Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le patron de Valve voit les interfaces neuronales comme une révolution pour l'industrie du divertissement

Vidéo Vu ailleurs Les interfaces neuronales semblent encore relever du domaine de la science-fiction, mais de plus en plus d'entreprises s'y intéressent très sérieusement. C'est notamment le cas de Valve, société éditrice de la boutique Steam et acteur majeur du marché de la réalité virtuelle. Le CEO et cofondateur de l'entreprise, Gabe Newell, affirme passer la majeure partie de son temps à travailler sur le sujet, et déclare même que "nous sommes beaucoup plus proche de 'Matrix' que les gens ne le réalisent."
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le patron de Valve voit les interfaces neuronales comme une révolution pour l'industrie du divertissement
Le logo originel de Valve, rendu célèbre lors de la sortie de son premier jeu : Half-Life. © Valve Corporation

Facebook n'est pas la seule entreprise à miser sur une révolution liées aux interfaces neuronales. Gabe Newell, cofondateur et dirigeant de Valve Corporation, a révélé être très absorbé par ce sujet ces derniers temps lors d'un entretien vidéo accordé au média spécialisé IGN le 18 mars. Il y voit une technologie profondément transformatrice pour l'industrie du divertissement : "C'est un évènement du niveau d'une phase d'extinction massive pour toutes les formes de divertissement qui n'y réfléchissent pas."

Valve est l'entreprise a l'origine de la boutique de jeux vidéo dématérialisés Steam, mais aussi de titres emblématiques comme Half-Life, Portal ou Dota 2. Son prochain jeu, Half-Life: Alyx, sera publié le lundi 23 mars, 13 ans après la sortie du précédent épisode de la série. Il s'agit d'un jalon majeur pour l'entreprise, notamment au regard de son investissement en matière de réalité virtuelle. Half-Life: Alyx a été spécifiquement conçu pour être utilisé avec un casque VR, et Valve a créé un équipement dédié pour l'occasion, le Valve Index.

"Nous sommes beaucoup Plus proche de Matrix que les gens ne le réalisent"

Valve fait partie d'une poignée d'entreprises qui se trouvent à la pointe des technologies de réalité virtuelle et augmentée, avec notamment Facebook et Sony. Et les interfaces neuronales sont, à en croire son patron, plus proches de la mise sur le marché qu'on ne le croit. "Nous sommes beaucoup plus proche de 'Matrix' que les gens ne le réalisent. Ca ne sera pas 'Matrix', c'est un film et il lui manque toutes les subtilités techniques et juste à quel point le monde d'après les interfaces neuronales sera bizarre. Mais ça aura un impact énorme sur le genre d'expériences que nous pourrons créer pour les gens."
 


Gabe Newell explique dans l'interview qu'il passe le plus clair de son temps à travailler sur ce sujet quand il n'est pas réquisitionné par des questions urgentes. Il compare la difficulté à décrire cette technologie à celle "d'expliquer l'Internet à quelqu'un qui n'a jamais utilisé l'Internet auparavant". Difficile en effet pour le consommateur moyen des années 1980 d'imaginer qu'une application comme Uber puisse exister.

En guise d'exemple de ces particularités, il cite le fait que "se connecter au cortex moteur et au cortex visuel sera beaucoup plus simple que les gens ne le pensent", par opposition à leur donner le sentiment d'avoir froid, un problème beaucoup plus complexe car il implique entre autres le système immunitaire. Pour conclure l'entretien, Gabe Newell dit espérer que le Valve Index sera une étape importante pour l'entreprise en matière de développement matériel, rattachant cette perspective... au développement d'interfaces neuronales.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media