Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Après Baidu et Didi, Huawei veut se lancer sur le marché des véhicules électriques autonomes

Vu ailleurs Huawei se serait rapproché de différents constructeurs automobiles chinois pour pouvoir utiliser leurs usines de production afin de développer son propre véhicule électrique et autonome, à l'image de Baidu et Didi. Contraint de vendre sa filiale Honor à cause des sanctions américaines, l'équipementier semble vouloir changer de stratégie. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Après Baidu et Didi, Huawei veut se lancer sur le marché des véhicules électriques autonomes
Après Baidu et Didi, Huawei veut se lancer sur le marché des véhicules électriques autonomes © Glassdoor

Huawei prévoit de se lancer dans la fabrication de véhicules électriques autonomes, rapporte Reuters citant deux sources. Ainsi, l'équipementier chinois sera en pourparlers avec deux constructeurs automobiles, Chang'an Automobile et Beijing Automotive (BAIC), pour pouvoir utiliser leurs usines de production.

Le projet devrait être lancé cette année et sera distinct du partenariat conclu en novembre dernier avec CATL, le plus grand fabricant de batteries électriques chinois. Ni Huawei, ni les constructeurs  automobiles concernés n'ont accepté de commenter cette information.

Plombé par les sanctions américaines
Cette incursion dans les véhicules électriques annonce un changement de direction majeur pour Huawei, très affecté par les sanctions américaines depuis près de deux ans. Depuis août dernier, toute entreprise, américaine ou non, souhaitant vendre des puces utilisant une technologie américaine ou fabriquées à l'aide d'équipements américains à Huawei ou à l'une de ses filiales doit obtenir une licence au préalable.

Qualcomm, Sony et Samsung Display ou encore Intel ont obtenu cette fameuse autorisation. Mais ce n'est pas suffisant. Après s'être séparé de sa marque de smartphone Honor, l'entreprise chinoise pourrait être contraint de céder HiSilicon, filiale de Huawei concevant les processeurs du groupe qui n'a pas accès aux services de fabrication des fondeurs comme TSMC
 

La Chine veut être le leader dans l'électrique
En choisissant le marché des véhicules autonomes, Huawei suit les exemples de Baidu et Didi Chuxing qui travaillent sur leurs propres véhicules. Cette stratégie s'inscrit dans une politique chinoise très favorable au développement de véhicules électriques, plus écologiques, un moyen de réduire la pollution atmosphérique. L'objectif fixé par Pékin est qu'une voiture sur cinq vendue en 2025 soit électrique, contre 5% aujourd'hui. 

De plus, Huawei développe depuis des années une panoplie de technologies parfaitement adaptées aux véhicules autonomes, notamment des systèmes embarqués, des capteurs pour automobiles et du matériel de communication 5G. La société a également noué des partenariats avec des constructeurs automobiles tels que Daimler AG, General Motors Co et SAIC Motor pour développer des technologies automobiles intelligentes.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.