Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Interpol se dote d'une base de données ADN pour identifier les personnes disparues grâce à l'IA

Dans certaines situations, il est impossible de retrouver l'identité d'une personne disparue car son profil ADN n'a pas pu être retrouvé. Les enquêteurs utilisent alors les profils génétiques de ses proches. C'est pour simplifier ces recherches qu'Interpol s'est doté d'une nouvelle base de données ADN qui, grâce à un logiciel dopé à l'IA, est capable d'effectuer des calculs de concordance très rapidement.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Interpol se dote d'une base de données ADN pour identifier les personnes disparues grâce à l'IA
Interpol se dote d'une base de données ADN pour identifier les personnes disparues grâce à l'IA © Interpol

Interpol, l'organisation intergouvernementale composée de 194 pays qui promeut la coopération policière internationale, annonce la mise en place d'une nouvelle base de données dédiée à l'identification des personnes disparues. Baptisé "I-Familia", cet outil offre un mécanisme qui compare au niveau international le profil génétique des personnes disparues, établi grâce aux ADN des membres de leur famille, avec celles de personnes décédées qui n'ont pas été identifiées.

Cette base de données unique au monde ouvre de nouvelles perspectives pour identifier les personnes disparues et tenter d'apporter des réponses aux familles.


Comparer des profils ADN familiaux
En l'absence d'éléments tels que des empreintes digitales ou des dossiers dentaires, l'ADN se révèle parfois le seul moyen possible d'identifier des personnes disparues. Ce travail peut se faire par comparaison directe de profils ADN ou par comparaison de profils ADN familiaux. C'est dans cette seconde situation qu'I-Familia va réellement simplifier les recherches.

En effet, les proches biologiques ont en commun un certain pourcentage d’ADN qui dépend de leur degré de parenté. S’il n’est pas possible d’obtenir un échantillon d’ADN de la personne disparue afin de rechercher une concordance directe, il est possible d'effectuer une comparaison avec l’ADN de membres de la famille proche (parents, enfants, frères et sœurs).
 


Un logiciel pour effectuer des calculs statistiques 
Dans le détail, I-Familia se compose de trois éléments : une base de données mondiale dans laquelle sont stockés les profils ADN, un logiciel de comparaison développé par SMART Research et des lignes directrices pour identifier et signaler efficacement les concordances possibles.

Le logiciel, baptisé "Bonaparte", repose sur des algorithmes statistiques pour calculer la probabilité d'une concordance par rapport à un tableau d'interprétation. Il est capable d'effectuer des millions de calculs "en peu de temps", affirme Interpol. Ces résultats sont ensuite analysés par des spécialistes de l'ADN des services de police scientifique du Secrétariat général de l'organisation situé à Lyon. En cas de concordance, une notification est envoyée au pays qui a transmis le profil ADN provenant du cadavre non identifié et à celui qui a transmis les profils génétiques familiaux. 

Des mesures de protection des données biométriques 
Etant des informations particulièrement sensibles, le traitement des données génétiques répond à des règles très strictes. Il s'effectue via des canaux de communication sécurisés, précise Interpol. De plus, les membres de la famille doivent donner leur consentement pour que les données puissent être utilisées à des fins de recherches internationales. 

A noter que le profil ADN ne contient aucune donnée nominative car il est communiqué sous forme de code alphanumérique, c'est-à-dire un sous-ensemble de caractères qui comprennent les alphabétiques représentant les lettres (de A à Z dans l'alphabet latin) minuscules et majuscules, ainsi que les caractères numériques comprenant les chiffres arabes (de 0 à 9). Enfin, I-Familia est une base de données exclusivement dédiée aux personnes disparues et n’est pas connectée aux bases de données criminelles d’Interpol. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.