Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Plan de départs chez SFR : la CGT fait grève, la CFE-CGC porte plainte pour escroquerie

Quelques centaines de salariés de SFR ont suivi le mot d’ordre de grève de la CGT. De son côté, la CFE-CGC a préféré reporter l’appel à la grève au 22 septembre et surtout, porter plainte pour escroquerie contre l’opérateur.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Plan de départs chez SFR : la CGT fait grève, la CFE-CGC porte plainte pour escroquerie
Plan de départs chez SFR : la CGT fait grève, la CFE-CGC porte plainte pour escroquerie © Emmanuelle Delsol

Le 5 aout, la direction de SFR a signé avec la CFDT et l’Unsa un accord pour un plan qui devrait toucher un poste sur 3 chez SFR, soit près de 5000 personnes, avec des mesures d’accompagnement. Depuis, les autres représentants des salariés ont entrepris de réagir. La CGT avait appelé à une grève le 6 septembre. Elle a mobilisé quelques centaines de personnes en France ce jour, devant le siège de l’opérateur à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et certaines boutiques de l’opérateur en France, dont celle des Champs-Elysées.

 

La CFE CGC qui devait elle-aussi participer, s’est ravisée fin août. Elle invoque plusieurs raisons. La date pour commencer. Le syndicat reporte en effet son appel à la grève au 22 septembre, lorsque la direction détaillera sa nouvelle stratégie. "On saura quelles sont les activités qui seront concernées et il sera plus facile de mobiliser les salariés", explique Sana Iffach, déléguée syndicale centrale CFE-CGC de SFR. La syndicaliste évoque le manque d’habitude de ce type de mouvements chez l’opérateur, mais aussi des pressions du management sur certains salariés pour qu’ils ne participent pas à la grève.

 

Plainte pour escroquerie

Mais surtout, la CFE-CGC a opté pour une option plus ferme : une plainte pour escroquerie contre SFR ! Pour obtenir un avis favorable au rachat de SFR, Numericable (Altice) s’était engagé auprès du gouvernement au maintien de l’emploi chez l’opérateur jusqu’en juillet 2017. Les quatre syndicats avaient approuvé. "Or, depuis la fin 2014, nous avons assisté à 1200 départs forcés, en partie sous la forme de ruptures conventionnelles, assure Sana Iffach. C’est un plan social déguisé et c’est pour cela que nous attaquons."

 

Dès juin 2015, la CGT et la CFDT avaient dénombré 250 départs hors plan. Ils avaient aussi dénoncé la brutalité des méthodes du groupe de Patrick Drahi. "Du jour au lendemain, vous coupez tous les budgets, partout dans l’entreprise, avait alors raconté à L’Usine Digitale, Olivier Lelong, délégué syndical central CFDT de SFR. Et comme dans une PME, chaque fois qu’une opération doit être lancée, il faut justifier la dépense, voir si on ne peut pas faire moins cher ou reporter. Et ce, même pour une opération de maintenance. C’est très déstabilisant et immobilise l’entreprise."


En ordre dispersé

Reste que les syndicats de l’opérateur se mettent en ordre de marche, mais de façon dispersée. Grève et manifestations dès le 6 septembre pour la CGT. Plainte pour escroquerie début septembre et grève le 22 septembre pour la CFE-CGC. Signature de l’accord de la direction pour l’Unsa et la CFDT. Sana Iffach pointe d’ailleurs du doigt le fait que ces deux derniers synidcats auraient eu accès au contenu du plan début juin, près d’un mois avant la CGT et la CFE-CGC qui ont dû attendre le dernier moment, quelques jours avant que celui-ci soit communiqué par la direction. Elle déplore d’ailleurs le climat qui règne dans l’entreprise entre les représentants des salariés. La CFE-CGC réfléchit à un moyen d’interpeller à nouveau le gouvernement d’ici deux semaines, et espère aussi que cela puisse se faire dans le cadre d’une action commune avec les trois autres syndicats.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale