'origine de la Coalition for App Fairness, a intégré une méthode de paiement alternative dans Fortnite ce qui lui a valu un bannissement de l'App Store. "Ce dont le monde a vraiment besoin maintenant, c'est d'un magasin unique qui fonctionne avec toutes les plateformes", a-t-il déclaré à la tribune. "Epic travaille avec des développeurs et des fournisseurs de services pour créer un système qui permettrait aux utilisateurs d'acheter des logiciels au même endroit, sachant qu'ils les auraient sur tous les appareils et toutes les plateformes" a-t-il ajouté. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.