Free : Xavier Niel veut "ajouter une grosse dose d'adrénaline" aux offres de T-Mobile US

Le fondateur de Free, Xavier Niel, se dit "ouvert" à des alliances pour son projet de prise de contrôle du groupe américain T-Mobile US, dans une interview accordée au Wall Street Journal. Si l'opération se réalisait, le dirigeant voit en tout cas "un énorme potentiel" aux Etats-Unis, où "le paysage concurrentiel est beaucoup moins agressif que ce à quoi nous sommes habitués en France".

Partager
Free : Xavier Niel veut

Un "Free américain" : Xavier Niel en rêve... et y croit. Dans une interview publiée ce samedi 2 août dans le Wall Street Journal, le patron d'Iliad, maison-mère de Free, affiche clairemement ses ambitions après le dépôt d'une offre de 15 milliards de dollars pour acquérir 56,6% du quatrième opérateur américain, T-Mobile US annoncé par le groupe français jeudi 31 juillet.

"Ouvert" à une alliance

Alors que certains analystes craignent que l'opérateur français n'ait les yeux plus gros que le ventre, Xavier Niel se dit "ouvert" à des alliances dans sa prise de contrôle de la filiale américaine de Deutsche Telekom. "S'il y a des gens qui veulent nous accompagner, nous sommes ouverts", répond-il au journal qui l'interroge sur la possibilité d'une alliance avec un partenaire qui aiderait Iliad dans son projet de rachat. "Il n'y a pas de discussions formelles avec qui que ce soit à ce stade. Mais il y a des gens avec lesquels nous avons parlé", ajoute-t-il sans davantage de précision.

"presque trop beau pour être vrai"

Aux Etats-Unis, un marché cinq fois plus grand que la France, Xavier Niel voudrait reproduire le succès de Free. Le patron français évoque notamment un "paysage concurrentiel américain beaucoup moins agressif que ce à quoi nous sommes habitués en France". De quoi le faire saliver. "Il y a un énorme potentiel. C'est presque trop beau pour être vrai", souligne-t-il, saluant au passage le travail de l'actuel PDG de T-Mobile US : "Nous et T-Mobile sommes faits du même ADN. Nous sommes tous les deux des challengers agressifs (...) John Legere a fait un excellent travail pour commencer à animer la concurrence, mais nous pouvons faire plus." Le Wall Street Journal, qui titre "Ce milliardaire va-t-il amener ses forfaits à 3 dollars par mois aux Etats-Unis ?", indique que le patron d'Iliad voudrait "ajouter une grosse dose d'adrénaline" à ce qu'a commencé à faire John Legere.

Des discussions entamées après l'échec du rachat de Bouygues

Xavier Niel précise avoir entamé les discussions avec T-Mobile au printemps, lorsque les négociations au sujet d'un rachat de Bouygues Telecom n'avaient pas abouti. "Nous leur avons dit : soit vous nous dîtes que vous êtes vraiment à vendre, soit nous allons nous tourner vers d'autres options et il sera difficile d'y revenir plus tard", confie le patron de Free, désormais prêt à conquérir les Etats-Unis.

Julien Bonnet

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS