Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Klaxit acquiert iDVROOM pour étoffer son offre de covoiturage courte-distance

Klaxit, spécialiste du covoiturage domicile-travail, rachète son concurrent iDVROOM à la SNCF. La jeune pousse explique que ce rachat va lui permettre de gonfler sa base utilisateurs et d'acquérir de nouveaux clients côté entreprises et collectivités locales. Deux points forts d'iDVROOM qui n'intéressaient pas BlaBlaCar, au capital duquel la SNCF est récemment entrée.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Klaxit acquiert iDVROOM pour étoffer son offre de covoiturage courte-distance
Julien Honnart (à gauche) et Cyrille Courtière (à droite), respectivement CEO et CTO de Klaxit, annoncent le rachat d'IDvroom.

Klaxit, spécialiste du covoiturage courte-distance, a annoncé mercredi 10 juillet 2019 l'acquisition de son concurrent IDvroom, une filiale de la SNCF. Le montant de la transaction n'est pas précisé par les intéressés mais "est très satisfaisant du point de vue de Klaxit et de la SNCF", assure à L'Usine Digitale Julien Honnart, président et fondateur de Klaxit. La start-up, qui a déjà levé plus de 4 millions d'euros, devrait annoncer une nouvelle levée de fonds d'ici fin 2019.

 

Une base d'un million d'inscrits à convertir

Avec cette acquisition, Klaxit veut considérablement renforcer son offre en mobilisant la base d'un million d'inscrits sur la plateforme d'iDVROOM. Julien Honnart évoque "une pépite qui n'a jamais pu éclore". iDVROOM aurait en effet massivement investi ces deux dernières années sur l'acquisition de nouveaux utilisateurs sans forcément réussir à les mobiliser par la suite. Klaxit souhaite donc, dès cet été et la rentrée de septembre 2019, mobiliser ces inscrits afin de booster ses offres de covoiturage courte-distance. En effet, malgré un nombre d'inscrits plus faible qu'IDvroom, "Klaxit génère beaucoup plus de covoiturages qu'iDVROOM ", précise le président du nouvel ensemble.

 

Interrogé au sujet du profil des nouveaux inscrits de la plateforme iDVROOM – personnes prenant ponctuellement le train ou personnes souhaitant utiliser un service de covoiturage domicile-travail –, Julien Honnart explique que les publicités diffusées par iDVROOM visaient explicitement le covoiturage domicile-travail. Klaxit doit désormais réussir à convertir cette nouvelle base d'utilisateurs en personnes utilisant régulièrement le covoiturage.

 

Collectivités territoriales et entreprises

Les autres points intéressants pour Klaxit, qui développe son offre pour le marché BtoB, sont les 65 entreprises et 20 collectivités clientes d'IDvroom. Klaxit mise beaucoup sur l'adoption du projet de loi d'orientation des mobilités (LOM) et ses articles favorables au covoiturage courte-distance afin de poursuivre sa croissance. "La LOM ouvre le marché des collectivités territoriales et accélère celui des entreprises", se réjouit Julien Honnart.

 

Devançant l'adoption de la LOM, la start-up a récemment lancé Klaxit Mobilités, une offre à destination des collectivités territoriales, ainsi qu'un Pass mobilité durable en partenariat avec Sodexo (ce dernier se présente sous la forme d'un compte préchargé permettant aux salariés de payer leurs trajets en covoiturage jusqu'au 400 euros par an). Un modèle qui pourrait intéresser d'autres entreprises suite à l'adoption prochaine de la LOM et de son "forfait mobilité durable".

 

Ouibus et IDvroom : la SNCF se désengage de marchés peu rentables

Ce rachat peut paraître surprenant puisque la SNCF est entrée au capital de BlaBlaCar qui s'est récemment lancé sur le covoiturage domicile travail avec BlaBlaLines. Mais, les deux points forts d'IDvroom, que sont sa base utilisateurs et ses clients sur le marché BtoB, n'intéressaient pas BlaBlaCar. Toutefois, Julien Honnart n'exclut pas à terme en éventuel rapprochement avec ce dernier même si "à date aucun rapprochement n'est prévu ni envisagé", assure-t-il.

 

La SNCF, de son côté, semble se désengager de marchés qui peinent à devenir rentables... Après avoir cédé Ouibus à BlaBlaCar, elle cède une deuxième offre de mobilité. En parallèle, le spécialiste du ferroviaire a lancé une application de Mobility-as-a-Service (MaaS) qui a vocation à proposer différents modes de transport. L'offre de Klaxit sera-t-elle proposée un jour sur cette app ? La question se pose lorsque l'on sait que Klaxit a annoncé créer avec les équipes d'iDVROOM à Angers un centre d'excellence pour le MaaS. Ce centre devant développer les meilleures briques technologiques d’intégration du covoiturage dans les applications MaaS.

 

Un des intérêts de ces applications est de combiner les transports en commun avec une offre de covoiturage. Cette brique technologique pourrait intéresser les collectivités locales qui pourraient de plus en plus faire le choix de subventionner le covoiturage courte-distance plutôt que de lancer de nouvelles lignes de bus sur des trajets peu empruntés. Ces subventions accordées au covoiturage courte-distance sont aujourd'hui importantes pour le développement de ces start-up qui peinent à devenir rentables.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale