Google (à nouveau) condamné par la Commission européenne pour abus de position dominante

La Commission européenne a annoncé mercredi 18 juillet 2018 avoir infligé une amende de 4,34 milliards d'euros à Google pour abus de position dominante. Décision prise à propos d'Android, son système d'exploitation pour smartphones et tablettes.

Partager
Google (à nouveau) condamné par la Commission européenne pour abus de position dominante

Google à nouveau condamné par la Commission européenne. Cette dernière a annoncé mercredi 18 juillet 2018 avoir infligé à la firme de Mountain View une amende de 4,34 milliards d'euros pour abus de position dominante à propos de son système d'exploitation pour smartphones et tablettes Android qui équipe plus de 90% des appareils du marché.

Plus de quatre ans d'enquête

Le gendarme européen a formellement accusé Google d'abus de position dominante en avril 2016 après plus d'un an d'une enquête menée par Margrethe Vestager, la commissaire chargée de la politique de concurrence. Cette dernière explique d'ailleurs dans un communiqué que cette condamnation "porte sur trois types de restrictions imposées par Google aux fabricants d'appareils Android et aux opérateurs de réseaux pour faire en sorte que le trafic sur les appareils Android soit dirigé vers le moteur de recherche de Google".

Premièrement, le géant américain "a exigé des fabricants qu'ils préinstallent l'application Google Search et son navigateur Chrome comme condition à l'octroi de la licence pour sa boutique d'applications en ligne Play Store", explique la Commission européenne. Deuxièmement, la firme de Moutain View a payé des fabricants et des opérateurs de réseaux mobiles afin qu'ils "préinstallent en exclusivité Google Search sur leurs appareils". Troisièmement, toujours selon la Commission européenne, Google aurait empêché les fabricants de vendre des appareils fonctionnant sur d'autres versions d'Android non approuvées par lui-même (les "forks Android").

Google va faire appel

Cette annonce intervient après que Google a été condamné par la Commission européenne pour abus de position dominante à une amende de 2,42 milliards d'euros en juin 2017. Dans cette précédente affaire, le gendarme européen a jugé que Google manipulait les résultats de son moteur de recherche pour systématiquement favoriser son service Google Shopping au détriment de la concurrence.

Concrètement, Google a 90 jours pour se mettre en conformité avec la décision de la Commission européenne sous peine de paiement pour non-respect de la décision pouvant aller jusqu'à 5% du chiffre d'affaires journalier moyen mondial d'Alphabet, la maison-mère. Mais le géant a déjà annoncé via la diffusion d'un communiqué de presse qu'il allait faire "appel de la décision de la Commission". Google explique brièvement qu'Android apporte "plus de choix pour tous. Pas moins. Les caractéristiques d’une concurrence efficace sont un écosystème dynamique, la rapidité d’innovation et la baisse des prix, ce qui est le cas aujourd’hui."

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS