Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Uber veut remplacer l'épicier du coin et livrer des produits de première nécessité

Uber continue à transformer ses chauffeurs en hommes (et femmes) à tout faire. La start-up teste un service de livraison de produits d'hygiène et de première nécessité à Washington.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Uber veut remplacer l'épicier du coin et livrer des produits de première nécessité
Uber veut remplacer l'épicier du coin et livrer des produits de première nécessité © Uber

Les chauffeurs Uber sont destinés à devenir bien plus que de simples conducteurs. La division Uber Garage, le bureau de R&D de la société, planche sur de nouveaux services innovants. La firme a déjà transformé ses chauffeurs new-yorkais en coursiers, avec "Uber Rush". Cette fois-ci, elle lance une autre expérimentation à Washington DC, avec un service de livraison de courses, sur une liste limitée de produits. Cette nouvelle fonctionnalité lancée le 19 août, pour une durée indéterminée (tout dépendra de son succès) a été baptisée "Uber Corner Shop". Elle est déployée dans quelques secteurs de la capitale américaine pour le moment.

courses de dépannage

Les utilisateurs de l'application mobile Uber peuvent désormais commander des produits de première nécessité (produits de toilette et d'hygiène, comme des mouchoirs, du dentifrice, des lingettes pour bébé, des préservatifs... mais aussi des bonbons) et se les faire livrer dans la journée, à un point défini. La course est gratuite, ou en tout cas incluse dans le prix des produits (chers), et les chauffeurs Uber peuvent dépanner les habitants de Washington seulement entre 9h et 19h. Uber indique qu'une extension des plages de disponibilité du service est envisagée.

créneau surchargé

En évaluant le potentiel commercial d'un tel service, à une échelle limitée, Uber confirme son intention d'investir le marché de la livraison rapide, encombré aux Etats-Unis. Amazon a également de grandes ambitions dans le domaine, notamment avec son service "Amazon fresh" dédié aux produits alimentaires, ou ses fameux drones de livraison en cours de test. Des start-up comme Instacart et Postmates proposent aussi de disrupter le secteur sur le modèle AirBnB. De quoi mettre à mal le commerce de proximité… ou au contraire lui permettre de se réinventer.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media