Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

13 éditeurs d'applications se réunissent pour lutter contre l'abus de position dominante d'Apple

13 éditeurs d'applications – dont Epic Games, Spotify et Deezer – ont annoncé la création d'une organisation "Coalition for App Fairness" pour contrer la puissance d'Apple. Leur principale revendication concerne la commission de 30% des revenus imposée aux développeurs tiers sur les revenus générés via les paiements depuis les smartphones.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

13 éditeurs d'applications se réunissent pour lutter contre l'abus de position dominante d'Apple
13 éditeurs d'applications se réunissent pour lutter contre l'abus de position dominante d'Apple © UD

Les éditeurs d'applications se réunissent au sein d'un groupe formellement baptisé "Coalition for App Fairness" (CAF) pour se battre contre l'abus de position dominante d'Apple sur sa boutique d'applications.

Cette organisation à but non lucratif est actuellement composée de 13 membres : Basecamp, Blix, Blockchain.com, Deezer, Epic Games, European Publishers Council, Matchgroup (Tinder), News Media Europe, Prepear, Protonmail, Skydemon, Spotify et Tile.

Préserver le choix des consommateurs
Sur son site Internet fraîchement ouvert, l'organisation détaille sa feuille de route. "La CAF plaidera en faveur de la mise en œuvre de réformes, y compris des changements juridiques et réglementaires, afin de préserver le choix des consommateurs et l'égalité des chances pour les développeurs d'applications et de jeux qui s'appuient sur les boutiques d'applications et les plateformes de contrôle d'accès les plus populaires."

Le cheval de bataille des éditeurs d'applications est la "taxe" imposée par Apple. L'entreprise américaine prélève 30% aux développeurs d'application sur les revenus générés via les paiements depuis les smartphones (y compris les abonnements mensuels). "Nous défendons les intérêts de toute entreprise prête à revendiquer ses droits et à contester les comportements anticoncurrentiels qui existent aujourd'hui sur l'AppStore ", a déclaré Tim Sweeney, PDG et fondateur d'Epic Games. Apple impose également tout un tas de mesures visant à garantir qu'il perçoit cette "taxe", dont l'interdiction d'informer les utilisateurs sur cette dernière.

Spotify attaque Apple devant l'Union européenne
Certains membres du CAF ont déjà lancé des offensives contre les pratiques d'Apple. En mars 2019, Spotify a déposé un recours devant la Commission européenne en accusant Apple de violer le droit européen de la concurrence avec la politique appliquée à sa boutique d'applications. L'institution a décidé d'ouvrir une enquête en juin dernier pour vérifier si les restrictions imposées aux développeurs ne provoquaient pas une position antitrust.

"Les applications mobiles ont fondamentalement changé la façon dont nous accédons au contenu. C'est Apple qui fixe les règles applicables à la distribution des applications aux utilisateurs d'iPhones et d'iPads. Il apparaît qu'Apple a obtenu un rôle de contrôleur d'accès (“gatekeeper”) s'agissant de la distribution des applications et du contenu aux utilisateurs des appareils populaires d'Apple", expliquait à ce sujet Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive chargée de la politique de concurrence.

Epic Games conteste le monopole de l'App Store
Epic Games – l'éditeur du moteur graphique Unreal Engine et du jeu Fortnite – a également lancé une fronde contre les pratiques d'Apple. Lorsqu'il a mis à jour son application Fortnite, il a introduit une méthode de paiement alternative pour les achats dans le jeu, moins chère car elle passe directement par lui, sans la "taxe" d'Apple. Cette pratique étant interdite par Apple, l'entreprise a rapidement expulsé l'application de sa boutique. Elle a également tenté de clôturer l'accès développeur d'Epic, ce qui aurait rendu impossible à terme l'utilisation d'Unreal Engine par des développeurs tiers.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media