Le français Eyelights lève 20 millions d'euros pour commercialiser sa technologie d'affichage tête haute

La start-up française Eyelights a levé 20 millions d’euros pour accélérer la commercialisation de sa technologie d’affichage tête haute pour pare-brise auprès des constructeurs auto et moto et terminer sa visière à réalité augmentée.

Partager
Le français Eyelights lève 20 millions d'euros pour commercialiser sa technologie d'affichage tête haute

La start-up toulousaine Eyelights, qui développe des technologies d’affichage tête haute en réalité augmentée pour les motos et les voitures, annonce, ce 12 avril 2023, une levée de fonds de 20 millions d’euros. Il s’agit de son deuxième financement, le premier, de 2,5 millions d’euros, date de 2018.

Ce nouveau tour de table a été mené par Shift4Good et Bpifrance. Aster, Breega Capital, FK Group et Techstars ont également participé. Une partie de la somme sera investie dans de la R&D, l’autre servira à accélérer la commercialisation de ses solutions. L'entreprise, qui compte aujourd’hui 23 salariés, espère par ailleurs doubler ses effectifs dans les années à venir avec des recrutements sur les parties technologiques et commerciales.

Des contrats signés avec Renault et Toyota

Créée en 2016, l’entreprise s’est fait connaître en développant Eyeride, un système à fixer sur n’importe quel casque de moto et à connecter à son smartphone, permettant d’afficher les informations de navigation directement sur la route. L'accessoire à 650 euros aurait séduit 15 000 motards en Europe, aux Etats-Unis et au Japon.

Forte de ce succès, la start-up a ensuite décliné sa technologie d’affichage tête haute pour les deux-roues, puis pour les voitures. Elle a présenté, au CES 2022 de Las Vegas, son premier pare-brise en réalité augmenté, industrialisé en partenariat avec le fournisseur japonais de verres automobiles AGC. Il devrait devenir une option en série chez plusieurs constructeurs dès 2023. Renault, ainsi que "le leader mondial japonais" (on pense évidemment à Toyota) auraient déjà signé un contrat de développement, selon le communiqué d'Eyelights.

Avec ces nouveaux capitaux, l’idée est d’abord d'accélérer la commercialisation de ses pare-brise auprès des constructeurs auto et moto. La somme permettra également de continuer à investir dans la R&D, notamment pour finaliser un projet d’affichage tête haute pour les casques de moto (cette fois-ci fois directement intégrée dans la visière) initié avec un important fournisseur de casques qu’Eyelights ne peut citer pour l'heure.

Un marché à plus de 30 milliards de dollars par an, forcément très concurrentiel

"Faire des écrans de plus en plus grand est un danger écologique, chaque écran coutant plusieurs centaines de kg de CO2 à produire. La projection permet de remplacer des écrans encombrants, chers et polluants par des écrans virtuels" se targue Romain Duflot, co-fondateur et président-directeur général d’Eyelights. "Le standard a d’ailleurs été officialisé par BMW au CES 2023. C’est un marché à plus de 30 milliards de dollars par an qui vient d’être lancé", poursuit-t-il.

Le marché est effectivement lancé, et Eyelights va devoir redoubler d’efforts pour se démarquer puisqu’elle est loin d’être la seule à vouloir s’y installer. La start-up israëlienne Spectralics ou encore le britannique Envisics, qui a déjà des partenaires de taille comme Jaguar Land Rover et General Motors et a levé 50 millions de dollars en mars 2023 sont aussi sur le créneau, sans compter les grands équipementiers automobiles comme Continental AG ou Nippon Seiki Co.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS