Tout le dossier Tout le dossier

CES 2015 : 120 entreprises françaises à Las Vegas

La France va renforcer sa présence au Consumer Electronics Show, le grand rendez-vous annuel de l'électronique, qui s'ouvre le 6 janvier à Las Vegas. En particulier dans l'espace Eureka Park dédié aux start-up, où une centaine de jeunes pousses de la French Tech seront présentes.

Partager
CES 2015 : 120 entreprises françaises à Las Vegas

Mardi 21 octobre, le CES, rendez-vous annuel de l'électronique grand public, délaissait le temps d'une journée l'épaisse moquette des casinos de Las Vegas pour celle, plus sobre, d'un grand hôtel parisien. Le CEA y organisait la deuxième édition du CES Unveiled, sorte de "bande annonce" de la prochaine édition. L'occasion, pour Gary Shapiro, patron de la grand-messe, de constater que l'écosystème français poursuit sa montée en puissance. "La France était le premier exposant à l'Eureka Park, l'espace dédié aux start-up, l'an dernier. Et ce sera encore le cas cette année", se félicite-t-il. "La France s'affirme comme un hub technologique significatif". L'hôte portait d'ailleurs sur sa veste un autocollant aux couleurs de la French Tech.

un ou plusieurs ministres

En janvier prochain, sur les 350 entreprises tenant un stand sur la section dédiée aux start-up, dans les salons de l'hôtel The Venetian, une centaine seront françaises. Parmi elles, 18 ont été sélectionnées par Ubifrance et se verront offrir le ticket d'entrée. Au total ce sont 120 entreprises françaises qui sont attendues du 6 au 9 janvier, contre 80 lors de la dernière édition. Elles auront probablement l'occasion de se réunir lors d'un événement commun sous la bannière French Tech. Le CES devrait recevoir la visite d'Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat au numérique, et peut-être même d'Emmanuel Macron, ministre de l'Economie. Pierre Gattaz, président du Medef, devrait également être de la partie comme en 2014.

l'oréaL, présent pour la première fois

Si les start-up françaises brillent, les "poids lourds" et grands groupes français manquent encore à l'appel dans les principaux pavillons du salon. L'Oréal montrera néanmoins l'exemple et sera présent dans les allées. L'occasion de discuter de ses nombreuses innovations numériques. "C'est la preuve que le CES n'est pas réservé aux fabricants d'électronique grand public : c'est une plate-forme pour l'innovation", commente Gary Shapiro.

Relire l'interview de Jean-Paul Agon :
"Google ne peut pas tuer L'Oréal, au contraire !"

Parrot, Withings et Netatmo, les trois mousquetaires des objets connectés français, présenteront des nouveautés pour ce CES. Giroptic, MyFox (qui disposera d'une place sur le tout nouvel espace Smart Home), Sen.se, et beaucoup d'autres, défendront aussi les couleurs de la France. Et il y aura probablement encore des innovations tricolores inattendues qui feront le buzz, comme la brosse à dent connectée Kolibree en janvier dernier ou la fourchette Hapifork en 2013.

Sylvain Arnulf

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

La santé

Après la fourchette, le biberon : Slow Control s'affirme comme le spécialiste de la nutrition connectée

Technos et Innovations

"Kickstarter est un passage obligé pour tout nouveau fabricant de hardware" selon le PDG d'Optinvent

Logiciels & Applications

Virdys, l'animation 3D pour tous

Start-up

Smart me up, la start-up française qui vous dévisage

Technos et Innovations

3DRudder : les interfaces de demain se contrôleront aussi... avec les pieds

French Tech

Infographie : la French Tech en force au CES 2015

Electronique

Avec son Phantom, Devialet dompte le son

Start-up

Airboxlab et son boitier de suivi de qualité de l'air : on efface tout et on recommence (ou presque)

Start-up

Voxtok veut installer sa box audio dans le salon des mélomanes

Start-up

Matooma, spécialiste du M2M, profite du CES pour lancer son expansion à l'international

CES

CES 2015 : Axelle Lemaire et Emmanuel Macron lancent les start-up à la conquête de l’Ouest

Start-up

R3D3, la poubelle du futur née en France, tente l'aventure américaine

CES

Bodycap et Ob'do font équipe pour faire bouger les seniors

Objets connectés

Avec le Lima, c’est le design qui réinvente le partage de fichiers

Start-up

Prizm : l'objet connecté qui invente la musique sur mesure

Start-up

3D Sound Labs, le son Home Cinema dans un casque

Loisirs numériques

Adways veut industrialiser la vidéo interactive

Start-up

"Au CES, nous sommes comme des business angels pour les start-up françaises", explique Eric Morand d'Ubifrance

Start-up

Busit veut relier services web et objets connectés en mettant l'accent sur la sécurité

CES

La tactique de Ticatag : perfectionner ses balises de localisation

CES

Sezam veut séduire les pros de l'événementiel avec son bracelet NFC

Start-up

Prynt, la start-up française qui fait forte impression

Start-up

Phonotonic transforme votre corps en instrument de musique

CES

Avant le CES, le spécialiste du textile connecté Cityzen Sciences tisse des liens avec le Japon

La pépite

Sevenhugs connecte le sommeil de la famille

CES

Feeltact, le bracelet connecté qui invente un langage tactile

CES

Myfox compte s'imposer dans les maisons américaines en révélant des produits dédiés au CES

Start-up

Smokio, l'inventeur français de l'e-cigarette connectée, veut accélérer son développement aux Etats-Unis

Technos et Innovations

Rollkers, les accélérateurs de piétons veulent convaincre outre-Atlantique

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS