Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Réduction d’effectifs chez SFR : le plan est validé

L'Unsa et la CFDT ont signé l'accord proposé par la direction. SFR va pouvoir procéder à deux plans de départ volontaires. L'objectif ? Ramener l'effectif à 10 000 salariés mi-2019. Soit 5 000 départs.
mis à jour le 08 août 2016 à 08H59
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Réduction d’effectifs chez SFR : le plan est validé
Réduction d’effectifs chez SFR : le plan est validé © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Les négociations auront été rapides. Jeudi 4 août en fin de journée, l’Unsa et la CFDT de SFR annonçaient être arrivés à un accord avec la direction de l’opérateur, ce que cette dernière confirmait un peu plus tard. Michel Paulin, le directeur général, a envoyé un email aux près de 15 000 salariés de l’entreprise. A eux deux, l’Unsa et et laCFDT représentent suffisamment de salariés pour que l’accord signé soit applicable, en dépit de l’opposition de la CFE-CGC et de la CGT.

 

Le contenu de l’accord ne surprend pas vraiment. L’objectif est bien de ramener l’effectif de 15 000 à 10 000 salariés. L’opération se fera en deux temps, en raison de la contrainte issue des engagements pris par l’actionnaire lors du rachat de SFR. Toutefois, la filiale de distribution n’étant pas concernée par l'engagement pris par Numéricable au rachat de SFR de ne pas supprimer de postes avant 2017, un premier plan de 1 000 postes devrait être ouvert très prochainement dans cette division.

 

Une négociation de GPEC pour accompagner la mutation

Dans un deuxième temps, un autre plan prévoira les départs après juillet 2017, soit la date à laquelle la promesse de stabilité des effectifs prise par l’actionnaire arrive à échéance. Ce plan devrait ramener les effectifs à 10 000 salarié à la mi-2019. Entre janvier et juin 2017, direction et syndicats vont négocier un accord sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). A l’issue de cette négociation, la direction présentera la nouvelle organisation de l’entreprise. Les salariés décideront alors de partir ou de rester, en recevant éventuellement une formation complémentaire. Ce point répond aux critiques des syndicats qui estimaient que le plan était mû par des considérations purement financières et non par des impératifs industriels.

 

Les salariés qui choisiront de partir obtiendroit 2,5 mois de salaire par année d’ancienneté. Selon nos confrères des Echos, entre 600 et 800 millions d’euros vont être provisionnés par SFR pour financer ce plan. Cette provision sera étalée sur deux années. Toutefois, note le quotidien de l’économie, SFR économisera 400 millions par an suite à ces départs.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

3 commentaires

Melodie
17/11/2016 00h02 - Melodie

> les améliorations apportées à son réseau ont fait diminuer les pertes d'abonnés Très drôle ! SFR et Red By SFR sont-ils deux entités ou bien une à l'intérieur de l'autre ? Si Red est un sous-ensemble de SFR, alors les chiffres des abonnés non perdus viendraient d'ailleurs. Cette année SFR a racheté Virgin Mobile, qui de son côté, quelques mois avant d'être racheté a lancé une campagne de promotion très attrayante, puisqu'il proposait jusqu'en mai dernier des forfaits téléphone mobile à 3,99 euros pendant un an, avec téléphone/sms/mms illimité (téléphone en France, ailleurs je ne sais plus... ) le tout assorti de 20 Go de data ! Et lorsque SFR a racheté Virgin Mobile, il y avait tout plein de nouveaux abonnés avec !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

BONNIN REGIS
21/08/2016 18h38 - BONNIN REGIS

1 ) Si j'ai bien compris l'accord signé, il s'agit de licencier 1000 salariés à partir du 5 août 2016 sous la réserve de négociations au 1er semestre 2017. 2 ) Le Président dans ses conclusions, pensent que les 1000 voire 5000 salariés remerciés vont permettre de réaliser les investissements nécessaires à la suivie de SFR, mais pourquoi antérieurement ces investissements n'ont jamais été réalisés sur les résultats de l'Entreprise. En somme, les Actionnaires font payer leur manque d'ambition, d'initiative, de savoir faire professionnel et Responsable par les salariés. A moins encore une fois qu'il s'agit de faire trembler l'Etat inerte à tout, pour faire contribuer aussi la Nation dans un grand ratissage d'argent qui financera d'autres projets aussi médiocre. Bien à vous

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Melodie
17/11/2016 00h11 - Melodie

En tant qu'ancienne cliente ayant été abonnée chez eux durant 5 années consécutives je peux dire que SFR était au top en tant que prestataire de services jusqu'il y a deux ans quand ils ont été rachetés par Numéricable. À partir de là, les problèmes ont commencé et se sont enchainés, pertes de connexion, de plusieurs heures à plusieurs jours, rattrapages par des "gestes commerciaux" de peu de valeur (basés sur le nombre de jours sans, alors que le fait de ne pas avoir quand on bosse avec... bref). J'ai patienté quelques mois... Il y avait la boite des mails aussi, la boite de réception, à partir du début de l'été, s'était mise à ressembler à un dossier SPAM classique… sans pouvoir y faire quoi que ce soit vu que le filtrage était limité à 10 filtres environ, et que la boite se remplissait quotidiennement (sans que j'aie laissé trainer mon adresse où que ce soit sur le net, je le précise). Et j'ai eu aussi des retours d'une personne qui s'était faite avoir sur une facture avec un dépassement de forfait qui ne lui était pas imputable et qui lui a valu une coupure de service sans autre forme de procès ni discussion possible. Je peux dire que depuis ces dernières années SFR a fort mal calculé en négligeant à ce point la qualité du service aux utilisateurs.

Signaler un abus

 
media