Tout le dossier Tout le dossier

Smokio, l'inventeur français de l'e-cigarette connectée, veut accélérer son développement aux Etats-Unis

Smokio, la première e-cigarette connectée au monde, née en France, s'est déjà écoulée à "plusieurs milliers d'exemplaires" dans 23 pays. L'équipe de la start-up mise sur l'international, en mettant l'accent sur les Etats-Unis.

Partager
Smokio, l'inventeur français de l'e-cigarette connectée, veut accélérer son développement aux Etats-Unis

Quand l'édition papier du Wall Street Journal consacre un sujet à la cigarette électronique connectée, c'est le modèle du français Smokio qu'elle choisit en illustration. Et pour cause : la start-up est la première à avoir commercialisé ce type de produit, qui fournit à l'utilisateur des statistiques sur sa consommation pour l'aider à arrêter de fumer grâce à une application mobile. Le résultat d'une véritable course contre la montre engagée il y a un peu moins d'un an.

délais serrés

C'est en août 2013 que la start-up est née, un mois après que l'idée a germé dans la tête de ses co-fondateurs, Alexandre Prot et Steve Anavi. En novembre, une première levée de fonds d'un million de dollars est bouclée auprès de business angels et venture capitalists. Le brevet autour de la technologie de Smokio est déposé en février, quelques jours après le lancement de la pré-vente. Les premiers exemplaires sont livrés au printemps. "On a énormément travaillé pour tenir les délais", se félicite Alexandre Prot. L'équipe a opté pour une opération de pré-vente plutôt que pour une campagne de crowdfunding et fait l'impasse sur le CES, le rendez-vous de référence pour l'électronique, pour mieux se concentrer sur la technologie et l'industrialisation.

Ajoutons que Smokio n'a pratiquement pas dépensé un euro en marketing, misant sur les retombées presse. Avec succès : son e-cigarette connectée, dont la partie électronique est "Made in France" (le reste étant fabriqué en Chine), s'est écoulée à "plusieurs dizaines de milliers d'exemplaires" selon la marque, dans 23 pays. Une seconde gamme de modèles plus compacts a été récemment mise en vente.

priorité sur les états-unis

La start-up parisienne, qui compte une douzaine de salariés (dont trois en Chine pour suivre la production) ne veut pas s'arrêter là. Elle travaille à améliorer sa logistique et agrandir son réseau de distribution physique aux Etats-Unis. Une deuxième levée de fonds est programmée avant la fin de l'année, notamment pour financer la première "vraie" campagne de promotion de Smokio outre-Atlantique, qui sera marquée par un passage au CES en janvier 2015. La rançon du succès, c'est que la société n'est pas certaine de pouvoir continuer à produire la partie électronique en France si les volumes s'envolent.

Sylvain Arnulf

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

La santé

Après la fourchette, le biberon : Slow Control s'affirme comme le spécialiste de la nutrition connectée

Technos et Innovations

"Kickstarter est un passage obligé pour tout nouveau fabricant de hardware" selon le PDG d'Optinvent

Logiciels & Applications

Virdys, l'animation 3D pour tous

Start-up

Smart me up, la start-up française qui vous dévisage

Technos et Innovations

3DRudder : les interfaces de demain se contrôleront aussi... avec les pieds

French Tech

Infographie : la French Tech en force au CES 2015

Electronique

Avec son Phantom, Devialet dompte le son

Start-up

Airboxlab et son boitier de suivi de qualité de l'air : on efface tout et on recommence (ou presque)

Start-up

Voxtok veut installer sa box audio dans le salon des mélomanes

Start-up

Matooma, spécialiste du M2M, profite du CES pour lancer son expansion à l'international

CES

CES 2015 : Axelle Lemaire et Emmanuel Macron lancent les start-up à la conquête de l’Ouest

Start-up

R3D3, la poubelle du futur née en France, tente l'aventure américaine

CES

Bodycap et Ob'do font équipe pour faire bouger les seniors

Objets connectés

Avec le Lima, c’est le design qui réinvente le partage de fichiers

Start-up

Prizm : l'objet connecté qui invente la musique sur mesure

Start-up

3D Sound Labs, le son Home Cinema dans un casque

Loisirs numériques

Adways veut industrialiser la vidéo interactive

Start-up

"Au CES, nous sommes comme des business angels pour les start-up françaises", explique Eric Morand d'Ubifrance

Start-up

Busit veut relier services web et objets connectés en mettant l'accent sur la sécurité

CES

La tactique de Ticatag : perfectionner ses balises de localisation

CES

Sezam veut séduire les pros de l'événementiel avec son bracelet NFC

Start-up

Prynt, la start-up française qui fait forte impression

Start-up

Phonotonic transforme votre corps en instrument de musique

CES

Avant le CES, le spécialiste du textile connecté Cityzen Sciences tisse des liens avec le Japon

La pépite

Sevenhugs connecte le sommeil de la famille

CES

Feeltact, le bracelet connecté qui invente un langage tactile

CES

Myfox compte s'imposer dans les maisons américaines en révélant des produits dédiés au CES

CES

CES 2015 : 120 entreprises françaises à Las Vegas

Technos et Innovations

Rollkers, les accélérateurs de piétons veulent convaincre outre-Atlantique

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS