Tout le dossier Tout le dossier

Busit veut relier services web et objets connectés en mettant l'accent sur la sécurité

La start-up française Busit veut devenir le hub de référence des objets connectés. Cette plate-forme open source, lancée le 1er septembre, dispose déjà de 200 échangeurs de données permettant de faire interagir des objets connectés et des applications web.

Partager
Busit veut relier services web et objets connectés en mettant l'accent sur la sécurité

Pour tirer parti de ses objets connectés, qu'ils soient portés sur soi, installés à la maison ou dans son véhicule, il faut parvenir à les faire communiquer ensemble et créer des chaines d'événements. Exemple d'un scénario possible : quelques minutes avant que mon réveil intelligent choisisse le bon moment pour m'extraire du sommeil, les stores de ma chambre se lèvent légèrement, la cafetière se déclenche, mon thermostat connecté augmente légèrement la température (baissée durant la nuit), un résumé des e-mails reçus depuis la veille apparaît sur ma tablette,... Ce qui ressemble encore à de la science-fiction, faute d'outils permettant de contrôler l'ensemble de ses objets connectés et services web, est en passe de devenir réalité.

Apple, Google, Facebook ont pour ambition d'imposer leur propre écosystème. Mais des acteurs alternatifs veulent bâtir des tableaux de bord universels. IFTTT (IF This Then That) permet déjà de créer des cascades d'événements et propose de relier 130 services et objets connectés.

Retrouvez notre analyse : Box, services cloud, protocoles, trois leviers pour unifier l'Internet des objets

deux postulants français

En France, la start-up Wicross est dans les starting-blocks pour proposer ce type de plate-forme. Mais elle est devancée par une autre jeune pousse française : Busit, qui a lancé le 1er septembre sa "plate-forme de communication universelle".

Derrière cette société se trouve l'équipe de l'hébergeur associatif Olympe, un service gratuit et open source. Ses trois fondateurs veulent appliquer la même ouverture à l'univers des objets connectés. "On veut permettre aux utilisateurs de sortir de l'enfermement lié à chaque constructeur d'objet, leur donner les moyens de choisir et d'utiliser le device de leur choix avec un outil universel", résume Samuel Hassine, CEO de Busit.

priorité à la sécurité

Sur la plate-forme de communication conçue par Busit, les données transitent mais ne sont pas stockées. "Elles sont chiffrées de bout en bout avec une clé unique, générée pour chaque profil utilisateur", explique le co-fondateur. Fabricants et développeurs sont invités à créer des "connecteurs" pour créer des taches liées à un service ou à un objet (relever ses e-mails, contrôler sa lampe connectée, envoyer un SMS dans un contexte précis,etc.). Les utilisateurs peuvent ensuite piocher dans ces tâches et les associer entre elles pour créer des cascades d'événements.

La plupart du temps, ils peuvent piocher gratuitement dans la bibliothèque de connecteurs, mais leurs concepteurs peuvent choisir de les rendre payants. Dans ce cas, Busit prélève 20% de la somme touchée par le développeur.

Busit compte également gagner sa vie en développant des connecteurs spécifiques, à la demande, pour des entreprises. La solution pourrait être adoptée par des industriels pour automatiser différentes tâches et contrôler les chaînes de production, par exemple. "Notre bus [système de communication partagé entre plusieurs composants d'un système numérique, ndlr] peut d'ailleurs être déployé localement pour des données sensibles", précise Simon Uyttendaele, responsable technique de Busit.

grandes ambitions

La plate-forme, disponible en version beta sur le web et via une application Android, revendique aujourd'hui 40 000 testeurs, et s'appuie sur une communauté de 200 développeurs ayant déjà créé 200 connecteurs. D'ici un an, la start-up veut bâtir une solide communauté, avec 1 million d'utilisateurs (dont la moitié aux Etats-Unis), 2000 connecteurs, 200 développeurs. Des objectifs particulièrement ambitieux alors que le taux d'adoption des objets connectés au sein de la population est encore faible

L'équipe de Busit s'envolera pour Las Vegas en janvier pour promouvoir sa plate-forme au CES, le Salon annuel de l'électronique.

Sylvain Arnulf

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

La santé

Après la fourchette, le biberon : Slow Control s'affirme comme le spécialiste de la nutrition connectée

Technos et Innovations

"Kickstarter est un passage obligé pour tout nouveau fabricant de hardware" selon le PDG d'Optinvent

Logiciels & Applications

Virdys, l'animation 3D pour tous

Start-up

Smart me up, la start-up française qui vous dévisage

Technos et Innovations

3DRudder : les interfaces de demain se contrôleront aussi... avec les pieds

French Tech

Infographie : la French Tech en force au CES 2015

Electronique

Avec son Phantom, Devialet dompte le son

Start-up

Airboxlab et son boitier de suivi de qualité de l'air : on efface tout et on recommence (ou presque)

Start-up

Voxtok veut installer sa box audio dans le salon des mélomanes

Start-up

Matooma, spécialiste du M2M, profite du CES pour lancer son expansion à l'international

CES

CES 2015 : Axelle Lemaire et Emmanuel Macron lancent les start-up à la conquête de l’Ouest

Start-up

R3D3, la poubelle du futur née en France, tente l'aventure américaine

CES

Bodycap et Ob'do font équipe pour faire bouger les seniors

Objets connectés

Avec le Lima, c’est le design qui réinvente le partage de fichiers

Start-up

Prizm : l'objet connecté qui invente la musique sur mesure

Start-up

3D Sound Labs, le son Home Cinema dans un casque

Loisirs numériques

Adways veut industrialiser la vidéo interactive

Start-up

"Au CES, nous sommes comme des business angels pour les start-up françaises", explique Eric Morand d'Ubifrance

CES

La tactique de Ticatag : perfectionner ses balises de localisation

CES

Sezam veut séduire les pros de l'événementiel avec son bracelet NFC

Start-up

Prynt, la start-up française qui fait forte impression

Start-up

Phonotonic transforme votre corps en instrument de musique

CES

Avant le CES, le spécialiste du textile connecté Cityzen Sciences tisse des liens avec le Japon

La pépite

Sevenhugs connecte le sommeil de la famille

CES

Feeltact, le bracelet connecté qui invente un langage tactile

CES

Myfox compte s'imposer dans les maisons américaines en révélant des produits dédiés au CES

CES

CES 2015 : 120 entreprises françaises à Las Vegas

Start-up

Smokio, l'inventeur français de l'e-cigarette connectée, veut accélérer son développement aux Etats-Unis

Technos et Innovations

Rollkers, les accélérateurs de piétons veulent convaincre outre-Atlantique

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS