Deutsche Telekom pourrait repousser la vente de sa filiale T-Mobile US

Alors que Sprint a renoncé à racheter son concurrent T-Mobile US, Deutsche Telekom doit désormais choisir s'il retient ou non l'offre du français Iliad, maison mère de Free. Mais pour certains analystes, l'opérateur allemand n'aurait pas d'intérêt à vendre sa filiale américaine dans l'immédiat et devrait attendre un climat politique plus favorable à une consolidation des télécoms aux Etats-Unis.

Partager
Deutsche Telekom pourrait repousser la vente de sa filiale T-Mobile US

Faute de pouvoir vendre ses parts de T-Mobile US à Sprint, ce dernier ayant renoncé face aux obstacles réglementaires, Deutsche Telekom doit faire un choix entre rester aux Etats-Unis, ce qui implique d'y investir, ou de se désengager, éventuellement en acceptant l'offre d'Iliad.

Un tiers du chiffre d'affaires de Deutsche Telekom réalisé aux Etats-Unis

L'action du groupe allemand perdait 3,41% à 11,46 euros en milieu d'après-midi mercredi à la Bourse de Francfort, une baisse qui ampute sa capitalisation d'environ 1,6 milliard d'euros. Le titre avait auparavant touché, à 11,23 euros, son plus bas niveau depuis près de quatre mois, les investisseurs ayant mal accueilli l'abandon de l'offre de Sprint.

A lire notre dossier : Free tente de conquérir l'Amérique

L'opérateur allemand, qui réalise sur le marché américain environ un tiers de son chiffre d'affaires et 20% de son bénéfice d'exploitation, cherche depuis la fin 2011 à céder T-Mobile US car il estime que sa filiale, numéro quatre de la téléphonie mobile aux Etats-Unis, ne dispose pas de la masse critique nécessaire pour rivaliser avec AT&T et Verizon Communications.

Deutsche Telekom, qui s'est refusé à tout commentaire mercredi, peut désormais choisir d'ouvrir les comptes de T-Mobile US à Iliad, la maison mère de Free, qui lui a proposé 33 dollars par action pour 56,6% de sa filiale.

Avant le renoncement de Sprint, le groupe allemand avait refusé l'ouverture de discussions à un prix qu'il jugeait insuffisant et Iliad cherchait des partenaires dans le but éventuel de relever son offre. A la Bourse de Paris, l'action Iliad chutait de 8%.

Certains analystes estiment que Deutsche Telekom pourrait rester sur le marché américain en attendant que le climat politique y soit plus favorable à une consolidation du marché des télécoms, en tentant dans l'intervalle d'obtenir de nouvelles fréquences lors des enchères prévues l'an prochain.

"La nouvelle (de l'abandon de Sprint) est un énorme choc pour nous, a déclaré une source proche de la direction de Deutsche Telekom. C'est le pire des scénarios auxquels nous pouvions penser. La société va maintenant devoir étudier l'offre d'Iliad et elle pourrait même devoir envisager de rester plus longtemps sur le marché américain."

PLAN A, PLAN B

Pour Andreas Mark, gérant de fonds d'Union Investment, l'un des 20 plus gros actionnaires de Deutsche Telekom, l'échec du projet de Sprint ne bouleversera pas la stratégie du groupe allemand car T-Mobile US est "bien placé" pour assurer une croissance solide.

"Il n'y a aucune raison de chercher frénétiquement un acheteur, a-t-il expliqué. Le plan A, c'est un développement normal. Le plan B, ce serait la consolidation, et elle devrait finir par avoir lieu."

"Accepter l'offre d'Iliad n'aurait un sens que si Deutsche Telekom avait un besoin urgent de liquidités ou s'il avait une meilleure opportunité pour investir cet argent ailleurs. Ce n'est pas le cas, a-t-il ajouté. Tout ce qu'Iliad pourrait faire pour améliorer la situation de T-Mobile US, Deutsche Telekom peut le faire lui-même."

De fait, la politique commerciale plus offensive lancée par T-Mobile US lui a déjà permis de gagner de nouveaux clients au cours des derniers trimestres et d'annoncer la semaine dernière son premier bénéfice net en un an, en même temps que le nombre de nouveaux clients hors forfaits le plus élevé du secteur.

"Le statu quo n'est pas si mal pour Deutsche Telekom, juge Hannes Wittig, analyste de JPMorgan. La décision de sortir des Etats-Unis est difficile à prendre pour n'importe quel patron, surtout au vu de la croissance de T-Mobile US comparée aux pressions persistantes en Europe."

Une source proche de Sprint a dit s'attendre à ce que Deutsche Telekom réduise progressivement sa participation dans T-Mobile US (actuellement de 66%) et qu'il ne participe pas aux augmentations de capital nécessaires pour financer l'achat de nouvelles fréquences.

Un analyste estime que T-Mobile US aura besoin de cinq à 10 milliards de dollars pour les enchères à venir pour l'attribution de fréquences, organisées par la Commission fédérale des communications (FCC), dont le président Thom Wheeler s'est félicité du désistement de Sprint.

Garder quatre grands opérateurs mobiles est "bon pour le consommateur américain", a-t-il dit.

T-Mobile et Sprint ont espéré un temps participer ensemble à ces enchères mais la FCC a rejeté l'idée, estimant que des offres communes pourraient "avoir pour effet de réduire notablement la concurrence".

Avec Reuters (par Harro Ten Wolde et Arno Schuetze)

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS