La FTC enquête sur les acquisitions de Meta dans le secteur de la réalité virtuelle

En renommant son entreprise en Meta, Mark Zuckerberg a prouvé qu'il faut prendre ses ambitions en matière de réalité virtuelle et augmentée très au sérieux. La Federal Trade Commission, l'autorité de la concurrence des Etats-Unis, a bien reçu le message. Elle vient d'ouvrir une enquête sur le rachat par Meta de la start-up Within, dont le montant s'élèverait à 400 millions de dollars.

Partager
La FTC enquête sur les acquisitions de Meta dans le secteur de la réalité virtuelle

La Federal Trade Commission (FTC), l'organisme américain en charge de la protection des consommateurs et de la lutte antitrust, commence à s'intéresser aux activités de Meta (ex-Facebook) dans le secteur de la réalité virtuelle. Le média spécialisé The Information rapporte ce 17 décembre que l'agence a ouvert une enquête sur l'acquisition récemment annoncée de Within, qui édite l'application sportive Supernatural.

Sous la direction de sa nouvelle présidente Lina Khan, la FTC s'est déjà attaquée à l'activité principale de l'entreprise : les réseaux sociaux. Elle a déposé une plainte en août dont l'objectif avoué est la scission ou revente d'Instagram et de WhatsApp. Cette action est sans précédent car ces deux entreprises ont été rachetées en 2012 et 2014, sans soulever d'objection à l'époque. Les deux produits ont également été fortement développés par Meta depuis.

Meta investit énormément dans ces technologies
Il en va autrement pour la réalité virtuelle et augmentée. En y portant son attention, la FTC ne regarde plus le passé mais bien le présent et le futur. Meta n'a jamais caché son ambition de s'imposer comme un leader sur ce secteur, qu'elle percevait dès 2014 comme la plateforme informatique du futur, dans l'ère "post-smartphone". Une vision assez peu partagée, et qui n'a surtout pas convaincu les autres géants de la tech d'y investir des sommes colossales comme le fait l'entreprise de Mark Zuckerberg.

Résultat, Meta domine aujourd'hui le marché du divertissement en réalité virtuelle, malgré les efforts de concurrents comme Sony (dont la prochaine génération de casque VR se fait attendre), Valve ou HTC. Within est d'ailleurs le sixième rachat annoncé publiquement par Meta dans la réalité virtuelle depuis deux ans. Il fait suite à Beat Games, Ready at Dawn, Sanzaru Games, Downpour Interactive et BigBox VR.

La réalité virtuelle, un marché à surveiller
Les précédentes opérations avaient un montant trop bas pour mériter une enquête, d'après The Information. En revanche, Within aurait été rachetée pour 400 millions de dollars, une somme considérable étant donné la taille du marché et la relative jeunesse de Supernatural, qui est sorti en 2020. L'agence a donc diligenté une étude approfondie fin novembre, soit un mois après l'annonce du rachat.

Même si, dans le meilleur des cas, elle n'attaque pas Meta en justice pour faire annuler l'accord, cela pourrait repousser l'acquisition de près d'un an. Un délai déterminant pour Meta, car d'autres acteurs majeurs s'apprêtent à rentrer dans la course, dont un certain Apple. Lina Khan a d'ailleurs indiqué que la réalité virtuelle est un secteur à surveiller justement parce que des "entreprises puissantes" s'y intéressent.

Tout comme ses concurrents Google, Apple, Amazon ou Microsoft, Meta désormais subit une forte pression des régulateurs à travers le monde, et pas seulement aux Etats-Unis. Récemment, c'est l'autorité de la concurrence britannique qui a jugé en sa défaveur, statuant que l'acquisition de Giphy réalisée en 2020 était néfaste pour la compétition. Meta devra donc la revendre. De manière générale, il semble que l'ère des rachats à gogo est définitivement terminée

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS