Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Tout le monde se prend pour Uber… et ça marche !

Uber de la médecine, Uber du transport aérien, Uber du baby-sitting… Les start-up n'en finissent plus de s'inspirer, dans leur propre secteur d'activité, du modèle du spécialiste du transport avec chauffeur qui s'est implanté dans 56 pays depuis sa création en 2009 . Le mensuel américain Inc. tire le portrait de onze de ces entreprises et compare leurs levées de fonds.
mis à jour le 08 juin 2015 à 21H36
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La plate-forme de réservation de jets d’affaires en ligne PrivateFly est surnommée aux Etats-Unis le "Uber de l'avion". Gotham Air, qui propose de faire du covoiturage aérien à Manhattan, écope lui du sobriquet d'"Uber des hélicoptères". Heal, une application qui permet aux mobinautes de faire venir un médecin à leur domicile en quelques clics, a quant à elle été rebaptisée le "Uber de la médecine" par le site américain TechCrunch.

De nombreuses start-up ont repris à leur compte les principes de base qui ont assuré le succès du spécialiste des véhicules de tourisme avec chauffeur Uber : une application facile d'utilisation, qui permet en deux temps trois mouvements à ses utilisateurs d'obtenir un service ou un produit X ou Y à leur domicile, au bureau, ou ailleurs. De nombreux analystes parlent même d'une "Uberisation" de l'économie.

Des levées de fonds records

Pour mieux cerner ce phénomène qui prend de l'ampleur, le mensuel spécialiste du monde des start-up Inc. a sélectionné dans son édition de février onze jeunes pousses qui se sont inspirées, dans leur propre secteur, du modèle de la société à succès. Date de création, montant total des levées de fonds bouclées… Il présente leur profil dans l'infographie ci-dessous (cliquer sur l'image pour l'aggrandir).

Même si elles restent loin derrière Uber et les 1,2 milliard de dollars collectés au cours de son dernier tour de table, deux start-up de cette liste ont réussi à allécher les investisseurs plus que les autres :  Instacart (54,8 millions de dollars levés) permet à ses utilisateurs de commander des articles auprès d'un "personal shopper" qui les livre à leur domicile, Dogvacay (47 millions de dollars) d'avoir accès à un répertoire de 20 000 "pet-sitters" pour garder leur animal de compagnie lorsqu'ils sont en voyage.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media