Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Sigfox lève 100 millions d’euros et fait entrer Air liquide, GDF Suez et Eutelsat à son capital

L’opérateur de réseau français pour l’internet des objets Sigfox a annoncé une levée de fonds record de 100 millions d’euros. Un financier américain, trois opérateurs télécoms étrangers et trois industriels français entrent au capital aux côtés des investisseurs historiques.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Sigfox lève 100 millions d’euros et fait entrer Air liquide, GDF Suez et Eutelsat à son capital
Anne Lauvergeon et Ludovic Le Moan à l'annonce de la levée de fonds de 100 millions d'euros Sigfox, le 11 février 2015. © Aurélie Barbaux

"Nous sommes heureux de vous annoncer que nous venons de finaliser une levée de fonds de 100 millions d’euros. Un record pour une entreprise française innovante", a annoncé Anne Lauvergeon, présidente de Sigfox, le 11 février 2010 à la presse. Un record d’autant plus grand que l’entreprise toulousaine, qui déploie un réseau cellulaire international basse consommation pour l’internet des objets, aurait pu lever encore plus. "L’augmentation de capital a été sursouscrite, explique Anne Lauvergeon. On a dû renoncer à un certain nombre d’investisseurs. On était à 130 millions d’euros souscrits. On a décidé de rester en dessous pour se garder la possibilité de faire entrer de nouveaux investisseurs, ultérieurement, pour aller plus vite."

Déjà les nouveaux entrants devraient permettre à Sigfox d’accélérer le déploiement de son réseau (qui couvre déjà la France, l’Espagne, le Pays-Bas et le Royaume-Uni) à l’international et surtout sa commercialisation. Aux côtés des investisseurs historiques (fondateurs, salariés  et les fonds les Elaia, Ixo PE, Partech Ventures et Idinvest) entrent en effet au capital l’opérateur télécom européen Telefónica, le coréen SK Telecom et le japonais NTT Docomo Ventures. "Nous avons l’ambition de couvrir une quarantaine de pays, prévient Ludovic Le Moan, fondateur et directeur général de Sigfox. Dans les 18 prochains mois, on devrait déployer le réseau dans 5 à 6 de nouveaux pays et débuté dans une trentaine d’autres. Avec nos nouveaux actionnaires, on aura un ‘footprint’ en Amérique du nord, en Europe et en Asie. Reste le Moyen-Orient et l’Afrique, mais on a des pistes pour démarrer."

Sigfox par satelitte, c'est possible

Le partenaire financier américain Elliott, qui entre au capital, devrait faciliter l’implantation aux États-Unis pour laquelle Sigfox a eu l’autorisation fin 2014. L’entrée aux capital d’Air liquide, via son fonds Air liquide Ventures, et de GDF Suez montrent l’intérêt de cette technologie pour connecter les équipement de télérelève, et d’e-santé. Plus étonnante, l’entrée d’Eutelsat s’explique par la possibilité d’utiliser le réseau Sigfox pour tracer des objets dans zones désertes (océans notamment) par satellite. "Demain on aura un protocole à la fois terrestre et satellitaire", promet Ludovic Le Moan.

"Mais ce n’est pas parce que l’on a des industriels au tour de table, que l’on ne pourra pas travailler avec leurs concurrents", a tenu à préciser Anne Lauvergeon. Et l’entrée au capital de Sigfox d’opérateurs télécoms marque un tournant. Sceptiques ou méfiants à l'origine, les opérateurs traditionnels voient désormais en Sigfox un partenaire de service, voir une solution de back-up en cas de défaillance de leur réseau. Voire une porte d’entrée vers la 5G.

"On veut maintenant être un acteur de la 5G", a d’ailleurs déclaré Ludovic Le Moan. Et si Orange n’est pas entré au capital c’est parce que "l’on ne pouvait pas faire entrer tout le monde, explique Anne Lauvergeon. On peut faire des accords stratégiques, sans faire entrer au capital. D’ailleurs Orange est très convaincu par Sigfox. Dans certaines boutiques Orange il y a même déjà des points Sigfox."

Entrée en Bourse en 2016

Cette levée de fonds record semble donner des ailes à Ludovic Le Moan : "Depuis le premier jour on n’a pas changé d’optique. On est confiant sur le fait qu’en 2016 on puisse introduire Sigfox en Bourse." Probablement au Nasdaq de New York. Son modèle étant d’ailleurs une autre start-up française à succès : Criteo. "L'un des enjeux de Sigfox est de ramener le barycentre d’internet sur l’Europe", rappelle Ludovic Le Moan. L’internet des objets en serait l’occasion. 300 000 à 400 000 objets sont déjà connectés sur le réseau Sigfox. Et le français aurait dans son carnet de commande plus de 5 millions d’objets et "deux ans d’avance par rapport à la concurrence", affirme encore Ludovic Le Moan. Selon lui, même les GAFA, qui miseraient toujours sur le Wi-Fi et la maison connectée, n’ont pas bien compris ce qu'il se passe. Pas si sûr.

Aurélie Barbaux

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

double6
11/02/2015 22h20 - double6

?? La levée de fonds a eu lieu en 2010 ou récemment ?? Cf. citation A Lauvergeon dans votre article ... A part çà , quelle belle entreprise !!

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media